Elle ne l’a pas cherché

    Appelons-la Émilie. Elle est l’une des sept victimes recensées d’un entraîneur d’équitation de l’Oise, accusé de viols et d’agressions sexuelles sur ses élèves. Elle est la plus vieille, à 23 ans, la seule qui était majeure quand son mentor a abusé d’elle. C’est pourtant la plus fragile quand il s’agit de témoigner. Elle s’exprime d’une voix enfantine que couvrent ses pleurs : « Au début, je n’ai pas voulu porter plainte parce que je n’ai pas voulu que l’on sache ce qui m’était arrivé, entame-t-elle. Puis j’ai su, pour les autres… J’ai compris que je n’étais pas toute seule… »
    Une cour d’assises, c’est un bloc de dissection de l’âme humaine. Tout s’y répand, le bon comme – plus souvent – le moins ragoûtant. En matière de mœurs, c’est encore pire. Accusé comme victimes sont priés d’étaler leur intimité, ces messages qui habituellement n’appartiennent qu’à eux et aux partenaires qu’ils ont choisis.
    Si Émilie est si fragile, c’est que nulle autre n’a autant dérouillé qu’elle pendant l’enquête puis l’audience. Le coach d’équitation – qui admet avoir
    assouvi de gros besoins sexuels mais nie les viols – a gardé des supporters. Ces derniers ont joyeusement glosé sur les « tenues affriolantes » d’Émilie, le nombre de ses copains (qui serait exponentiel), ses mœurs légères. « Elle a sucé Thierry avec moi, on était d’accord, puis elle s’est mise à plat ventre sur un escabeau pour qu’il la pénètre, atteste Lauriane. Moi, j’étais en couple avec Jennifer. Un soir, Émilie m’a même proposé qu’on fasse un plan à quatre avec son copain. »
    Jennifer lui succède à la barre : « Émilie m’a même dit qu’elle avait pour but de faire du porno. » La défense produit des photos imprudemment publiées sur les réseaux sociaux. On craint le pire. En fait, on découvre une mini-jupe, un décolleté plongeant. C’est plus proche de Modes et Travaux que de Playboy
    Six jours plus tard, ce n’est pas un hasard si l’avocat général Florent Boura consacre une bonne partie de ses réquisitions au cas d’Émilie : «Est-ce que j’ai besoin, en France, en 2019, de rappeler que ce n’est pas parce qu’une jeune fille porte une mini-jupe qu’elle est prête à coucher avec tout le monde ? Et quand bien même – ce qui n’est pas prouvé – elle aurait été aguicheuse, collectionneuse d’hommes, tentée par un plan à quatre, est ce que ça l’empêche d’avoir été violée, au nom du «Elle l’a bien cherché » ? »
    Excellentes questions, à laquelle les jurés, sagement, répondent non. L’homme est condamné. Émilie ressort du tribunal en tant que victime. Non, elle ne l’a pas cherché.
    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    WOUAHWOUAH
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !
    • Depuis cinq ans, chaque dimanche dans le Courrier picard, les Histoires de prétoire présentent non pas les plus importantes affaires du rôle d’audience mais les plus émouvantes, énervantes, cocasses, amusantes. La fidélité des lecteurs et les encouragements de certains confrères m’ont donné envie de les réunir dans ce blog, avec (car la maison ne recule devant aucun sacrifice) quelques autres articles que j’ai commis. Ces pages sont-elles réservées aux spécialistes du droit ou à quelques voyeurs qui se complairaient du malheur des autres ? Je ne le crois pas, tant ces tranches de vie me semblent au contraire universelles. Alors bonne lecture ! Et demandez-vous avec Victor Hugo : « Qui sait si l’homme n’est pas un repris de justice divine ? » Tony Poulain

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Reconnaissance de dettes

    Il n’y a pas que des « cas soc » à Amiens Nord. Le premier mérite ...

    Ce papier jamais écrit

    On va parler de l’histoire de Gilles parce qu’il a dérapé, alors qu’il aurait ...

    Abus de faiblesse

    Marinette est venue à la barre du tribunal correctionnel comme victime, à 73 ans, ...

    Le trait forcé

    Je n’aime pas les caricatures. Ou alors il faut qu’elles soient de Daumier. Sinon, ...

    De sable et de feu : portrait de Luigi, verrier d’art à Blangy-sur-Bresle

    A Blangy-sur-Bresle, Luigi Dei Rossi perpétue une tradition séculaire : celle des verriers d’art de ...

    La confusion des peines

    En novembre, déjà, lors d’une comparution immédiate, il nous avait attendris avec sa tête ...