Lapa la nuit, Nicolaï Pinheiro. Editions Sarbacane, 136 pages, 22,50 euros.

    Moins connu que Copacabana ou Ipanema, Lapa est un quartier populaire de Rio qui se métamorphose, le soir, en lieu de fêtes et de soirée, endroit où convergent fils de famille et dealers, putes et touristes en goguette.

    Le temps d’une nuit, justement, une douzaine de protagonistes vont s’y retrouver, s’y croiser et voir leurs destins s’enchevêtrer. Parmi eux, Erika, une belle touriste allemande de passage, mais aussi Joana, jeune Brésilienne très libre d’esprit, Cacique, glandeur et dragueur un peu paumé vivant sur le canapé de son ex, courageuse jeune femme travaillant comme femme de ménage dans un hôtel (où Joana est standardiste et Erika la cliente de quelques nuits) ; un hôtel fréquenté aussi par un vieux colonel nostalgique de l’époque de la dictature et objet de visée aussi de gangsters un brin pathétiques.

    Jeune auteur franco-brésilien, Nicolaï Pinheiro a bien connu, lui aussi, Lapa. Il en fait ici un autre personnage principal de ce one-shot prenant et remarquablement bien construit. Un roman choral empreint de tension sexuelle latente, où les différents itinéraires de tous ses personnages vont se rejoindre, à un moment où un autre, au fil d’une nuit d’errance, mais sans jamais que le lecteur, lui, soit perdu. Cela grâce à un joli travail de caractérisation, à la fois graphique et psychologique, des différents protagonistes. Le tout porté et renforcé par un joli trait oscillant entre réalisme et semi-réalisme, mais avec une indéniable personnalité. Et la dernière planche, en effet miroir de la première, vient parfaitement boucler l’histoire de cette nuit particulière (ou pas) à Rio.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Opus, le dessin très anime de Satoshi Kon

    Opus, tome 1, Satoshi Kon, éditions imho, 196 p., 14 euros. Pas toujours facile ...

    Le souffle de l’épopée de la Horde

    La horde du contrevent, tome 1: le cosmos est mon campement, Eric Henninot. Editions ...

    Fantômes et farfafouilles

    L’Épouvantable Encyclopédie des fantômes, Pierre Dubois, Carine M  et Elian Black’Mor. Editions Glénat ; 216 ...

    Le temps, c’est du rêve avec Azimut

    Azimut, tome 3: les anthropotames du Nihil, Wilfrid Lupano (scénario), Baptiste Andreae. Editions Delcourt, ...

    Aaarg ! ne mollit pas

    Le n°5 de la belle revue Aaarg ! vient de débarquer. Avec un numéro ...

    Corto Maltese voyage encore bien

    Corto Maltese, tome 14: Equatoria, Juan Diaz Canales (scénario), Ruben Pellejero (dessin). Editions Casterman, ...