Categories
Bulles Picardes historique Les albums à ne pas rater

Ratruchries, des bulles vraiment picardes

Ratruchries, Jean-Bernard Roussel. Ed. Ch’Lanchron, 48 pages, 12 euros.

En ce jour, 19 novembre, où le Courrier picard se prête, rituel annuel désormais bien établi, à sortir son Courrier “en” picard – c’est-à-dire en proposant ses unes et une partie du contenus en picard et en traduction française), c’est forcément l’album du jour.

La bande dessinée en picard n’a bien sûr rien d’inédit. Ni même de très nouveau, puisque les premières traductions de Tintin en picard datent du début des années 1980. Suivront des traductions de plusieurs albums Astérix ou du Petit Nicolas, toutes assurées notamment par Jacques Dulphy et Jean-Luc Vigneux, deux “picardisants” de la région d’Abbeville dans la Somme, fondateurs – également en 1980 – de la revue en picard Ch’Lanchron a vu le jour. Revue à laquelle Jean-Bernard Roussel collabore depuis 1983 et d’où y sont tirées les planches de cet album Ratruchries.

Un album spécial de bulles vraiment picardes, donc. Mais d’abord un bon album de bande dessinée, dont il convient d’abord de préciser le titre (ce qui est également fait en quatrième de couverture). “Ratrucher”, en picard, c’est donc racler le fond du plat jusqu’à la dernière trace, afin de ne rien laisser perdre des bons restes. C’est aussi un peu le concept de ce “best of” de 37 ans de dessins, réunissant des planches allant de 1983 – la première planche parue, avec la vache « Mergrite » se rebellant devant les tentatives de clôture de son pré – à 2010 – la drolatique adaptation en BD du conte picard de “La vache du curé”… qui est bonne, aussi.

Jean-Bernard Roussel en train de “ratrucher”…

Les œuvres de Jean-Bernard Roussel avaient déjà été mises en l’honneur dans le nº88 de Ch’Lanchron, sous forme de 16 pages couleurs. Et voilà quatre ans, Ch’Lanchron avait aussi édité Jean Chouo, adaptation bilingue (français-picard) de l’affaire du Chevalier La Barre.  Là, on passe donc, éditorialement, au degré au dessus.

Ces planches-gag sont souvent tirés d’anecdotes vécues. Humoristique et fantaisiste, une bonne partie d’entre elles mettent en avant la vache Mergrite et son propriétaire, bon paysan picard souvent en diverses postures, qu’il soit aux prises avec la malicieuse sorcière Marie-Greuette – qui leur fait perdre (littéralement) la tête à tous deux – qu’il se montre facétieux avec un touriste parisien ou en plein onirisme, dans une jolie histoire courte inspirée par un dessin d’une vache géante dans le magazine Pilote. Car derrière l’apparence du récit régionaliste ou “patoisant”, c’est un humour plus large qui imprègne ses pages. Comme le souligne l’auteur: “Pour moi, le picard, ce n’est pas seulement la langue ou le paysage, mais aussi le comportement des gens, c’est un état d’esprit.”

Et d’esprit, cet album n’en manque pas, à l’image de la première histoire, inédite, bâtie autour d’un concours d’injures en picard (véritablement organisé voilà quelques années par Ch’Lanchron!). C’est l’occasion d’un florilège de formules savoureuses et aussi d’une mise en scène des personnages du monde picard – le “Guignol” amiénois Ch’Lafleur mais aussi le Nordiste Cafougnette… et le duo Jaccques Dulphy – Jean-Luc Vigneux, joliment caricaturé.

S’il est enrichi d’un lexique en fin d’ouvrage, l’album n’est pas traduit. Mais la bande dessinée, avec son langage spécifique associant textes et images s’avère un médium particulièrement adapté pour faciliter la compréhension du picard (un parler régional qui, astuce connue, devient évident pour tous lorsqu’on ne se contente pas de le “lire”, mais lorsqu’on le “parle” dans sa tête).

Tiré à 500 exemplaires, l’album, aux textes harmonisés et aux couleurs revues, peut être commandé sur le site de Ch’Lanchron.

Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
0
J'AIMEJ'AIME
0
J'ADOREJ'ADORE
0
HahaHaha
0
WOUAHWOUAH
0
SUPER !SUPER !
0
TRISTETRISTE
0
GrrrrGrrrr
Merci !

By Daniel Muraz

Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté.
Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre.

Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *