Mai 68 (5/6): Romances sous (et sur) les pavés

    Sous les pavés, Warnauts, Raives. Editions Le Lombard, coll. Signé. 80 pages, 14,95 euros.

    Début mai 1968. Après Berlin ou Prague, Paris s’agite à son tour. Le 3 mai, le préfet Grimaud fait évacuer la Sorbonne et les étudiants gauchistes qui l’occupaient, par crainte d’une confrontation avec le groupe d’extrême droite Occident. Premières échauffourées qui vont embraser le Quartier latin et les esprits pendant un mois avant que le pouvoir se reprenne et que l’ordre règne de nouveau. Parmi les témoins de ce fol mois de mai: Jay, un jeune photographe américain qui se retrouve interrogé, à la mi-juin, par la police.
    Un interrogatoire destiné à connaître les raisons de sa présence sur place et des liens existant dans le “club des cinq” qui s’était formé en mai. Cinq jeunes gens d’horizons divers dont les sentiments et les relations vont être bouleversés par l’esprit de mai 68. Jay Fergusson, donc, au passé empli de zones d’ombres; son ami Didier, séduisant et séducteur, ayant fréquenté les milieux autonomistes des Antilles ; Sarah Tanenbaum, jolie fille brune, très émancipée et qui couche – par intérêt – avec le père chirurgien de Gilles Dussart, promis lui aussi à un bel avenir médical et fiancé avec Françoise, la blonde colocataire de Sarah, jeune fille plus réservée, dont les origines paysannes vont créer un lien avec Jay, lui même originaire du Montana.

    Mai 68 est présent ici par la bande. En arrière-fond des relations sentimentales qui vont se nouer et se dénouer entre les principaux protagonistes. Mais tous, comme le chante Dominique Grange dans l’album évoqué hier, vont être concernés par ces événements.
    Le récit, suivant le fil de l’interrogatoire policier serré auquel est soumis Jay, apparaît longtemps un brin brumeux. Ou, plus exactement, tendant vers un but imperceptible mais sans doute tragique. Sans en dévoiler l’issue, disons que l’intrigue s’avérera moins dramatique qu’elle pouvait être envisagée. Mais plus sobre et réaliste aussi. La tension et l’incertitude sont en tout bien présents de bout en bout. Le contexte politique est amené par petites touches, au fil des flash radio ou des réflexions dans les soirées enfumées. Le caractère des personnages – hormis peut-être celui de Sarah – est rarement approfondi, juste suffisamment campé pour jouer correctement son rôle dans une intrigue qui se révèle, au final, subtile et délicate.
    Les couleurs directes manquent, elles, en revanche, un peu de subtilité, mais le trait réaliste des deux auteurs (qui réalisent ensemble à la fois scénario et dessin) restitue bien l’atmosphère effervescente de ce mois de mai parisien. Et sous les pavés, on trouve ici une jolie chronique qui aborde la grande histoire de biais, sous un angle humain et sentimental.

     

    • Pour être, nous aussi, dans le tempo “commémoratif”, nous évoquons durant toute une  semaine, des albums, romans graphiques ou magazines de BD évoquant Mai 68. 
    •  Demain, fin de notre série en beauté avec un véritable pavé. Un album-disque hors norme co-signé Dominique Grange et Jacques Tardi.
    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    César et Meiji, destins macroniens…

    L’empereur Meiji, Mathieu Mariole (scénario),Guillaume Carré (historien), Ennio Buffi (dessin). Editions Glénat – Fayard, ...

    Titeuf, toujours bien de son temps

    Titeuf, tome 15: à fond le slip ! Zep. Editions Glénat, coll. Tchô ! ...

    Quand la bande à Charlie Hebdo dessinait pour des manifs picardes

    Trois petits clins d’oeil et hommages à Wolinski et Cabu, à travers des dessins ...

    Le Rapport W au coeur de l’enfer d’Auschwitz

     Le rapport W, infiltré à Auschwitz, Gaëtan Nocq. Editions Daniel Maghen, 250 pages, 29 ...

    “Anuki” sans parole, mais non sans talent dans le Courrier picard

    On a déjà évoqué, voilà quelques jours, la sortie d’Anuki, nouvel album Bd/Jeunesse des ...