C’est vendredi et je file droit vers le week-end, l’un des plus estimables de l’année puisque c’est celui de la fête des pères. Je ne la manquerai pas, même si ce soir, c’est foutu pour ce qui devait tenir d’amuse-bouche, l’affiche tant attendue, Espagne-Portugal.
    Justement, sur mon chemin se trouve un petit bonhomme de quatre ans qui flotte dans son beau maillot de Ronaldo. Il pleure. Au bout de sa main, sa sœur, à peine plus vieille, joue les fiers-à-bras. Surtout ne pas craquer devant lui ! Leur maman s’est accroupie afin de leur parler à hauteur d’enfant. Elle n’a que quelques secondes pour leur expliquer que bientôt, ils vont croiser papa, menottes aux poignets, entre deux policiers ; papa qui avait été incarcéré la veille du premier anniversaire du petit, libéré trente mois plus tard, et qui ce soir a pris dix ans de réclusion, donc repart pour environ trois ans. Quand le gamin aura huit ans, il aura vu son père pendant 20 % de son existence.
    Il pleure, mon petit Ronaldo. Le match de ce soir, c’est raté ; la fête des pères, c’est raté ; la fête de l’école, c’est raté. Tout est raté. Il n’y a pas que son maillot qui taille trop grand : il y a la salle des pas perdus, la bêtise des hommes, leur violence, leurs mensonges. Je ne sais pas qui a tué la victime. Je ne sais pas si ces trois-là méritaient la culpabilité de meurtre. Le vrai crime, ce soir, est ailleurs et ses stigmates ne sont pas de sang. Ce sont des larmes qui coulent sur un maillot rouge et vert frappé de l’Ordre du Christ…
    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    3
    TRISTETRISTE
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Depuis cinq ans, chaque dimanche dans le Courrier picard, les Histoires de prétoire présentent non pas les plus importantes affaires du rôle d’audience mais les plus émouvantes, énervantes, cocasses, amusantes. La fidélité des lecteurs et les encouragements de certains confrères m’ont donné envie de les réunir dans ce blog, avec (car la maison ne recule devant aucun sacrifice) quelques autres articles que j’ai commis. Ces pages sont-elles réservées aux spécialistes du droit ou à quelques voyeurs qui se complairaient du malheur des autres ? Je ne le crois pas, tant ces tranches de vie me semblent au contraire universelles. Alors bonne lecture ! Et demandez-vous avec Victor Hugo : « Qui sait si l’homme n’est pas un repris de justice divine ? » Tony Poulain

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Ils ont osé ! (Edition 2017, 1/2)

    On s’est parfois pincé, encore, en 2017 dans les salles d’audience picardes. Car malgré ...

    Demande de renvoi

    Un type dépendant au plus haut point à l’héroïne, il n’y a franchement pas ...

    Drôle d’endroit pour une rencontre

    Jean-Paul, 46 ans, est amoureux. Sa copine, il l’a rencontrée il y a un ...

    “Il n’a pas pris trois desserts !”

    Il y a des dossiers dans lesquels on sent les juges impatients de cogner, ...

    Chef-d’oeuvre en péril

    Elle ne paie pas de mine, la salle 105 du Palais de Justice d’Amiens, ...

    Caché ou cassé ?

    Ce n’est pas sa faute. Parmi tous les sdf qui hantent nos rues, Didier ...