A la lisière de la psychiatrie

    « On trouve dans nos maisons d’arrêt des gens à la lisière de la psychiatrie et ça pose des problèmes de cohabitation… » Pour sa dernière audience avant sa mutation à Paris, en ce 20 août à Amiens, l’excellent procureur Boussuge (c’est toujours les meilleurs qui partent les premiers, comme disait l’éjaculateur précoce) use de la litote pour parler d’Alain, 46 ans.

    191753361_0897f4a7c3_o
    “Tout le temps, c’était Carcassonne, Carcassonne, Carcassonne… ” (photo Henri Sivonen sous CC)

    La vérité, c’est qu’Alain est complètement barré. Avant l’audience, il a dû être conditionné par un bon shoot de calmants parce que sa petite silhouette tient à peine debout. L’élocution est pâteuse. Son crâne chauve luit d’une sueur froide.

    Alain, c’est Abdela qui en parle le mieux, lui que l’infortune avait désigné pour partager sa cellule. « On m’avait dit, « on va te mettre quelqu’un de calme. Tu parles, il sortait du quartier disciplinaire… Bon, au début, il y a eu des petites disputes. Il me disait « pourquoi tu fais pas la prière ? » Je lui ai répondu que je l’avais faite bien avant lui et que c’était mon choix de ne plus la faire. J’ai rien dit mais en plus, il se tournait vers le nord, alors que La Mecque, c’est au sud-ouest. Sinon, il n’arrêtait pas de parler de la Légion, alors que je ne suis même pas sûr qu’il y soit allé. Tout le temps, c’était Carcassonne, Carcassonne, Carcassonne… »

    Le 24 février, ça s’est sérieusement gâté. Alain a appris qu’il avait été condamné à huit mois supplémentaires alors qu’il se croyait libérable début mars. Il a commencé à insulter les gardiens : « Sales bouffeurs de cochon, sales Juifs, mécréants… » Abdela a crié au fou : « Je lui ai dit « t’es pas bien ? Le directeur loge juste à côté. On va avoir des problèmes » ». Alain lui a mis un coup de poing en l’accusant : « T’es comme eux, tu leur dis s’il vous plaît et merci ».

    Le psychiatre décèle chez ce prévenu « une schizophrénie paranoïde » et une « hyper psychédosie », il est « dangereux » (on s’en était rendu compte) et risque de récidiver. On le condamne à quatre mois de prison supplémentaire. « L’administration pénitentiaire est quand même un peu responsable… » avait hasardé son avocate.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !
    • Depuis cinq ans, chaque dimanche dans le Courrier picard, les Histoires de prétoire présentent non pas les plus importantes affaires du rôle d’audience mais les plus émouvantes, énervantes, cocasses, amusantes. La fidélité des lecteurs et les encouragements de certains confrères m’ont donné envie de les réunir dans ce blog, avec (car la maison ne recule devant aucun sacrifice) quelques autres articles que j’ai commis. Ces pages sont-elles réservées aux spécialistes du droit ou à quelques voyeurs qui se complairaient du malheur des autres ? Je ne le crois pas, tant ces tranches de vie me semblent au contraire universelles. Alors bonne lecture ! Et demandez-vous avec Victor Hugo : « Qui sait si l’homme n’est pas un repris de justice divine ? » Tony Poulain

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    UN RÉFUGIÉ AU PARFUM

    On parle beaucoup des réfugiés. Ce matin-là, au tribunal d’Amiens, on en voit un. ...

    La petite Anglaise et le jeune homme sans dents

    On naît tous égaux mais certains sont un peu moins égaux que les autres. ...

    Le juste prix

    Trois ans. Il n’a fallu que trois ans pour que la vie de Sébastien ...

    Ti amo

    Ma douce, ma tendre lectrice, tu vas souffrir cet été, privée de tes chroniqueurs. ...

    Strip-tease

    Patrick a un peu de mal à comprendre que, même mariés depuis 36 ans, ...

    Banalité de nougat

    Après avoir passé l’année à vous dégoter des histoires extraordinaires, je choisis pour cette ...