Shelton & Felter sortent bien de la mélasse

    Shelton et Felter, tome 1: la mort noire, Jaques Lamontagne. Editions Kennes, 48 pages (plus huit pages de cahier graphique), 14,95 euros.

    Un nouveau duo d’enquêteurs fait son entrée. Et il n’a pas grand chose à envier à ses augustes prédécesseurs en matière d’efficacité, même si leur union semble aussi disparate qu’accidentelle.

    1924 à Boston (USA). Ancien boxeur, Isaac Shelton s’est reconverti dans le journalisme. Fait diversier pour le Boston Globe, il est stupéfait par les talents analytiques d’un petit bonhomme moustachu, Thomas Felter, croisé dans la rue lors d’un accident. Et il voit l’intérêt d’une association entre eux: Felter dévoilerait les “mystères” de la ville et lui, Shelton, en ferait le récit pour son journal. Et justement, un cas très étrange apparaît: un homme est retrouvé mort, sur les quais, le ventre empli de mélasse, un rivet métallique en main. Bientôt un second cadavre sera retrouvé, noyé dans sa baignoire pleine de mélasse. Ces meurtres seraient-ils en lien avec l’effroyable accident du 15 janvier 1919, lorsqu’une citerne de mélasse se déchira, en plein centre-ville, faisant 21 morts ? La police patine. Felter et Shelton ont un défi à leur dimension…

    Quelque part entre Sherlock Holmes et Watson mais aussi Astérix et Obélix (pour la corpulence), le journaliste à l’imposante carrure Isaac Felton et le libraire chétif et hypocondriaque (mais incroyablement doué en observation et déduction) Thomas Felter font une étrange paire. Leur complicité fonctionne cependant aussi vite qu’elle se noue avec le lecteur, au fil de ce premier tome prometteur.
    Au-delà de la caractérisation réussie des personnages et d’un dessin semi-réaliste très dynamique, le Canadien Jacques Lamontagne (qui signe là sa première oeuvre en tant qu’auteur complet) parvient également à bâtir une histoire solide et – au départ du moins – très intrigante. Autre originalité et autre bonne idée, dans un genre – l’enquête policière “classique” – que l’on associe plutôt à la Grande-Bretagne, le choix de transposer le récit dans le Boston de la prohibition, en s’appuyant sur une réelle tragédie insolite, charpente et enrichit d’autant l’intrigue.
    Bref, une affaire rondement menée. Et qui en appelle d’autres, espérons-le !

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Jules et Jim au temps des nanotechnologies

    Presque maintenant, Cyril Bonin. Editions Futuropolis, 72 pages, 17 euros. C’est un peu Jules ...

    Okko avant Okko, aux racines du mythe

    Okko, tome 9: le cycle du vide 1/2, hub. Editions Delcourt, 62 pages, 14,95 ...

    toujours sexy, Gung Ho

    Gung Ho, tome 3: Sexy Beast, Benjamin Von Eckartsberg (scénario), Thomas Von Kummant (dessin). ...

    Aristote et ses potes

    Une Tragédie grecque, tome 1 : Deux sœurs. Bartoli, Nicaise. Editions Bamboo. 48 pages. ...

    L’apocalypse du treizième jour

    Prométhée, tome 11: le treizième jour et tome 12: Providence, Christophe Bec (scénario), Stefano ...