Silence, ça pousse avec Lapinot

    Les herbes folles, Les nouvelles aventures de Lapinot, tome 2. Editions L’Association, 366 pages, 19 euros.

    Dans une ville, Lapinot, personnage trondheimien par excellence, flâne au gré des rues. Mais cet ordinaire est vite chamboulé par un événement extraordinaire. A chaque pas effectué, des herbes sauvages poussent inexplicablement sur les murs et trottoirs. Notre gentil héros se retrouve propulsé dans un monde parallèle, envahi par une végétation luxuriante et peuplé de créatures inquiétantes.

    Passant d’un monde à l’autre, notre célèbre lapin, aidé de son ami Richard, d’abord incrédule mais toujours partant pour l’aventure, va tenter de se sortir de cette impasse spatio-temporelle très anxiogène, où les rues sont envahies par la nature, les immeubles deviennent des montagnes, les humains se transforment en zombies et où un étrange shaman va démontrer le pouvoir d’un collier magique.

    Depuis que Lewis Trondheim, auteur et éditeur à l’Association, a décidé de « ressusciter » son personnage fétiche en 2017 (voir Les Nouvelles aventures de Lapinot « Un monde un peu meilleur ») il laisse plus que jamais libre cours à son imagination débridée. Plus de vingt ans après Lapinot et les carottes de Patagonie (BD en noir et blanc de 500 pages!), cet adepte de l’OuBaPo (Ouvroir de la bande dessinée potentielle) s’est lancé un nouveau défi : réaliser un album sur une année civile – du 1er janvier au 31 décembre 2018 – en faisant un dessin chaque jour dans un petit carnet moleskine, peint à l’aquarelle. Publiés à raison d’une page par jour sur le compte Instagram de Lewis, ces dessins sont désormais compilés dans un épais carnet au format à l’italienne.

    De ces dessins réalisés au jour le jour, il en sort une véritable histoire sans parole, se lisant presque comme un flip-book, où Lapinot tente de survivre dans cette jungle urbaine au sens propre comme au sens figuré.

    Face à cette nature totalement folle qui avance inexorablement, dans la cité, Lapinot se retrouve tel Robinson Crusoé sur une île déserte et craint à chaque page tomber sur un nouveau danger. Mais justicier dans l’âme, il va tenter de déjouer le mystère qui semble contaminer son monde et ses semblables.

    Si ses amis habituels sont absents de cette aventure, il pourra compter sur l’incontournable Richard qui est toujours une blague à lui tout seul. Il apporte aussi la touche humoristique dans cet album où le cauchemar trouvera son épilogue à la toute fin de l’histoire.

    Les herbes folles semblent être aussi la métaphore des angoisses de l’auteur face à un monde contemporain de plus en plus imprévisible où une catastrophe peut survenir à tout moment. La scène où Lapinot perdu dans cette étendue verte tente de trouver le réseau avec son portable vaut ainsi tous les discours.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste depuis près de 20 ans, dans différents titres de la presse locale, tombé dans la marmite des bulles, quand il était petit, en découvrant Snoopy puis les aventures d'un naufragé du A, des Tuniques bleues ou encore d'un Gentilhomme de fortune accompagné d'un célèbre révolutionnaire russe. Toujours passionné de BD, a collaboré à l'éphémère magazine BachiBouzouk, écrit un mémoire sur "L'Association" en 1999 sous la direction de Pierre Christin (IUT de journalisme de Bordeaux) puis aujourd'hui chroniqueur à Bulles Picardes.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Le chef-d’oeuvre monstre de l’année

    Moi, ce que j’aime, c’est les monstres, Emil Ferris. Editions Monsieur Toussaint-Louverture, 416 pages,  ...

    Druillet s’expose et s’impose

    Philippe Druillet, textes Benjamin Legrand, Editions MEL Publisher, 360 pages, 49 euros. Vuzz, l’intégrale, ...

    Mai 68 (6/6): Le pavé enchanté de Dominique Grange et Tardi

    Chacun de vous est concerné, Dominique Grange, Jacques Tardi. Ed. Casterman, 52 pages et ...

    Tremen, passage vers une fascinante mélancolie grise

     Tremen, Pim Bos. Editions Dargaud, 64 pages, 14,99 euros. C’est la plus étrange “vision ...

    Guernica formidablement bien remis en perspective par Bruno Loth

    Guernica, Bruno Loth. Editions La Boîte à bulles, 80 pages, 19 euros.  En décembre ...

    Un Mickey (et un Loisel) fort de café

    Mickey Mouse : Café zombo, Régis Loisel. Editions Glénat, 80 pages, 19 euros. Après Tromdheim ...