Y’en a pas un sur cent, et pourtant trois BD existent sur les anarchistes

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La petite Bédéthèque des savoirs, tome 29 : L’anarchie, théories et pratiques libertaires, Véronique Bergen (scénario), Winschluss (dessin). Editions du Lombard, 88 pages, 10 euros.

     Le vent des libertaires, tome 1, Philippe Thirault (scénario), Roberto Zaghi (dessin). Editions Humanoïdes associés, 56 pages, 14,50 euros.

    Viva l’anarchie ! La rencontre de Makhno et Durruti, tome 1, Bruno Loth (scénario et dessin), Corentin Loth (couleurs). Editions La Boîte à bulles, 80 pages, 18 euros.

    “… Y’en a pas un sur cent et pourtant ils existent
    Et qu’ils se tiennent bien bras dessus, bras dessous
    Joyeux, et c’est pour ça qu’ils sont toujours debout
    Les anarchistes

    La fin de la chanson que Léo Ferré a consacré aux anarchistes n’a rien perdu de son actualité. Sous diverses formes, ils retrouvent leur place dans les manifestations récentes, avec leurs drapeaux noirs, parfois au sein de black blocs ou dans les ZAD autogérées. Et même les anarcho-syndicalistes de la CNT retrouvent place dans les cortèges.

    Pas inutile donc de se replonger dans l’histoire de cette mouvance révolutionnaire qui connut son heure de gloire au XIXe siècle avant d’être occultée par le marxisme puis le stalinisme. C’est l’objet d’un récent opus de la Petite Bédéthèque des savoirs, à travers la rencontre entre un jeune ado et un vieil ermite reclus sur une île déserte qui va lui conter la vraie histoire de l’anarchisme et de ses penseurs, de Proudhon à Bakhounine ou Kropotkine mais aussi revenir sur les questions théoriques clés du mouvement ou ses symboles, comme le drapeau noir ou le A cerclé (relativement récent puisque apparu dans les années 1960).

    Comme toujours dans cette belle petite collection, Vandermeulen aborde la question avec clarté et pédagogie dans sa préface avant que Winschluss apporte son trait génial et toujours décalé à la narration proposée par la philosophe et écrivain belge Véronique Bergen. De quoi faire de ce petit bouquin une vraie oeuvre de référence à sa manière.

    Parmi les figures fétiches du courant anarchiste, évoqué dans l’opus de la Petite Bédéthèque se trouve donc le militant ukrainien Makhno. Celui-ci fait l’objet d’un biopic aux éditions des humanoïdes associés, Le vent des libertaires, dont le première partie est parue cet automne. Une approche romanesque et en partie romancée (s’agissant de son adoption par une famille de gros bourgeois terriens et de son idylle avec la jeune fille de la maison) mais qui respire du souffle de la révolte du jeune homme face aux injustices de la Russie tsariste, puis de son idéal nourri des lectures de Bakounine ou Kropotkine. Et si le traitement graphique est classique, le dessin de Roberto Zaghi est fn et efficace. Une autre façon de s’instruire en se distrayant, ou l’inverse.

    Makno est aussi au coeur du nouvel album de Bruno Loth, qui replace également le révolutionnaire ukrainien dans son exil parisien, au crépuscule de sa vie dans Viva l’anarchie ! C’est là qu’il va rencontrer, en 1927, Durruti, l’anarchiste espagnol tout juste sorti de prison après une tentative de coup d’Etat contre le roi d’Espagne. Une figure que Loth avait déjà mis en scène dans son enthousiasmante saga Les Fantômes d’Ermo.

    Ici, cette rencontre du 15 juillet 1927 est le prétexte pour évoquer les idéaux et les combats des deux hommes. Comme dans ses précédents ouvrages, le récit est très documenté et précis, le dessin clair et expressif et des flash-back, au ton bistre, permettent de revenir sur la vie des deux anarchistes. Plus particulièrement sur Makhno – dans une approche moins romantique que dans Le vent des libertaires – dans cette première partie du diptyque annoncé.

    Un troisième album qui redonne des couleurs au drapeau noir de l’anarchie.

    Le début de “Viva l’anarchie !” de Bruno Loth.
    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Journaliste de profession, rédacteur en chef adjoint (du Courrier picard) de fonction et amateur de bande dessinée par passion, je préfère parler ici d'albums que j'apprécie (avec éclectisme) plutôt que de ceux que je n'aime pas (et qui peuvent plaire à d'autres). Et ce en toute liberté. Cet espace est aussi l'occasion d'évoquer la vie (régionale en premier lieu) de la bande dessinée et parfois au-delà celle du graphisme, du dessin de presse ou des journaux et revues en lien avec l'un ou l'autre. Précisons que la plupart des illustrations utilisées dans ce blog ont pour copyrights leurs auteurs et éditeurs respectifs. Celles-ci visant à présenter leurs œuvres. A leur demande éventuelle, elles seront retirées.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    23e Rendez-vous de la BD d’Amiens: Une journée pro à comptes d’auteurs

    On évoquait récemment les grandes lignes du prochain festival de bande dessinée d’Amiens. Comme ...

    Cécile Hennerolles gagne en visibilité

    L’amiénoise Cécile Hennerolles vient de sortir Vladimir et Clémence, son premier livre chez Grasset ...

    Mai 68 (4/6) : Le Grand Duduche, génération 68

    68, les années Cabu: le Grand Duduche. Editions Glénat, 96 pages, 6,95 euros (version ...

    Jean-Luc Loyer retourne au charbon : Sang noir et boyaux rouges

    Sang noir, Jean-Luc Loyer, éditions Futuropolis, 136 pages, 20 euros. S’il vit désormais à ...

    Le roi du catch

    Le roi du ring, tome 1: Graine de champion, de Dimitri Gigault et Julien ...

    Les réfugiés, drame très humain

     Humains, la Roya est un fleuve, Baudoin et Troubs. Editions L’Association, 112 pages, 22 ...