La succession Lecourt

    lecourt
    Robert Lecourt (photo Assemblée Nationale)

    “Comment se résigner à l’excessive lenteur de notre système judiciaire ?” : la question est de… Robert Lecourt, Garde des Sceaux en 1949. Le manque de moyens dont souffre la justice française n’est pas un scoop.

    La justice, on ne s’en inquiète guère dès lors qu’on n’en a pas besoin. Autant on est sûr d’emprunter une route, de fréquenter une école, voire de mettre les pieds à l’hôpital, autant on espère très fort ne jamais être convoqué au tribunal. C’est pour les autres, tout juste bon pour les gibiers de potence… Pourtant, si certains sont accusés, dites-vous que d’autres – vous et moi – sont forcément victimes. Ils souffriront pareillement, si ce n’est davantage, de la déshérence dans laquelle l’Etat a laissé l’un de ses devoirs régaliens depuis des décennies, avec une mention spéciale à Rachida Dati, coupable de coupes sombres dans les effectifs (question coupe, elle aurait dû s’en tenir à Taittinger ou Chanel) et une mention spécieuse à Christiane Taubira, qui a beaucoup déçu parce qu’elle promettait énormément.

    Et puis on va au tribunal pour bien d’autres choses que des délits : faire reconnaître ses droits, réclamer ses enfants, divorcer… Quand le tribunal d’instance de Saint-Quentin croule sous les dossiers de surendettement (domaine dans lequel le département de l’Aisne est champion de France), ce sont des gamins qui attendent en vain leur pitance le soir… Quand il faut au mieux un an pour divorcer à Nantes ou à Bobigny, ce sont des lambeaux de familles qui se déchirent, des vies qui restent en suspens…

    On s’écharpe entre droite et gauche. Les uns parlent de laxisme mais où est la rigueur quand une panne de fax, sans budget pour le réparer, entraîne la libération d’un dangereux délinquant ? Les autres n’ont que les droits de l’homme à la bouche, mais où sont-ils, concrètement, quand les interprètes sont payés un an en retard et renoncent à traduire les mots de défense d’un migrant ? Les Néerlandais consacrent 125 euros par habitant à leur justice quand les Français ne se fendent que de 61,2 euros. L’Allemagne compte 24 jugés pour 100000 habitants quand la France se contente de 10,7. “Nous sommes un pays qui sous-finance sa justice. Ça va changer, je suis là pour ça” a déclaré Jean-Jacques Urvoas, nouveau Garde des Sceaux, le 23 février dernier. En digne héritier de Robert Lecourt…

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !
    • Depuis cinq ans, chaque dimanche dans le Courrier picard, les Histoires de prétoire présentent non pas les plus importantes affaires du rôle d’audience mais les plus émouvantes, énervantes, cocasses, amusantes. La fidélité des lecteurs et les encouragements de certains confrères m’ont donné envie de les réunir dans ce blog, avec (car la maison ne recule devant aucun sacrifice) quelques autres articles que j’ai commis. Ces pages sont-elles réservées aux spécialistes du droit ou à quelques voyeurs qui se complairaient du malheur des autres ? Je ne le crois pas, tant ces tranches de vie me semblent au contraire universelles. Alors bonne lecture ! Et demandez-vous avec Victor Hugo : « Qui sait si l’homme n’est pas un repris de justice divine ? » Tony Poulain

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Ils ont osé ! (2/3)

    Suite de notre bêtisier des prétoires. En espérant en rencontrer d’aussi comiques cette année ...

    L’amour vache

    Bruno, c’est une masse qui porte en haut une polaire kaki et aux pieds ...

    A quelle porte frapper ?

    Il a une bonne tête mais un mauvais casier, Jérôme. Dans son survêtement, avec ...

    Dénonciations mensongères

    S’il y a bien un délit qui horripile toute la chaîne judiciaire (“chaîne judiciaire” ...

    Passage de témoins

    Ils n’ont commis aucun crime et ne sont victimes d’aucun dol : ce sont les ...

    De jure, de facto

    Ils ont entre 30 et 60 ans, ils sont directeur de centre de loisir, ...