Fumer nuit gravement à la santé

    166215927_48b7336d26_b
    On ne va pas mégoter. (SuperFantastic sous CC)

    Laminées, réduites à néant, envolées en fumée, les campagnes de lutte contre le tabagisme initiées par les pouvoirs publics ! On a trouvé autrement plus radical. Essayez un peu d’allumer une sèche à partir de 19 heures à la sortie de la gare d’Amiens (ça doit aussi valoir pour Creil ou Beauvais) et osez refuser d’ouvrir votre paquet au premier badaud qui se décollera momentanément du mur qu’il soutient depuis des heures pour vous taper d’une blonde américaine bout filtre.

    Essayez : au mieux vous récolterez des insultes, au pire des coups et entre les deux des menaces. Mathieu, 19 ans, n’est pas de ces aventuriers. Le 24 octobre, c’est en plein après-midi et au centre de la capitale régionale, rue des Vergeaux, qu’il a osé griller une tige de huit. Kendall, 26 ans, a voulu profiter de l’aubaine. Mathieu a refusé. Kendall l’a agrippé par le col et lui a mis un coup à la tempe. Le jeune homme n’a trouvé son salut qu’en se réfugiant – ça ne s’invente pas – dans un bar-tabac. Après de longues minutes, il a cru qu’il pouvait ressortir tranquillement mais Kendall, un beau jeune homme natif de Polynésie (que vient-il faire dans l’hiver picard ?) l’attendait en compagnie de copains. Avec Sullivan, 28 ans et 17 mentions au casier, ils lui sont tombés dessus, le rouant de coups. «J’ai juste voulu les séparer. Je lui ai mis un coup de pied, mais ce n’était pas violent, c’était juste pour lui faire comprendre de s’écarter. Cette histoire, c’est bidon. Les responsabilités, c’est du 50-50 », se défend (maladroitement) Sullivan. On lui fait remarquer qu’un témoin l’accuse, il rétorque : «Alors voilà ! Casquette, survêtement, préjugés, et hop ! » On en saurait davantage sur son rôle si les caméras sécuritaires avaient filmé la scène mais comme d’habitude, elles regardaient ailleurs. Quel est le problème avec les caméras amiénoises ? Ont-elles pour mission de surveiller les pigeons ? Le toit de la cathédrale ? Kendall assume : «J’étais chaud, j’avais bu de la vodka ». Il prend 12 mois dont six ferme. Pour Sullivan, c’est un an et mandat de dépôt. Mathieu, trop nerveux, ne s’est pas déplacé à l’audience. Si ça se trouve, il a arrêté de fumer…

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Depuis cinq ans, chaque dimanche dans le Courrier picard, les Histoires de prétoire présentent non pas les plus importantes affaires du rôle d’audience mais les plus émouvantes, énervantes, cocasses, amusantes. La fidélité des lecteurs et les encouragements de certains confrères m’ont donné envie de les réunir dans ce blog, avec (car la maison ne recule devant aucun sacrifice) quelques autres articles que j’ai commis. Ces pages sont-elles réservées aux spécialistes du droit ou à quelques voyeurs qui se complairaient du malheur des autres ? Je ne le crois pas, tant ces tranches de vie me semblent au contraire universelles. Alors bonne lecture ! Et demandez-vous avec Victor Hugo : « Qui sait si l’homme n’est pas un repris de justice divine ? » Tony Poulain

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Lendemain de cuite

    Devant les policiers, le 8 juin 2017, boulevard Vauban à Abbeville, Romaric, 38 ans, ...

    Le bistrot qui ne voulait pas mourir

    C’est l’administratrice judiciaire qui a cafté : Jean-Marie continuait à tenir son bistrot de Bourseville, ...

    Un père perdu

    Victor, 10 ans, a deux particularités : il est plutôt grand pour son âge et ...

    Elle n’aime pas les fleurs

    Si on laisse faire Sébastien, dans dix minutes, il va se constituer partie civile ...

    Out of Africa

    C’était un beau rêve… En instance de divorce, sans enfant, Bertrand, un Amiénois de ...

    Lettre à mon procureur

    Vous avez malencontreusement omis de parapher votre lettre. Pas de chance, vous aviez également ...