Ils sont osé ! (bis) Edition 2019

    Deuxième et dernière partie de notre bêtiser de l’année judiciaire. Où l’on découvre que l’humour involontaire n’est pas le moins efficace. Nous en profitons pour souhaiter à tous les lecteurs de la chronique judiciaire du Courrier picard une excellente année 2020.

    3615 kinenveu

    Killian est cuisinier, sans emploi, ce qui intrigue le juge qui entend à longueur de temps que la restauration recrute. « Mais je ne veux pas travailler le week-end », précise le jeune homme, à l’audience du 25 mars. Un peu comme un maître-nageur qui serait allergique au chlore…

    Alambiqué

    Le 12 juin, en comparution immédiate à Amiens, on juge Arnaud, chopé à Doullens en état très alcoolique et en récidive, dans sa voiturette. Il rendait visite à Delphine. Le présidente lui demande s’il souffre d’une addiction à l’alcool. Arnaud répond : « J’ai qu’une addiction, madame, c’est les sentiments sensoriels que j’éprouve pour cette personne ».

    De l’égrillard ou du cochon ?

    Le 3 septembre, Régis, qui dépasse les 70 ans, répond de violences. La présidente résume l’avis du psychiatre : « On comprend de l’expertise que vous n’aimez pas qu’on vous chatouille ». Régis, 73 ans, a l’œil qui frise face à la jeune et jolie magistrate : « Qu’on me chatouille… Ça dépend quoi ! »

    Le bon sens près de chez vous

    Le 24 septembre, la juge s’impatiente devant un prévenu incapable de dire combien il gagne par mois : « Vous regardez quand même votre compte en banque ? Vous savez quand même si vous gagnez 2000 ou 10000 euros ? » L’homme objecte justement : “Madame, si je gagnais 10000, je ne le regarderais plus, mon compte en banque”

    Réaliste

    Le 2 octobre, on demande au prévenu : « Vous savez lire et écrire ? » Christian ne barguigne pas : « Oui mais pas les mots compliqués ».

    Outrage, ô désespoir

    Le 10 octobre, Dimitri lance au président : « Juge-moi maintenant, j’en ai rien à foutre ». Puis au procureur : « Toi, retire tes lunettes et viens ». Le tout sans écoper d’une procédure pour outrage ! A se demander ce qu’il faut faire…

    Flou

    Maxime, accusé de vendre de la drogue, vit chez sa compagne. Quel nom ? lui demande la juge le 14 novembre. « Je ne sais pas, on est encore en découverte », répond Maxime, l’homme le moins curieux de Picardie.voiturette, rendant visite à Delphine : “J’ai qu’une addiction, c’est les sentiments sensoriels que j’éprouve pour cette personne”.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    2
    HahaHaha
    1
    J'ADOREJ'ADORE
    1
    SUPER !SUPER !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !
    • Depuis cinq ans, chaque dimanche dans le Courrier picard, les Histoires de prétoire présentent non pas les plus importantes affaires du rôle d’audience mais les plus émouvantes, énervantes, cocasses, amusantes. La fidélité des lecteurs et les encouragements de certains confrères m’ont donné envie de les réunir dans ce blog, avec (car la maison ne recule devant aucun sacrifice) quelques autres articles que j’ai commis. Ces pages sont-elles réservées aux spécialistes du droit ou à quelques voyeurs qui se complairaient du malheur des autres ? Je ne le crois pas, tant ces tranches de vie me semblent au contraire universelles. Alors bonne lecture ! Et demandez-vous avec Victor Hugo : « Qui sait si l’homme n’est pas un repris de justice divine ? » Tony Poulain

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Qui ne tente rien…

    Le 4 septembre 2014, Louidgi et Alexis comparaissaient pour trafic de stupéfiants, dans le ...

    Les divorcés

    Ils forment une petite troupe atypique une ou deux fois la semaine, au fond ...

    Marine en eaux troubles

    Elle s’appelle Marine. C’est un joli prénom quand il n’est pas connoté politiquement. Fichu ...

    Délits mineurs

    Kevin et Julian, 18 ans chacun, valent tous les discours sur la politique pénale des mineurs. ...

    L’œuf ou la poule ?

    C’est un débat aussi vieux – et aussi insoluble – que celui de la ...

    La peur, ça craint

    L’amour aurait ses raisons que la raison ignore. Que dire alors de la peur ...