Le coup du maquereau

    2917079802_b5107aff79_b
    Jean-Michel aime le maquereau au vin blanc. Enfin, surtout le vin blanc. (Jeremy Keith sous CC)

    – Vous avez un travail ?
    – Pas du tout !
    – Des revenus ?
    – Rien du tout !
    – Alors de quoi vivez-vous ?
    – De sur ma femme…
    – Dites donc, ça ne doit pas être confortable tous les jours…

    D’entrée, la comparution de Jean-Michel, 50 ans, promet d’être un grand moment. Le 25 juin, à Saint-Christ-Briost, dans l’Est de la Somme, il a frappé sa femme au point qu’elle a dû se réfugier chez le maire du village, lequel a appelé les gendarmes. Coups de pied, coups de poing, coups de bâton («celui qui sert pour gueuler après les poules quand elles vont dans les fleurs»), tout y est passé, sans oublier de mettre à sac sa propre maison (il a même jeté une cuvette de WC sur le trottoir!) Il était énervé parce qu’il avait retrouvé des poussins morts et suspecté sa femme d’avoir touché au nid. Or, il élève des canards pour les vendre. «Treize poussins, ça fait chier… Et puis j’aime bien les bêtes…»

    La scène n’est pas inédite. Entre les deux alcooliques, les violences sont fréquentes. Plusieurs fois, Monique a eu des côtes cassées. «Les côtes, je dirais que c’est tous les trois mois. Environ» : avec Jean-Michel, c’est opération vérité. Aux gendarmes, il a décrit une journée type : «Je me lève vers 5 heures et demi, six heures. Je me fais une cigarette, je vais pisser dehors et je bois un café. Une demi-heure plus tard, j’ouvre une canette de 50 centilitres» (neuf autres suivront, en moyenne).

    – Dites, c’est pas un peu tôt ?, l’interrompt le président.
    – Ben oui mais je suis levé de bonne heure.

    À 10 h 30 tapantes, c’est la bouteille de «péteux» (comprendre le mousseux). Il y en aura trois de plus jusqu’au soir. Et puis du rouge, parfois du jaune, pour arriver à 13 h 30, quand s’ouvre une alternative : si c’est la sieste, Jean-Michel se réveillera à 15 heures, «et là, c’est comme un autre matin, je recommence avec la bière» ; si la sieste est sautée, «j’ouvre en plus un pack de 24».

    Le président hallucine. «Avant, je buvais bien plus que ça. Ce que je bois maintenant, c’est rien. J’ai fait des progrès », le rassure le prévenu. La condamnation tombe : trois ans dont deux ferme. « Au moins, en prison, vous serez en cure », espère le juge. Jean-Michel sourit : « Oh, il y a moyen quand même. Dans les boîtes de maquereau, on trouve de l’alcool…»

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Depuis cinq ans, chaque dimanche dans le Courrier picard, les Histoires de prétoire présentent non pas les plus importantes affaires du rôle d’audience mais les plus émouvantes, énervantes, cocasses, amusantes. La fidélité des lecteurs et les encouragements de certains confrères m’ont donné envie de les réunir dans ce blog, avec (car la maison ne recule devant aucun sacrifice) quelques autres articles que j’ai commis. Ces pages sont-elles réservées aux spécialistes du droit ou à quelques voyeurs qui se complairaient du malheur des autres ? Je ne le crois pas, tant ces tranches de vie me semblent au contraire universelles. Alors bonne lecture ! Et demandez-vous avec Victor Hugo : « Qui sait si l’homme n’est pas un repris de justice divine ? » Tony Poulain

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Sous les jupes des filles

    Le 25 mars dernier, à l’Intermarché de Camon, le sang de Benoît ne fait ...

    Ni tout blanc ni tout noir

    Dans la vie, rien n’est simple ; rien n’est tout blanc ni tout noir. Pourquoi ...

    Le bistrot qui ne voulait pas mourir

    C’est l’administratrice judiciaire qui a cafté : Jean-Marie continuait à tenir son bistrot de Bourseville, ...

    L’oisiveté est mère de tous les vices

    Olivier, avec sa boucle d’oreille, ses cheveux courts et son pull noir, fait plus ...

    Elle l’aime encore

    Lui n’est pas très intéressant. Il a pris jeudi huit mois avec sursis et ...

    Cousu de fil blanc

    Il a la cinquantaine, un petit ventre, des vêtements d’une telle banalité qu’on la ...