Vertigineux Jean-Marc Rochette

     Vertiges, Jean-Marc Rochette, entretien avec Rebecca Manzoni. Editions Daniel Maghen, 180 pages, 39 euros.

    C’est le premier art-book consacré au travail de Jean-Marc. Et il est aussi massif et élevé que ses dernières oeuvres inspirées des massifs alpins, Ailefroide ou Le Loup.

    Avec son grand format (26 x 35 cm) et sa forte pagination, l’ouvrage laisse du volume et magnifie plus encore les très nombreuses reproductions de planches, de dessins et de tableaux. Construit autour d’un long entretien avec la journaliste Rebecca Manzoni, Vertiges donne l’occasion à l’auteur du Transperceneige de se dévoiler, avec pudeur et émotion. Et, à travers cela, de revenir sur une vie d’auteur débuté dans l’effervescence des années 70, après avoir survécu à un grave accident d’alpinisme, mettant fin à son premier rêve de devenir guide de haute-montagne (brillamment raconté dans Ailefroide).

    Remarqué pour sa série trash Edmond le cochon puis pour la succession d’Alexis au dessin du Transperceneige, Jean-Marc Rochette connaît une éclipse durant les années 2000 (marquée quand même par le drôlatique, et déjà montagnard, Himalaya Vaudou avec Fred Bernard), accentué par son départ à Berlin, de 2009 à 2016, ou il se consacre pleinement à la peinture. Avant donc le retour en force depuis deux ans.

    Un tableau signé Jean-Marc Rochette

    C’est, logiquement, avec la montagne que s’ouvre le livre, pour un auteur qui a renoué avec son amour de l’alpinisme et les sommets de l’Oisans, près de Grenoble. Des reproductions de tableaux (dont certains exposés l’été dernier à Grenoble), des croquis et plusieurs planches du Loup, puis d’autres d’Ailefroide. Visuellement, la thématique occupe une bonne moitié des pages. Avec notamment quelques doubles pages éclatantes de tableaux tendant presque à l’abstraction.

    Une autre grosse partie est axée sur le Transperceneige, celui d’hier, rappelé avec quelques planches que Rochette juge avec sévérité, comme celui d’aujourd’hui et de demain. Là encore rappelé à l’aide de croquis de la bande dessinée mais aussi de quelques belles échappées picturales.

    Entre les deux, des toiles érotiques, très belles et singulières, elles aussi. Une belle manière de lier et de montrer le travail d’auteur de bande dessinée et d’artiste peintre de celui qui ne veut plus avoir à choisir entre les deux.

    Un aspect plus méconnu du travail de Jean-Marc Rochette, ses tableaux érotiques

    Un peu perdu de vue par le monde de la bande dessinée, lors de son échappée berlinoise et picturale, Jean-Marc Rochette est revenu en force ces trois dernières années, avec son époustouflant Ailefroide, son beau Loup et sa relance réussie du Transperceneige. De quoi susciter peut-être une curiosité chez de nouveaux lecteurs.

    Ce superbe “beau livre” répond bien à ces attentes. Grâce au talent d’intervieweuse de Rebecca Manzoni (qui n’est plus à saluer et déjà démontré lors de son entretien avec Jean-Pierre Gibrat pour le précédent ouvrage de ce type édité par Daniel Maghen), on pénètre sans effraction et progressivement dans l’intimité des pensées de l’auteur. Et celui-ci rappelle son parcours de vie, personnelle et artistique, de façon marquante.

    Plus qu’un simple “art-book”, Vertiges tient de la monographie biographique illustrée. Et il rend un juste hommage à l’oeuvre et à l’homme Jean-Marc Rochette.

    A noter que l’exposition rétrospective organisée à la galerie Daniel Maghen à l’occasion de la parution de Vertiges est prolongée jusqu’au 1er février 2020.

     

    Jean-Marc Rochette lors du vernissage de son expo rétrospective, à la galerie Daniel Maghen (photo Romuald Meigneux)
    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Le commissaire San-Antonio en chasse à Lyon

    San-Antonio chez les gones, Michaël Sanlaville (scénario et dessin), d’après l’univers créé par Frédéric ...

    Descender bien en orbite

    Descender, tome 4: mise en orbite, Jeff Lemire (scénario), Dustin Nguyen (dessin). Editions Urban ...

    C’est la rentrée des Profs aussi !

     Les Profs, tome 22: tour de contrôles, Erroc et Sti (scénario), Léturgie (dessin), Jacqueline ...

    Intraitable super-héros de la classe ouvrière

     Intraitable, tome 1 et tome 2, Choi Kyu-Sok. Editions Rue de l’Echiquier, 248 pages, ...

    Renaud, une bande (dessinée) pour lui tout seul maintenant

    La bande à Renaud, collectif. Editions Delcourt, 106 pages, 18,95 euros. Renaud aime bien ...

    Une histoire de Khazars et de destin

    Le vent des Khazars, Marek Halter, Makyo, Federico Nardo, éditions Glénat, 72 pages, 14,95 ...