La petite Anglaise et le jeune homme sans dents

    kro 003photo (mention Kathy McGraw sous CC)
    Le tribunal d’Amiens n’avait pas attendu Valérie T. pour entendre parler de la souffrance des sans-dents (photo Kathy McGraw sous CC)

    On naît tous égaux mais certains sont un peu moins égaux que les autres. Prenez cette petite fille anglaise. De l’âge de quatre ans à l’âge de neuf ans, son père l’a violée sans omettre de prendre des photos et de tourner des vidéos. Exceptionnellement dans une enquête de pédopornographie, les enquêteurs français, à partir d’un cliché et avec l’aide de leurs homologues britanniques, ont retrouvé la trace de cette enfant.
    “Quand la juge d’instruction m’a raconté son histoire, pour la première fois, j’ai pu mettre un visage humain derrière les photos. Pour moi, avant, c’était un monde virtuel” : on naît tous égaux mais il manquait quelques billes quand Stéphane a fait son apparition dans cette vallée de larmes, en 1978.

    Abandonné par ses parents, il est adopté par un couple amiénois. Ça se passe bien avec eux, davantage qu’avec sa sœur, accueillie dans la même famille. Elle le décrit comme “dangereux et violent”. Elle l’a aussi accusé d’attouchements dans leur enfance. Il lui en veut terriblement : “Mes dents n’ont jamais poussé, j’ai dû porter des appareils et grâce à elle, toute l’école l’a su. J’ai vécu l’enfer. J’étais la risée de tout le monde. Je suis arrivé dans la vie adulte sans confiance, avec un dégoût de moi. Aujourd’hui encore, si je croise des jeunes, j’ai toujours l’impression qu’ils se moquent de moi”.

    “C’est une addiction pas très éloignée de la toxicomanie”

    Il fait remonter ses pulsions pédophiles très tôt, vers 12 ans. C’est un grand classique : il a d’abord découpé des photos dans les Trois Suisses ou La Redoute, puis Internet a déferlé, comme une vitrine derrière laquelle seraient alignés de petits garçons et filles dénudés.

    “Des images monstrueuses”, estime la présidente du tribunal, qui pourtant en voit d’horribles chaque semaine.
    Il a été condamné en 2001 pour ça. En 2006, sa petite amie l’a quitté et son beau-père s’est suicidé. “J’ai replongé”, avoue-t-il.
    “C’est une addiction pas très éloignée de la toxicomanie”, analyse son avocate Me Fayein.
    Son héro ou sa coke, c’est une petite fille anglaise au regard vide.
    Jugement : six mois de prison ferme.

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Depuis cinq ans, chaque dimanche dans le Courrier picard, les Histoires de prétoire présentent non pas les plus importantes affaires du rôle d’audience mais les plus émouvantes, énervantes, cocasses, amusantes. La fidélité des lecteurs et les encouragements de certains confrères m’ont donné envie de les réunir dans ce blog, avec (car la maison ne recule devant aucun sacrifice) quelques autres articles que j’ai commis. Ces pages sont-elles réservées aux spécialistes du droit ou à quelques voyeurs qui se complairaient du malheur des autres ? Je ne le crois pas, tant ces tranches de vie me semblent au contraire universelles. Alors bonne lecture ! Et demandez-vous avec Victor Hugo : « Qui sait si l’homme n’est pas un repris de justice divine ? » Tony Poulain

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Quand la ville dort

    C’est calme, Beauvais, un soir de semaine. Il est 21 heures quand le président ...

    Ils ont osé ! (3/3)

    Les dernières pour la route ! Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis ! 0J'AIME0J'ADORE0Haha0WOUAH0SUPER ...

    Gueule de bois

    Il s’est bien habillé pour cette audience de juge unique, le 7 mai. Il ...

    Peine perdue

    Mardi, le chroniqueur découvrait à quel tour de passe-passe s’était livré le nouveau garde ...

    Show et froid

    Aux comparutions immédiates du tribunal d’Amiens, mercredi, c’est ping-pong oral entre le procureur Éric ...

    Perdu dans l’espace temps

    En août 2004, à Saint-Ouen, Noël a donné un coup de manche à balai ...