Au bal et à l’étang

    Tout comme on ne peut pas être au four et au moulin, on ne peut pas être au bal à Abbeville et au bord des étangs de Long. C’est l’enseignement principal du procès de Pierre D., 65 ans, de Machy, jugé en mars à Amiens.
    Le 13 mars 2016 à 16 h 15, Christophe est contrôlé sans carte de pêche, canne à la main, à l’étang communal de Long. Le garde, un prénommé Hervé, prend son identité. Quinze jours plus tard, à la fédération de pêche de la Somme, on examine les PV dressés dans les dernières semaines. Et là, on tique… « Quand j’ai vu que le procès-verbal avait été dressé non par Hervé, mais par Pierre, j’ai su qu’il y avait un problème. Moi-même, j’étais au thé dansant que son association avait organisé le même jour à la salle des fêtes d’Abbeville ! se souvient Michel, le président de la fédération départementale. J’ai donc convoqué Hervé pour qu’il s’explique ». Pour tout arranger, on découvre que le shérif d’eau douce, s’il exhibe volontiers un panneau à en-tête de la fédé, n’est plus assermenté depuis plus d’un an !
    Le jour dit, Hervé se présente en compagnie de Pierre qui le prévient d’emblée : « Dis qu’on était ensemble ! » Hervé, décrit comme « fragile», est un peu perdu. « Euh oui… Il était avec moi. » Le président départemental le prévient : « Attention, un faux témoignage, c’est grave ». Hervé craque vite : « J’étais seul. C’est Pierre qui a rempli le PV le lendemain. Y’a une magouille. Je ne sais pas pourquoi, peut-être pour se faire bien voir… » Pierre ne supporte pas cet aveu, il s’énerve, se prévaut de son appartenance à la franc-maçonnerie (on cherchera en vain le rapport) et annonce que « la tête coupée », il niera toujours qu’il était à Long le 13 mars 2016.
    À la barre, trois ans plus tard, visage rouge, fine moustache et culottes de velours, il n’en démord pas : « Oui j’étais au thé dansant, mais Hervé m’a appelé vers 15 heures. Il faut savoir que 80 % des gardes sont incapables de remplir un PV. Je me suis donc rendu à Long. Hervé s’est laissé embobiner pour me nuire » . Et le pêcheur verbalisé ? Il ferait donc partie du complot ? Il y a quelque chose de pathétique à voir cet homme respectable mentir comme un sale gosse, mentir au point que son avocat Me Crépin ne soutiendra même pas cette thèse dans sa plaidoirie. « Il a voulu donner un coup de main d’une manière extrêmement maladroite », plaide l’avocat. « Un garde est tout de même un chargé de mission de service public », rappelle le juge, qui, après lui avoir demandé de « ne pas noyer le poisson » (!) condamne le sexagénaire à un an d’interdiction d’exercer la fonction de garde et deux ans d’inéligibilité.
    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    3
    HahaHaha
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !
    • Depuis cinq ans, chaque dimanche dans le Courrier picard, les Histoires de prétoire présentent non pas les plus importantes affaires du rôle d’audience mais les plus émouvantes, énervantes, cocasses, amusantes. La fidélité des lecteurs et les encouragements de certains confrères m’ont donné envie de les réunir dans ce blog, avec (car la maison ne recule devant aucun sacrifice) quelques autres articles que j’ai commis. Ces pages sont-elles réservées aux spécialistes du droit ou à quelques voyeurs qui se complairaient du malheur des autres ? Je ne le crois pas, tant ces tranches de vie me semblent au contraire universelles. Alors bonne lecture ! Et demandez-vous avec Victor Hugo : « Qui sait si l’homme n’est pas un repris de justice divine ? » Tony Poulain

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Elle n’aime pas les fleurs

    Si on laisse faire Sébastien, dans dix minutes, il va se constituer partie civile ...

    Imbu, imbuvable

    L’affaire Chabé, examinée toute la semaine devant la cour d’assises de la Somme, a ...

    La victime collatérale

    Son Willy, elle l’avait connu au collège. Presque trente ans plus tard, elle avait ...

    Les misérables

    Ce n’est pas parce qu’on s’appelle Hugo qu’on doit devenir la Cosette de la ...

    Aïcha, reine de la procédure

    Aïcha fait une victime très crédible, sur le banc du tribunal correctionnel, ce jeudi ...

    Ne vois-tu rien venir ?

    C’est jour de plaidoiries aux assises de l’Oise. David et Séverine répondent d’avoir laissé ...