En voiture Simone

    Ces trois-là vous couperaient l’envie d’acheter des voitures d’occasion, si vous aviez assez de sous pour vous en payer des neuves.

    Avec un coup de polish, ça passe (Riley sous CC)

    Attention, prenez des notes ! Loïc, à Conty, vend des voitures avec l’aide de sa sœur Julie qui se charge du secrétariat. Djamel, à Amiens, commercialise également des autos qu’il ramène de Belgique, même si parfois, c’est pour le compte de Loïc qu’il effectue des navettes des deux côtés du Quiévrain. Djamel n’a pas de boutique. C’est donc Loïc qui, le cas échéant, répare les autos, et les prend en dépôt-vente. Quand elles sont vendues, après avoir prélevé sa dîme, il donne les sous à Djamel.

    Ce dernier exerce entre 2013 et 2015 son art de commercial sous des formes diverses. Il est parfois simultanément un simple particulier, une SARL et un salarié de Loïc ! Mais il lui arrive de placer sur son compte personnel des sommes qui devraient aller dans l’entreprise, et vice-versa. Le tout avec des avances de fonds offertes par sa sœur. D’où des dialogues abscons avec la présidente du tribunal : « Cette voiture, vous ne l’avez pas déclarée ? » « Non, je l’ai vendue pour mon compte, comme particulier. » « Et celle-ci ? » Loïc intervient : « Non, celle-ci, c’était pour moi. »

    L’embauche de Djamel par Loïc, fin 2014, tient du miracle. Elle permet au premier de présenter à la banque des fiches de paie en CDI afin de contracter un prêt immobiliser de 165000 euros auprès d’une banque guère regardante. « C’était un certificat de travail de complaisance », a reconnu Julie devant les policiers. A la barre, elle se rétracte : « Ils M’ONT fait dire, nuance. Avec la pression de la garde à vue… »

    Pour l’ensemble de leur œuvre, la justice reproche à ces trois prévenus des escroqueries, du blanchiment de fraude et du travail dissimulé. L’audience est confuse, forcément. A son terme, Djamel prend six mois avec sursis, seulement pour la fraude fiscale, et Loïc trois mois avec sursis, pour la seule complicité d’escroquerie. Julie est relaxée.

    D’après internet, Djamel a pignon sur rue. Il vend toujours des voitures. En 2015, il aurait fait 221000 euros de chiffre d’affaire mais seulement 4000 euros de bénéfice (ce qui donne un revenu mensuel de 333 euros, à vous dégoûter de travailler honnêtement). La société de Loïc, malgré 863000 euros de chiffre d’affaire en 2015, est en cours de liquidation.

    Quand même…

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Depuis cinq ans, chaque dimanche dans le Courrier picard, les Histoires de prétoire présentent non pas les plus importantes affaires du rôle d’audience mais les plus émouvantes, énervantes, cocasses, amusantes. La fidélité des lecteurs et les encouragements de certains confrères m’ont donné envie de les réunir dans ce blog, avec (car la maison ne recule devant aucun sacrifice) quelques autres articles que j’ai commis. Ces pages sont-elles réservées aux spécialistes du droit ou à quelques voyeurs qui se complairaient du malheur des autres ? Je ne le crois pas, tant ces tranches de vie me semblent au contraire universelles. Alors bonne lecture ! Et demandez-vous avec Victor Hugo : « Qui sait si l’homme n’est pas un repris de justice divine ? » Tony Poulain

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Conflit de loyauté

    Anne-Sophie, 33 ans, a ramené ses cheveux blonds en chignon. Petite et mince, elle ...

    Malade par alliance

    Début novembre, une femme a été condamnée aux assises de la Somme pour avoir ...

    Pire que Sarajevo

    On est presque gêné quand ce gaillard d’un quintal, qui a fait Sarajevo pendant ...

    Troisième sommation

    Tout accusé a le droit d’être défendu. C’est moralement indéniable, mais en cour d’assises, ...

    Un vrai calvaire

    Le gendarme a eu cette phrase : « Il a fallu que ce soit le Christ qui ...

    Gueule de bois

    Il s’est bien habillé pour cette audience de juge unique, le 7 mai. Il ...