Visa transit, aller simple vers l’inconnu

    Ce document a été créé et certifié chez IGS-CP, Charente (16)

     Visa transit, Volume 1, Nicolas de Crécy. Editions Gallimard, 136 pages, 22 euros.

    Il y a des livres partout à l’arrière de cette vieille guimbarde. Un sac rouge aussi. Il contient tout ce qu’ils ont de plus précieux: passeports, clés, argent, appareil photo… A l’avant, Nicolas de Crécy et son cousin Guy, lancés sur les routes d’Europe, filent à l’Est à travers l’Italie, la Yougoslavie… Leur but? Tester la résistance d’une Citroën Visa hors d’âge, récupérée dans le jardin d’une tante, promise à la casse (la voiture, pas la tante, évidemment).

    C’est l’été 1986. Quelques semaines plus tôt, l’imprudence des hommes a fait jaillir d’un réacteur ukrainien la pire catastrophe nucléaire jamais connue. Le vieux continent ne mesure pas son impact environnemental. On lui raconte que tout est sous contrôle.

    Dans leur Visa, les deux cousins s’inquiètent moins de la radioactivité que de la chaleur étouffante dans l’habitacle. Après l’Italie, les voici dans une Yougoslavie qui ignore encore qu’une autre catastrophe humaine cuit à feu doux à l’intérieur de ses frontières. Au bout de la route, la Turquie, peut-être. A moins que la mécanique ne s’enraye….

    De ce récit de voyage se dégage un immense sentiment de liberté. L’itinéraire est indéfini, infini. La vie est devant eux. Le trait est nerveux, les couleurs légères comme le souvenir d’une jeunesse qui se cherche sans jamais être perdue. L’auteur de La République du catch ou de Salvatore y instille aussi une dose de rêverie en invitant le poète Henri Michaux dans leur road trip.

    Dire que cette quête de sens laisse la part belle à la poésie est un euphémisme. Visa transit est aussi une ode à une époque à la fois proche et lointaine, où l’on voyageait sans GPS, Trip advisor, Air bnb, Instagram… L’aventure, que l’on ne pouvait graver que sur papier ou dans la mémoire,  n’en était que plus forte.

    A ce titre, on lèverait plus que volontiers le pouce pour embarquer à nouveau avec Nicolas de Crécy et Guy à l’arrière de leur Citroën !

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    A Verdun, une autre Guerre mondiale

    La Grande Guerre des mondes, tome 1: la chose sous les tranchées, Richard D.Nolane ...

    Les Rendez-vous de la BD d’Amiens en marche vers un nouvel horizon

    Les 23e Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens, début juin, seront la première édition ...

    Avec Luz, l’horreur est humaine

    ô vous, frères humains, Luz (d’après l’oeuvre d’Albert Cohen). Editions Futuropolis, 136 pages, 19 ...

    Chlorophylle coule de source

    Chlorophylle et le Monstre des Trois sources, Jean-Luc Cornette (scénario), René Hausman (dessin). Editions ...

    Le chef-d’oeuvre monstre de l’année

    Moi, ce que j’aime, c’est les monstres, Emil Ferris. Editions Monsieur Toussaint-Louverture, 416 pages,  ...