Tremen, passage vers une fascinante mélancolie grise

     Tremen, Pim Bos. Editions Dargaud, 64 pages, 14,99 euros.

    C’est la plus étrange “vision du futur” proposée par la mini-collection de Dargaud débutée par Aiôn et poursuivi par l’Humain Et un album résolument singulier en soi.

    Dans un monde futuriste totalement grisâtre et poussiéreux, un voyageur solitaire erre dans des terres désolées sur sa monture cybernétique. Les cités, où il est contraint de se rendre pour se recharger en énergie sont tout aussi morne et désespérantes. Il semble aussi provoquer le chaos – ou du moins une agitation destabilisante à son passage. Dès le début, un homme se fait entraîner dans le ciel par une sorte de ballon-sonde avant de décrocher puis de s’empaler sur une antenne ; plus tard des sortes de gros vers s’extirpant en rampant d’une mer huileuse vont être la proie d’humanoïdes en furie. Entre les deux, il défiera la police matraquant un robot avant de décapiter à son tour un autre de ces robots à l’air ébahi qui s’en prenaient à sa monture…

    Il ne faut pas se le cacher, cet album apparaît d’abord bien hermétique. Cela d’autant plus que ce récit est totalement muet. Et malgré plusieurs relectures, il est toujours aussi difficile de prétendre avoir saisi tout le sens de ce délire (le titre évoquant le delirium tremens). Mais pas d’agitation névrotique ici. Tout au contraire, une ambiance post-apocalyptique morne, parsemée d’instants d’action fulgurante. Et aussi quelques clins d’oeil, comme cette hallucinante apparition transfigurée de Nighthawks, le célèbre tableau d’Edward Hopper.

    Nighthawks, le célèbre tableau d’Edward Hopper revisité par Pim Bos.

    Mais, surtout, il y a cette grisaille omniprésente qui occupe toute les pages, ce graphisme éblouissant, très pictural, renforcé par une mise en page avec peu de cases – trois maximum par planche – rythmée par de pleines pages semblables à autant de petits tableaux. Et ce dispositif a un effet progressivement très envoûtant.

    Alors, en trois chapitres (qui en appellent d’autres ?), ce périple silencieux et solitaire à la Arzach de Moebius – où l’oiseau aurait laissé place à un curieux quadrupède – fascine et s’impose, dans un étrange ressenti d’angoisse et de mélancolie. Et puis, un ouvrage d’un jeune auteur néerlandais illustrateur de jeux vidéos dont c’est là apparemment la première bande dessinée ne peut que susciter la curiosité. Surtout quand il est chaleureusement salué à la fois par Philippe Druillet et Marc Caro. Et inciter à percer les secrets de son récit.

    Marc Caro, dont l’univers cinématographique s’approche par certains aspects de Tremen, livre d’ailleurs une clé pour tenter de résoudre le mystère, en soulignant que “tremen” en breton veut dire “passage”. C’est effectivement vers une autre dimension qu’entraîne cet album. Et cela vaut le coup d’y basculer.

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    L’épopée du hip-hop continue de se dessiner chez Papa Guédé

     Hip-hop family tree, volume 4 : 1984-1985, Ed Piskor. Editions Papa Guédé, 112 pages, 26 ...

    Trois drôles de dames… de haut vol

    La grande odalisque, Bastien Vivès, Jérôme Mulot, Florent Ruppert, éditions Dupuis / Aire libre, ...

    Une foi révélée dans la cire

    La cire moderne, Vincent Cuvellier (scénario), Max de Radiguès (dessin). Editions Casterman, 160 pages, ...

    David François et Chaplin au Labyrinthe

    David François, dessinateur amiénois de Chaplin en Amérique (éditions Rue de Sèvres) dédicacera à ...

    20 plaisirs de lecture de 2013

    Exercice, désormais un peu rituel, de ce dernier jour de l’année, un petit retour ...

    “De Briques et de sang” bientôt à la télé ?

    Nos confrères de l’Aisne nouvelle l’évoquent dans leur édition de ce mardi: De briques ...