Des clopinettes pour Mégot-Man

    « N’avoue jamais » : Simon est né 19 ans après que Guy Mardel eut décroché pour la France, avec ce titre, la troisième place du concours Eurovision de Naples 1965. Ce décalage ne l’empêche pas de l’avoir érigé en hymne de ses comparutions.
    Le 18 août dernier, le club de foot de Bouttencourt reçoit Oisemont. Les locaux doivent dominer puisque leur gardien de but a le temps d’observer le parking où un individu se glisse au volant d’une Mercedes. En plus, il le connaît : c’est Simon Alderbonn, alia « Mégot-man » , ainsi surnommé parce qu’il ramasse les clopes sur les trottoirs de Blangy, souvent alcoolisé. Du coup, quand à la fin du match, on se rend compte qu’une Audi A4 a disparu – les clefs, comme celles de la Mercedes, ont été volées dans le vestiaire – on ne cherche pas plus loin l’auteur du forfait.
    Le propriétaire de la Mercedes n’a que ses yeux pour pleurer : « J’avais avancé les sous pour aller voir le match Nantes-Marseille. Les copains venaient de me rembourser en liquide. Et comme il m’a pris mon portefeuille… » De l’ADN est prélevé sur la commande de lève-vitres : Simon est trahi.
    Celui de l’Audi lance l’alerte sur les réseaux sociaux. Une habitante du coin lui signale qu’elle a croisé sa voiture du côté d’Incheville, avec à son volant un drôle de type qu’elle connaît… « Mégot-man » . Et à 19 h 16, à Tilloy-Floriville, une Audi A4 est flashée par un radar. Sur la photo, on identifie sans peine, devinez qui, Simon !
    Tant qu’on y est, les gendarmes se souviennent qu’en janvier 2018, on avait retrouvé un bonnet sur le lieu d’un cambriolage, au Translay, et que le couvre-chef contenait l’ADN de… Simon.
    « Le bonnet, c’est le pompon » , ose Me Jérôme Crépin, dont l’expérience n’est pas inutile au moment de soutenir un client qui nie en bloc ! « Ce que vous me dites, c’est pas des preuves, c’est des dénonciations, c’est rien du tout » , estime Simon, quinze mentions au casier, un voyageur sédentarisé sur un terrain au nord de Blangy.
    Et l’ADN ? « C’est facile de me le prendre et de le mettre dessus. Mon bonnet Adidas, on me l’avait volé. » La théorie du complot n’est pas loin… « Un jour ou l’autre, celui qui m’a fait ça, il sera maudit. »
    Et pourtant il faut le défendre… Me Crépin ne barguigne pas : « Vous pourriez croire qu’il se moque de vous mais ce n’est pas le cas. Je ne sais pas si c’est un serial voleur mais c’est un serial cinglé. Son raisonnement ne tient pas debout, il n’est pas bien dans sa tête ». L’avocat note que dans ses réquisitions (huit mois), la procureure a presque tenu compte d’une altération du discernement qu’aucun expert n’a prononcé.
    Simon est en effet condamné à huit mois ferme. Il sourit. Il n’a rien avoué.
    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    GrrrrGrrrr
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    Merci !
    • Depuis cinq ans, chaque dimanche dans le Courrier picard, les Histoires de prétoire présentent non pas les plus importantes affaires du rôle d’audience mais les plus émouvantes, énervantes, cocasses, amusantes. La fidélité des lecteurs et les encouragements de certains confrères m’ont donné envie de les réunir dans ce blog, avec (car la maison ne recule devant aucun sacrifice) quelques autres articles que j’ai commis. Ces pages sont-elles réservées aux spécialistes du droit ou à quelques voyeurs qui se complairaient du malheur des autres ? Je ne le crois pas, tant ces tranches de vie me semblent au contraire universelles. Alors bonne lecture ! Et demandez-vous avec Victor Hugo : « Qui sait si l’homme n’est pas un repris de justice divine ? » Tony Poulain

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Chaque chose à sa place

    La vie de Jacques, jusqu’en août 2009, était bien ordonnée. On imagine l’établi de ...

    Affaire Kotland etc. : viol et séquestration à Noyon (Oise)

    1er février 2018 Noyon : nuit de cauchemar dans le squat de l’horreur Ce ...

    Banalité de nougat

    Après avoir passé l’année à vous dégoter des histoires extraordinaires, je choisis pour cette ...

    Peine perdue

    Mardi, le chroniqueur découvrait à quel tour de passe-passe s’était livré le nouveau garde ...

    Les derniers mots de l’accusé

    La loi dispose qu’au terme d’un procès d’assises, la parole est donnée en dernier ...

    Ils ont osé (bis) (Edition 2018, 2/2)

    Suite de notre pot-pourri des meilleures répliques entendues en 2018 dans les salles d’audience ...