Un voyage glaçant dans l’univers  lovecraftien

    Les montagnes hallucinées, tome 1, Gou Tanabe. Editions Ki-oon, 294 pages, 15 euros.

    Septembre 1930, port de Boston. Menée par le professeur Dyer, une équipe d’explorateurs s’apprête à embarquer pour l’Antarctique encore largement méconnue. Cap plein nord pour les deux navires transportant scientifiques et matériel (dont cinq précieux avions acheminés en pièces détachées). Après avoir traversé l’océan austral, les bateaux accostent sur l’île de Ross. Les premières recherches géologiques s’avèrent vite fructueuses et pleine de promesses. Des fossiles striés provenant d’un trou foré aux explosifs révèlent la présence d’une forme de vie encore inconnue. L’excitation est à son comble au sein des scientifiques, en particulier chez le professeur Lake qui en veut plus.
    Bravant le danger, et par la même occasion l’autorité du professeur Dyer, il décolle avec une dizaine d’hommes vers ces hallucinantes montagnes noires qui détonnent tant dans cet univers immaculé. Lake et ses compagnons poussent leur expédition à des milliers de kilomètres du campement et parviennent finalement à mettre au jour une grotte qui les mène à d’immenses dépôts de coquillages et d’ossements. Puis à d’étranges spécimens géants en forme d’étoile. Ce qu’ils ne savent pas encore, c’est que cette découverte sera synonyme d’effroi et de souffrance…

    Sherlock (Jay), Le comte de Monte-Cristo (Ena Moriyama), Les Misérables (Arai Takahiro), etc, l’adaptation de romans à succès en mangas se multiplie ces dernières années.
    Après les éditions Soleil (Soleil Manga) qui ont lancé, en 2011, une nouvelle collection « Classique Manga », puis les éditions Kurukawa, c’est donc au tour de Ki-oon de prendre ce créneau avec l’arrivée dans son catalogue d’une collection intitulée « Les chefs-d’œuvre de Lovecraft », qui comme son nom l’indique, est consacrée à l’un des plus grands contributeurs du récit classique d’horreur du XXe siècle.

    Proposé dans une magnifique édition avec couverture effet cuir et grand format (15x21cm), ce premier titre, Les Montagnes hallucinées, est une belle réussite.

    Connu en France pour The Outsider (Glénat), Kasane (Kana) et Mr. Nobody (Doki-Doki), le dessinateur Gou Tanabe, considéré à juste titre comme l’une des références du manga horrifique, a réalisé un travail remarquable via un trait sombre et hyper-réaliste, presqu’européen serait-on tenté d’écrire. Le souci du détail employé dans la description des outils, des appareils ou des avions est tout bonnement bluffant.

    Le mangaka est resté fidèle à l’histoire originale. Une histoire adaptée au cinéma (on se souvient du très réussi The thing de John Carpenter) et qui inspire toujours. Il suffit pour s’en convaincre de regarder la très bonne série The Terror sortie cette année et qui emprunte les mêmes mécanismes « lovecraftiennes ».

    Le manga reprend les mêmes thèmes que le court roman écrit par l’auteur américain comme le mythe de Cthulhu, ces anciennes civilisations ou ces extraterrestres qui cherchent à reprendre le contrôle de la planète quitte à exterminer tout sur leur passage.

    Plutôt volumineux avec ses 294 pages, le premier tome nous plonge dans un univers blanc et lugubre à la fois, comme Howard Phillips Lovecraft l’a imaginé en son temps. A travers de magnifiques grands plans sur une pleine ou une double page, Tanabe retranscrit à merveille l’immensité des contrées polaires et l’atmosphère quasi irréelle qui y règne. Plein de suspense et de tension, le récit nous entraîne inexorablement vers ces fascinants spécimens de mort dont on ignore la nature. Pas ou peu de temps mort, le lecteur ira de découverte en découverte.
    On attend avec impatience la sortie du deuxième et dernier tome de cette hallucinante adaptation.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Encore Bravo pour la nouvelle aventure de Jules !

    Une épatante aventure de Jules, t.6 : Un plan sur la comète, d’Emile Bravo, ...

    Le Suaire : quand la religion n’est pas de bonne foi

    Le Suaire, premier tome: Lirey, 1357, Gérard Mordillat et Jérôme Prieur (scénario), Eric Liberge ...

    Le manga, sport d’Equipe

    Avec un peu de retard à l’allumage, on peut saluer l’initiative de l’Equipe, ce ...

    L’amour de A à Z, triste abécédaire

    La dernière femme, Charles Masson, édition Casterman (coll.Ecritures), 176 pages, 14 euros. L’amour propre ...

    L’enfer des Vosges durant la Première Guerre mondiale

    La guerre des loups, l’enfer du Lingekopf, Victor Lepointe. Editions Pierre de Taillac, 64 ...