Femme en pleine crise de nerfs

    Liza, 29 ans, comparaît pour des violences habituelles sur un enfant. Elle devrait afficher profil bas. Au contraire, on la trouve «arrogante », selon les termes du procureur, qui réclame et obtient, «contre elle et malgré elle », une peine de sursis avec obligation de soins psychologiques.

    Liza est une fille unique marquée par la mort de sa mère, en 2011, à l’âge de 46 ans. «J’ai tout fait toute seule, les papiers, les pompes funèbres, la toilette, tout. » Liza a connu un premier compagnon dont elle a eu un fils, à Marseille, en 2002. Elle est revenue à Amiens où elle a frayé avec un dénommé Ahmed. Deux garçons ont rejoint, en 2010 et 2011, un foyer incandescent où la flamme de la passion laissait souvent place à l’âcre fumée du ressentiment. Avec Ahmed, c’était « Je t’aime moi non plus ». Il possédait son propre appartement mais Liza estime qu’il la harcelait chez elle, tout en reconnaissant qu’elle ne lui refusait pas toute relation intime. Non sans le juger sévèrement : «C’est un bon à rien. Il ne s’occupe pas de ses gosses. Il n’a rien foutu de sa vie à part vivre aux crochets des femmes. Et évidemment, c’est tombé sur moi. »

    Le 19 septembre 2012, une dispute de plus éclate au téléphone. Ni une, ni deux, Liza enferme les trois gamins dans l’appartement d’Étouvie et prend le bus pour Amiens-Nord où elle casse l’ordinateur d’Ahmed, avant de rejoindre avec lui la Maison de la justice et du droit. Là, place au show : «Si vous ne faites rien, je vais étouffer mes gosses avec des oreillers, je vais les tuer. Du huitième étage, on tombe vite. » Les policiers sont appelés, elle ne comprend pas pourquoi on la cerne alors qu’elle a déposé «vingt ou trente plaintes» contre Ahmed. Au commissariat, elle insulte, elle se débat. On interroge son aîné. Il dit que maman tape, parfois avec le poing, parfois avec «le filet à papillons ». Liza fait peur. Elle est fière, se bat pour récupérer ses gosses, placés depuis l’automne, mais semble ne pas comprendre où est le problème dans sa manière de les «dresser » et de leur faire payer l’incurie de leurs pères. Les psys, elle n’en veut pas : «Je préfère parler à mes amies qu’avec des inconnus. »

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Depuis cinq ans, chaque dimanche dans le Courrier picard, les Histoires de prétoire présentent non pas les plus importantes affaires du rôle d’audience mais les plus émouvantes, énervantes, cocasses, amusantes. La fidélité des lecteurs et les encouragements de certains confrères m’ont donné envie de les réunir dans ce blog, avec (car la maison ne recule devant aucun sacrifice) quelques autres articles que j’ai commis. Ces pages sont-elles réservées aux spécialistes du droit ou à quelques voyeurs qui se complairaient du malheur des autres ? Je ne le crois pas, tant ces tranches de vie me semblent au contraire universelles. Alors bonne lecture ! Et demandez-vous avec Victor Hugo : « Qui sait si l’homme n’est pas un repris de justice divine ? » Tony Poulain

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Hors norme

    Véronique ne tient pas en place, Véronique n’arrive pas à se taire quand la ...

    Chaque chose à sa place

    La vie de Jacques, jusqu’en août 2009, était bien ordonnée. On imagine l’établi de ...

    « Ça aurait mal fini »

    Des clients comme Thomas, les gendarmes n’en rencontrent pas tous les jours. Ceux de ...

    Michel sur un terrain meuble

    Michel est très énervé, le président Manhes aussi. « Ne vous victimisez pas, monsieur, c’est ...

    Solde de tout compte

    Toufik, 39 ans, petit homme rond dont les mains s’agitent, est volontiers théâtral : « S’il ...

    Ramène ta fraise !

    Sur le papier, c’est croustillant : un dentiste du Vimeu poursuivi pour harcèlement sexuel ...