Sous l’emprise de la Quête de l’Oiseau du temps

    La quête de l’Oiseau du temps, cycle Avant la quête, tome 5: l’emprise, Serge Le Tendre et Régis Loisel (scénario), Etien (dessin). Editions Dargaud, 64 pages, 13,99 euros.

    Bragon a survécu au Rige et le temps de son apprentissage s’est terminé. Il est devenu chevalier comme il en rêvait. Mais a échoué dans sa première mission: la jeune héritière de la Marche pourpre a été tuée par l’Ordre du signe, à la suite d’une trahison venue du plus près de Mara et du prince de la Marche des voiles d’écume. Et si Bragon et Bulrog ont réussi à s’en sortir, c’est au prix de l’amnésie du chevalier. Devenu lutteurs de foire pour tenter de trouver l’argent nécessaire à leur retour, nos deux héros vont se faire repérer par les fanatiques du Signe. Et Bragon va même en devenir une marionnette. Au risque de mettre en danger définitivement le Pays des Sept Marches…

    Le temps est au coeur de la quête. Et aussi au centre du rapport du lecteur à la série. Car celle-ci, elle aussi, prend son temps. Quatre ans depuis le précédent épisode, qui était lui-même sorti trois ans après le tome 3, etc. Au final, cela va faire… 34 ans qu’a débuté ce monument de l’héroïc-fantasy en bande dessinée (pour ne pas dire sa saga inaugurale). Mais, alors que les rythmes de parution s’accélèrent, que les différents tomes d’une série sont parfois bouclés afin de pouvoir les faire paraître à quelques mois de distance, ce retour aux pratiques anciennes – pour ne pas dire ancestrales – de la bande dessinée a quelque chose de plaisant, d’apaisant. Rien de rédhibitoire ou d’énervant. On retrouve l’habitude de l’attente, de la découverte d’un nouvel épisode qui contraint – avec bonheur – à se replonger dans les précédents tomes pour retrouver le fil et, donc, avoir une lecture bonifiée par l’expérience et le recul. Car la complicité fonctionne à plein ici.
    Bragon, Mara ou Bulrog sont devenus des compagnons fidèles, dont on prend plaisir à avoir des nouvelles ponctuelles. Et le récit de ce deuxième cycle est toujours impeccablement mené, dans ce nouvel épisode. La noirceur qui nimbe le premier cycle (chronologiquement, la suite à venir) s’insinue peu à peu, avec notamment ici une séquence finale morbide et implacable. L’histoire avance vers son dénouement, mais à son rythme.
    Et la fusion est telle que le changement de dessinateur, pour ce tome 5, se fait quasi-imperceptible. David Etien s’inscrit totalement dans la suite de Vincent Mallié (pour sa part pris par la suite du Grand Mort, dont le septième tome vient également de paraître ces jours-ci), tous deux sous la “direction graphique” de Loisel, bien sûr. Et le résultat graphique est toujours aussi somptueux. Avec une finesse dans le trait, une majesté dans les paysages et les plans larges, un découpage réussi entre les scènes d’action et celles plus introspectives. Ceux qui sont entrés dans cette quête y sont bien sous son emprise, en effet. Et cela continue à être fort agréable.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Les Français sous l’oeil du Belge Kroll

    Les Français vus par un Belge, Pierre Kroll. Editions Les Arènes, 144 pages, 20 ...

    Dans la tête d’un terroriste

    L’attentat, Loïc Dauvillier (scénariste), Glen Chapron (dessin). Editions Glénat, 160 pages, 25,50 euros. Il ...

    Alt-Life, quand le virtuel prend chair

    Alt-Life, Thomas Cadène (scénario), Joseph Falzon (dessin). Editions Le Lombard, 184 pages, 19,99 euros. ...

    Quinze ans de Benjamin Lacombe dans un beau livre

     Curiosities, monographie de Benjamin Lacombe. Editions Daniel Maghen, 304 pages, 35 euros. Si l’éditeur ...

    Aux Amériques

    [media id=27 width=320 height=240] Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis ! 0J'AIME0J'ADORE0Haha0WOUAH0SUPER !0TRISTE0GrrrrMerci !

    L’autre grand Charles de l’Histoire de France

    Charlemagne, Clotilde bruneau, Vincent Delmas, Gwendal Lemercier, Geneviève Bührer-Thierry. Editions Glénat (collection Ils ont ...