Categories
aventure Bulles Picardes Les albums à ne pas rater

Raven, un nouveau pirate enthousiasmant dans les Caraïbes

Raven, tome 1: Némésis, Matthieu Lauffray. Editions Dargaud,

Ile de la Tortue, année 1666. Ce coin des Caraïbes est devenu le point de ralliement des boucaniers, des flibustiers et pirates. Raven est l’un des plus courageux et brillants d’entre eux. Mais c’est aussi un sacré poissard. Une fois encore, il rentre seul, laissant derrière lui tout l’équipage du capitaine Black Vane, après l’explosion malencontreuse du galion espagnol qu’ils venaient de conquérir.

La malchance qui poursuit Raven en fait désormais un paria, mais il est mis par hasard sur la quête d’un trésor, qui aurait été laissé sur la terrible île volcanique de Morne au diable. Là même où vient de s’échouer le nouveau gouverneur de Tortuga, l’aristocrate français Comte de Montignac, avec ses enfants et sa suite. Mais le trésor est convoité aussi par une dangereuse pirate, Lady Darksee…

Après sa saga Long John Silver, Mathieu Lauffray renoue avec bonheur avec l’univers de la piraterie. Cette fois seul aux manettes et pour une série prévue en trois tomes.

Ce premier épisode s’apparente à une longue mise en route, exposant les différents protagonistes au cours d’une succession de prologues habilement enchâssés les uns aux autres (et ce dès la première planche – entrée particulièrement réussie – avec son héros attaché à une ancre au fond de la mer des Caraïbes).
Et tous les ingrédients d’une grande aventure sont déjà bien là, avec des personnages bien campés, comme Raven au visage taillé à la serpe, chevaleresque et malchanceux, l’intrigante et redoutable Lady Darksee – la “némésis” du titre – ou l’innocente Anne de Montignac, jeune aristocrate lâchée dans cet univers inconnu et violent et qui, même si elle apparaît plus en retrait pour l’instant, s’annonce comme la troisième pièce de ce trio majeur.

Multipliant donc les rebondissements (avant même, donc, que l’intrigue principale annoncée ait réellement débuté), Raven s’inscrit dans la grande mythologie du genre, avec ses pirates très rustres, sa chasse au trésor. Et si l’histoire est “très librement inspirée d’une nouvelle de Robert E. Howard, Vulmea le pirate noir“, comme il est précisé en page de garde, son personnage principal s’impose pleinement. Déjà attachant et très attirant.

C’est aussi le cas des planches. L’album est aussi un vrai plaisir pour les yeux, avec des décors très fouillés, des personnages bien typés, un découpage vraiment très dynamique… et le souffle épique de l’aventure exotique. De quoi vraiment donner envie d’embarquer avec Raven.

Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
0
J'AIMEJ'AIME
0
J'ADOREJ'ADORE
0
HahaHaha
0
WOUAHWOUAH
0
SUPER !SUPER !
0
TRISTETRISTE
0
GrrrrGrrrr
Merci !

By Daniel Muraz

Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté.
Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre.

Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *