XIII touche encore sa cible

     XIII, tome 26: 2 132 mètres, Yves Sente (scénario), Youri Jigounov (dessin), Bruno Tatti (couleurs). Editions Dargaud, 48 pages, 12 euros.

    La vie et les origines de “XIII” sont désormais bien connues. Et ce même depuis l’an… 1313, grâce au dernier hors-série The XIII History ! Descendant des Tudors et de la Reine d’Angleterre, héritier d’un des trois groupes du Mayflower fondateur des Etats-Unis, Jason Mac Lane est désormais devenu un administrateur de la Fondation Mayflower, cette organisation très conservatrice qui cherche toujours à s’emparer du pouvoir en Amérique. Il y a retrouvé Janet Fitzsimmons, l’autre dernière héritière des fondateurs. Il est testé sur ses capacités de tireur d’élite capable d’atteindre une victime à 2132 mètres de distance, capacités qu’il aurait pu acquérir à Cuba et dont il a tout oublié. Mais XIII est aussi cornaqué par le général Wolf et une jolie capitaine des Navy Seals qui l’incitent à jouer le jeu de la Fondation, jusqu’à assassiner la cible désignée par la Fondation Mayflower…

    Nouveau départ pour XIII ! Après vingt-cinq albums et deux cycles, on aurait pu penser que le héros amnésique aux multiples vies aurait droit à un peu de repos. En fait, il reprend du service dans la droite ligne du tome 24, en agent infiltré au sein de la Fondation Mayflower qu’il a participé à mettre en lumière (à moins d’avoir été vraiment “reprogrammé” et gagné par les idées de celles-ci, un petit flou persistant au fil de ce nouvel épisode). Le grand complot est bien toujours là, toile de fond définitivement lié à la série de Vance et Van Hamme, mais cette fois l’histoire est presque limpide.

    Dans The XIII History, non sans talent, Yves Sente, avait scrupuleusement éclairé toutes les zones d’ombre et fourni un arbre généalogique complet (et aussi complexe) du héros à la mèche argentée. Le questionnement sur l’identité de XIII, qui était au centre de la saga, est désormais hors sujet.

    De même, après une série à rallonge (et quelques albums pas forcément indispensables au sein des 19 premiers tomes), Yves Sente et Youri Jigounov, qui ont repris le manche depuis le tome 20, s’orientent cette fois vers des aventures plus ramassées. Ainsi, ce 2 132 mètres est prévu pour se clore en un diptyque seulement. Une orientation vers un récit d’aventures plus classique, où l’action prime. Celle-ci est rondement menée ici. Yves Sente y ajoutant une dimension technologique et scientifique autour des recherches sur la mémoire et la possibilité de reprogrammer donc des humains, histoire de conserver le lien avec l’univers d’origine.

    Même continuité avec le dessin. Youri Jigounov s’est parfaitement approprié le style de Vance et son trait est à l’image de ce qu’est devenu cette série. Sans surprise, mais très propre et très pro. Et les auteurs savent accrocher le lecteur. Comme avec le cliffhanger particulièrement réussi qui termine ce nouvel album.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Assurances sourires

    La bureautique des sentiments, Jorge Bernstein (scénario), Julien/CDM (dessin). Editions Fluide glacial, 64 pages, ...

    Enola à cheval sur ses principes

    Enola et les animaux extraordinaires, tome 2: La licorne qui dépassait les bornes, Joris ...

    Mes plus grands plaisirs de lecture 2016

    En ce dernier jour de décembre, c’est le temps habituel des “palmarès” et le ...

    La guerre d’Espagne avec du recul…

    Le recul du fusil, tome 2 : les batailles, de Jean-Sébastien Bordas, éditions Quadrants/Soleil, ...

    La Guerre d’Algérie racontée dans toutes ses dimensions

    Histoire dessinée de la Guerre d’Algérie, Benjamin Stora (scénario), Sébastien Vaissant (dessin). Editions Seuil, ...

    Kris et ses dessinateurs publient leurs mémoires de guerre

    Notre mère la guerre, chroniques, Kris (scénario), Maël, Vincent Bailly, Damien Cuvillier, Edith, Hardoc, ...