Une idée de cadeau de Noël (5/8): La grande histoire du Canard dessinée

    L’incroyable histoire du Canard enchaîné, plus d’un siècle d’humour et de liberté (nouvelle édition augmentée), Didier Convard (scénario), Pascal Magnat (dessin). Editions les Arènes, 204 pages, 22,90 euros.

    Né caneton fragile dans la boue des tranchées, le Canard se déchaîne toujours, plus d’un siècle plus tard. Traversant, accompagnant l’histoire de France, ses frasques et parfois ses scandales qu’il a participé à révéler.
    Voilà deux ans, l’anniversaire des cent ans du volatile avait donné lieu à une certaine profusion éditoriale, avec quelques beaux livres comme les 100 ans du Canard coordonné par Patrick Rambaud (ré-édité en 2017 avec, logiquement, les 101 ans du Canard) ou un monumental volume de 650 pages et 2000 dessins publié par les éditions des Arènes. Mais pour un hebdo faisant quand même la part belle au dessin, une histoire dessinée pouvait aussi sembler logique. Didier Convard (auteur entre autre du Triangle secret) et Pascal Magnat (dessinateur notamment de l’Empire, toujours aux éditions des Arènes) s’y sont donc attelés avec leur Incroyable histoire du Canard enchaîné. vendue à quelque 50 000 exemplaires.
    De quoi justifier également une ré-édition, parue en cette fin d’année 2018. Une nouvelle édition augmentée de 32 pages, ce qui permet notamment de mettre à l’honneur la dernière grande affaire sortie par le Canard : les déboires et tricheries financières de François Fillon lors de la campagne présidentielle 2017.

    Une histoire faite d’hommes (et de femmes)

    Avant cela, c’est toute l’histoire du journal qui est rappelée, de manière à la fois didactique et très plaisante. Le pacifisme des débuts, les déchirements de l’entre-deux guerre, la Seconde guerre mondiale, la reparution euphorisante à la libération, puis les années difficiles du début des années 50, la relance et la réorientation du journal satirique en hebdo d’investigation et d’enquêtes sous la houlette de Roger Fressoz, à partir de 1952, puis bien sûr la grande époque gaulliste et ses suites ou les révélations et les “affaires” se succèderont
    Des faits et des journalistes, car chaque époque est aussi restituée à travers des évocations des hommes qui ont fait le journal: Marcel Maréchal, son fondateur, sa femme Jeanne Maréchal qui assura ensuite courageusement la direction de la publication, Richard Treno qui prend la relève à la Libération, Fressoz, donc et bien d’autres figures haute en couleur.

    Pour raconter ce siècle, et plus, les auteurs en proposent une version théâtralisée, dans une bande dessinée chronologique jusqu’en 1981. Pièce tragi-comique en trois actes. Ensuite, tandis que les “casseroles” politiques s’accumulent, c’est un petit jeu de l’oie en forme de 176 cases brossant la période 1981-2015. Une compilation certes un peu frustrante, ou le texte prend le pas cette fois sur l’image réduite à une seule illustration par “case”, mais sans cela, l’ouvrage aurait été vraiment très volumineux. Et le traitement s’autorise quelques développements plus étoffés, notamment un émouvant rappel autour de l’attaque contre Charlie hebdo, où le Canard perdit aussi des plumes avec l’assassinat de Cabu, devenu l’un de ses piliers. Le tout ponctué de la reproduction de quelques manchettes savoureuses.

    Retour à la bande dessinée pour la dernière période, 2016-2017. Moins de deux ans, mais tant de choses à dire, entre l’élection de Trump et celle de Macron ou, bien sûr les révélations en cascade de “l’affaire Fillon” (que l’album parvient à restituer avec une grande limpidité). Après l’Histoire, ce retour sur ce qui presque encore de l’actualité est également très réussi. Et parfaitement dans le ton des pages précédentes.

    Didier Convard réussit à synthétiser les différentes époques avec intelligence et vivacité. Et Pascal Magnat apporte une touche caricaturale singulière et pleine d’empathie, avec un trait appuyé mais un vrai talent pour faire revivre tous ces personnages.

    Alors certes, il ne faut attendre de recul critique dans cette incroyable aventure (du moins sur la période la plus récente, l’ouvrage mentionne bien les tensions entre les deux-guerres et les dérives antisémites de quelques ex-collaborateurs du journal). Mais un hommage sincère et réussi à ce “palmipède utopiste et humaniste” qui sait “toujours donner de solides coups de bec“. Et, tel qu’il est, il demeure indispensable, comme depuis un siècle. Et comme le montre bien ce beau livre. 

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Introspection nipponne ni mauvaise

    Un thé pour Yumiko, Fumio Obata. Editions Bayou, 160 pages, 19 euros. Installée depuis ...

    Bootblack… il était une autre fois en Amérique

    Bootblack, tome 1, Mikaël. Editions Dargaud, 64 pages, 14 euros. Altenberg est un enfant ...

    Un financement participatif pour sortir le Monstre de l’ombre

    Emmanuel Beaudry et Virgile Antoine, auteurs amiénois, sont sur un nouveau projet commun: “L’Ombre ...

    La nuit à Rome qui peut tout changer

      Une Nuit à Rome, livre 2, par Jim. Editions Bamboo, collection Grand angle ...

    Paris-Montréal, aller pas si simple

    Wesh ! Caribou, chroniques d’un immigré dans le Grand nord, El Diablo. Editions Rouquemoute, ...

    Dans l’ombre de la Révolution française

    Versailles, l’ombre de Marie-Antoinette, Didier Convard, Eric Adam (scénario), Eric Liberge (dessin), éditions Glénat, ...