Une dernière aventure pour quitter la Pension Moreau

     La Pension Moreau, tome 3: la chasse à l’enfant, Benoît Broyart (scénario), Marc Lizano (dessin), Nolwenn Duflos (couleur). Editions de la Gouttière, 48 pages, 14 euros.

    Epilogue de l’épopée d’Emile et de ses copains pour se libérer de la terrible Pension Moreau où ils ont tous été placés. A la fin du tome précédent, les enfants avaient réussi à s’enfuir du pensionnat pour orphelins. Réfugiés dans la forêt qui borde l’établissement, ils doivent organiser leur survie. Et bientôt, ils vont être poursuivis par les professeurs et surveillants. Dans une course-poursuite sans merci, car les quatre enfants en ont trop vu des pratiques de l’institution…

    Ce troisième tome et son sous-titre sont les plus proches de l’ambiance du poème de Jacques Prévert à l’origine de l’histoire. Une “chasse à l’enfant” terrible et bestiale où, pour bien marquer cette dernière dimension, les professeurs vont progressivement abandonner leurs oripeaux et vêtements humains pour retrouver leur animalité première. Pour les enfants, cette évasion tient aussi du parcours initiatique, se trouvant confrontés à des épreuves successives, avant – peut-être – d’atteindre l’orée du bois et la liberté tant espérée.

    Moins dense et sombre que les deux précédents tomes, ce troisième épisode se parcourt avec plus de rapidité – à l’image du rythme de l’épisode. Mais il a le mérite de bien clore l’histoire de ce conte moderne – laissant planer jusqu’au bout le doute sur l’issue, tragique ou réjouissante, à laquelle vont être confrontés les enfants.

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    L’île mystérieuse de Kenji Tsuruta

    L’île errante, tome 1, Kenji Tsuruta. Editions Ki-oon, 192 pages, 15 euros. Jeune et ...

    Une idée de cadeau pour Noël (1/8): Le cas Binet à l’honneur

    Binet, les grands crus classés de Fluide glacial, collectif. Editions Fluide glacial, 96 pages, ...

    Tardi, du Stalag IIB au camp d’internement de Royallieu

    Plus d’une quarantaine de planches originales du triptyque Stalag IIB, la dernière trilogie de ...

    Le livre des Démons, lecture démoniaque

    Le Livre des Démons (série en cours), Konkichi (scénario et dessin). Editions Komikku, 192 ...

    Route end, nettoyage mortel

    Route end, tome 1, Kaiji Nakagawa (scénario et dessin). Editions Ki-oon, 192 pages, 7,90 ...