Fillette trop grande, l’adoption tourne court

    5 juillet 18

    Il n’y a pas que des adoptions heureuses. Celle-ci s’est mal finie pour une fillette d’Afrique et un couple de Picardie.

    Fin 2013, un couple des environs d’Amiens adopte enfin son deuxième enfant : une fillette que son nouveau papa ramène d’Afrique au prix d’une longue et coûteuse procédure. Dès l’aéroport, ça se passe mal. « Quand je suis arrivée à Paris, j’ai vu que maman n’était pas contente, déclarera l’enfant. Elle a dit « oh, je la croyais plus petite et plus grande » ». « C’est faux », répond la mère, poursuivie comme son mari pour des violences sur mineure.

    « Vous donnez l’impression d’avoir bloqué sur la taille », résume le juge. Le couple attendait une fille de six ans. Un dentiste leur dit qu’elle en a davantage, puisque ses molaires sont sorties. Un radiologue estime l’âge entre neuf et onze ans. «  Mais ça changeait quoi ? Elle n’avait besoin que d’une chose, c’est qu’on l’aime ! » s’exclame la procureure Séverine Bleuse. La mère se justifie : « Nous n’étions pas prêts à avoir un enfant, grand, avec un passé… »

    « Comme un meuble chez Ikea »

    Dans le délai légal de six mois, le couple décide de rendre la fillette aux services sociaux. Elle sera finalement confiée à une nouvelle famille, dans le sud, qui lui donnera un nouveau nom et un nouveau prénom (son troisième en dix ans !). « Elle va super bien ! Elle est première de sa classe et championne de golf », témoigne, très satisfait, son nouveau père. Avant cet épilogue trop beau pour être vrai, elle a eu le temps d’accuser ses brefs parents picards de lui avoir donné des claques et de l’avoir privée de repas.

    « Elle n’a pas la bonne couleur, pas la bonne taille, alors on la ramène comme un meuble chez Ikea ! » accuse encore le nouveau père. Me Catillion, en défense, remet à sa place celui qui réclame 15000 euros de dommages et intérêts (c’est le prix d’une adoption) et trouve les mots justes pour rappeler que dans cette histoire, la souffrance est des deux côtés.

    Jugement : relaxe.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Depuis cinq ans, chaque dimanche dans le Courrier picard, les Histoires de prétoire présentent non pas les plus importantes affaires du rôle d’audience mais les plus émouvantes, énervantes, cocasses, amusantes. La fidélité des lecteurs et les encouragements de certains confrères m’ont donné envie de les réunir dans ce blog, avec (car la maison ne recule devant aucun sacrifice) quelques autres articles que j’ai commis. Ces pages sont-elles réservées aux spécialistes du droit ou à quelques voyeurs qui se complairaient du malheur des autres ? Je ne le crois pas, tant ces tranches de vie me semblent au contraire universelles. Alors bonne lecture ! Et demandez-vous avec Victor Hugo : « Qui sait si l’homme n’est pas un repris de justice divine ? » Tony Poulain

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Inquiétant

    Nabil M., 40 ans, a deux spécialités, qui lui valent déjà treize condamnations (et ...

    Le dentiste avait la rage dedans et la main baladeuse

    Un dentiste du Vimeu a été condamné mardi 20 octobre pour harcèlement sexuel sur ...

    Les chiens ne font pas des chats

    Adeline, 22 ans, ne dira pas vingt mots pendant toute l’audience. La plupart du ...

    Le mari, la femme, l’amant… et le chèque

    Un couple du Vimeu a été condamné pour avoir piégé, violenté et rançonné l’amant ...

    Au bal et à l’étang

    Tout comme on ne peut pas être au four et au moulin, on ne ...

    Le syndrome de l’infirmière

    Sur le papier, les faits dont répond Arnaud, 48 ans, en comparution immédiate sont ...