De vrais enfants

    Gérard habite seul avec maman, pas dans un très vieil appartement rue Sarasate, comme dans la chanson,  mais dans une maison d’Hornoy-le-Bourg. Il a 42 ans et c’est peu dire que sa vie sentimentale se résume à trois fois rien. Trois fois rien, c’est encore trop. En guise de romance, il se souvient d’« une copine, pendant une semaine, il y a dix ans ». A côté de ce terrain vague, certains monastères tiennent du lupanar…

    Dans le temps, Gérard aurait feuilleté frénétiquement de ces revues de charme qui en manquaient tant. Il y a plus longtemps encore, s’il avait osé, il se serait rendu une fois l’an dans une de ces maisons aussi closes que les quilles de leurs pensionnaires étaient ouvertes. Mais on est en 2015, alors Gérard pianote sur son ordinateur. Tout ça semble virtuel, et si facile à trouver. Gérard s’enhardit. Lui qui ne violerait pas une chèvre dans la vraie vie se met à taper des mots clefs qui lui ouvrent la porte de la délinquance : « teen » ou « vierge », par exemple.

    Il cherche et il trouve : des vidéos mettant en scène des gamines âgées de 5 à 15 ans, des viols de mineures. Ce faisant, il diffuse à son tour ces horreurs, par le jeu du « peer to peer » auquel il ne comprend pas grand-chose. Son goût du glauque est à ce point développé que les gendarmes du web finissent par dénoncer cet homme terne au parquet. A l’audience, il se dandine d’un pied sur l’autre et murmure davantage qu’il ne parle. Mais la présidente – la remarquable Yasmine Hédin – tient à ce que ce procès soit sinon exemplaire, au moins utile. Comme on dit dans nos campagnes, elle lui met le nez dans sa m…. « Vous savez que les enfants, ce ne sont pas des acteurs ? Ce sont de vrais enfants à qui ont fait du mal. »

    « Je ne ferais jamais de mal à un enfant ! » réagit-il. Trop tard…

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    GrrrrGrrrr
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    Merci !
    • Depuis cinq ans, chaque dimanche dans le Courrier picard, les Histoires de prétoire présentent non pas les plus importantes affaires du rôle d’audience mais les plus émouvantes, énervantes, cocasses, amusantes. La fidélité des lecteurs et les encouragements de certains confrères m’ont donné envie de les réunir dans ce blog, avec (car la maison ne recule devant aucun sacrifice) quelques autres articles que j’ai commis. Ces pages sont-elles réservées aux spécialistes du droit ou à quelques voyeurs qui se complairaient du malheur des autres ? Je ne le crois pas, tant ces tranches de vie me semblent au contraire universelles. Alors bonne lecture ! Et demandez-vous avec Victor Hugo : « Qui sait si l’homme n’est pas un repris de justice divine ? » Tony Poulain

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Le papy zinzin était trop généreux

    Dommage qu’il en manque une, le trio aurait été croquignolet : la fille indigne, ...

    Lolo ne tourne pas à l’eau

    Alain a tapé sur Laurence, c’est entendu. Qu’il se présente en larmes à l’audience ...

    Un chagrin d’amour

    La dame a pris la peine de nous appeler au lendemain du verdict, dans ...

    Mauvaise mère

    On sera toujours plus sévère avec une mauvaise mère qu’un mauvais père. C’est à la fois une ...

    Troisième sommation

    Tout accusé a le droit d’être défendu. C’est moralement indéniable, mais en cour d’assises, ...

    Ici et maintenant

    L’avocat n’est pas de première fraîcheur. Il a prêté serment en 1978… Sa robe ...