“Sengo”, un duo d’anciens combattants de 1945 pour le Prix ACBD Asie 2020

    Le prix ACBD Asie 2020 (qui distingue une bande dessinée asiatique remarquable parue en français entre juillet 2019 et juin 2020) a été attribué à Sengo, de Sansuke Yamada.

    En ce soixante-quinzième anniversaire de l’explosion de la bombe d’Hiroshima et Nagasaki, c’est un récit dans les ruines du Japon défait qui a reçu cette année le Prix ACBD Asie: Sengo de Sansuke Yamada (publié en française aux éditions Casterman).

    Ce récit en deux volumes replonge dans le Tokyo détruit et défait de 1945, et se construit autour des retrouvailles de Toku Kawashima et Kodamatsu Kuroda, deux soldats démobilisés, dont ont découvrira progressivement la force des liens, mais aussi les traumatismes endurés durant le conflit, au cours de diverses séquences de flash-back.

    Toku, ancien capitaine, est revenu de la guerre comme un spectre hanté par la défaite, esprit déphasé incapable de se réadapter à cette vie civile dans laquelle il apparaît irrémédiablement décalé. Kodamatsu, à l’inverse, soldat sous les ordres de Toku, est une force de la nature, un brin balourd mais roublard et très débrouillard.

    Dans un pays exsangue et en ruines, subissant l’occupation américaine, les deux acolytes, vivent d’expédients et de petits trafics. Une existence un peu sordide traité sur un registre tragi-comique, baroque oscillant entre violence et burlesque.

    Si le ton évolue dans le deuxième tome, vers un registre plus dramatique sur fond de crime de guerre, le duo picaresque – qui fait un peu songer à Don Quichotte et Sancho Pança – s’avère incontestablement toujours aussi attachant et très humain.

    Le trait vif ainsi que la vivacité des dialogues (pour la version française en tout cas) apportent un rythme soutenu à cette saga pleine de fraternité.

    Parue entre 2013 et 2018 au Japon, la série initiale comptait sept volumes. Dans sa version française, les deux premiers tomes sont parus au début de l’année, le troisième en juillet et le quatrième est annoncé pour octobre prochain.

    Pour en revenir au prix ACBD 2020, Sengo l’a emporté dans une sélection finale de grande qualité. Sans trahir le secret des votes, on peut saluer aussi, et ainsi, La Vis, exhumation de récits de la fin des années 60 de Yoshiharu Tsuge, récits novateurs qui n’ont rien perdu de leur impact et de leur fascination.

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    La maison aux lourds secrets de famille

     La Maison aux souvenirs, Nicolas Delestret. Editions Grand Angle, 120 pages, 19,90 euros. Voici ...

    Lundi de l’égalité avec Farid Boudjellal et Petit Polio

    La Maison de l’égalité d’Amiens invite lundi Farid Boudjelal et présente l’expo consacrée à ...

    Gung Ho toujours plus haut

    Gung Ho, tome 4: colère, Benjamin Von Eckartsberg (scénario), Thomas Von Kummant (dessin). Editions Paquet, ...

    Philippine Lomar a toujours du punch

     Philippine Lomar, t.4: Total respect, Dominique Zay (scénario), Greg Blondin (dessin), Dawid (couleur). Editions ...

    “Seuls” bientôt à l’écran

    Seuls, de Gazzotti et Vehlmann est incontestablement une réussite parmi les séries jeunesse récentes, ...

    Les Arts dessinés sous toutes leurs formes

    Après dBD et l’Immanquable, Frédéric Bosser lance une nouvelle revue, trimestrielle cette fois, et ...