Les petites évasions

    queen
    En vrai, c’est moins spectaculaire.


    Dès que l’on parle d’évasion, l’imagination a tendance à vagabonder. On pense à Steve Mc Queen dans la Grande.
    Le futur Napoléon III quittant Ham déguisé en Badinguet ou Mesrine s’échappant du tribunal de Compiègne avec son président en otage, quand bien même le reste de leur œuvre semble discutable, acquièrent un capital sympathie dès lors qu’ils écartent leurs barreaux. Ne réveillent-ils pas en nous le goût de tout plaquer et tout remettre en cause, surtout l’ordre établi ?
    Retour sur terre, au tribunal d’Amiens. Ici, les évasions n’ont rien de spectaculaire. Comme Romuald et Pierre-Marie, convoqués lundi en comparution immédiate, il s’agit de détenus qui ont bénéficié d’une semi-liberté. C’est sympa, la semi-liberté. On bosse ou on se forme le jour, on dort en taule le soir.
    Romuald, 31 ans, a un gros problème avec l’alcool. En prison, il avait commencé à se soigner. Quand il a trouvé un boulot, on l’a laissé sortir mais on a suspendu son traitement. Bilan : il est rentré bourré un soir en maison d’arrêt, a senti que le juge d’application des peines n’allait pas apprécier, n’est donc pas rentré le lendemain soir et a fait un mois de bringue avant de se rendre au poste de police. “Je n’avais plus un rond, je sentais que j’allais recommencer à voler et je ne voulais pas d’une peine plancher“, se souvient-il à sang frais.

    Pierre-Marie, 25 ans, avait tout fait comme il faut. Il s’était trouvé une formation et même un petit boulot, quatre soirs de suite lors de la Fête dans la ville, à Amiens en juin 2010. Il fallait travailler le soir. Pierre-Marie a donc demandé une permission, qui a traîné de bureau en bureau, au point qu’il s’est retrouvé évadé sans l’avoir voulu, le 18 juin. Il n’est pas rentré. Il avait trop peur. “Le problème des semi-libertés, c’est qu’on est au rez-de-chaussée avec au-dessus de la tête les prisonniers normaux. Ils nous mettent une pression pas possible pour qu’on leur ramène de la drogue. Moi, ils m’ont même cité l’adresse de ma sœur en m’expliquant ce qu’ils allaient lui faire. Je ne vous dis pas, vous vous doutez…” Il ne sera interpellé par les policiers qu’au début du mois d’avril 2011, après dix mois de galère, “à jouer de la guitare, à dormir sous les ponts”. Me Berriah n’a pas de ces pudeurs : “C’était un clochard, ni plus ni moins”.

    Jugement : quatre mois pour Romuald et huit pour Pierre-Marie. Ferme, évidemment.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Depuis cinq ans, chaque dimanche dans le Courrier picard, les Histoires de prétoire présentent non pas les plus importantes affaires du rôle d’audience mais les plus émouvantes, énervantes, cocasses, amusantes. La fidélité des lecteurs et les encouragements de certains confrères m’ont donné envie de les réunir dans ce blog, avec (car la maison ne recule devant aucun sacrifice) quelques autres articles que j’ai commis. Ces pages sont-elles réservées aux spécialistes du droit ou à quelques voyeurs qui se complairaient du malheur des autres ? Je ne le crois pas, tant ces tranches de vie me semblent au contraire universelles. Alors bonne lecture ! Et demandez-vous avec Victor Hugo : « Qui sait si l’homme n’est pas un repris de justice divine ? » Tony Poulain

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    La victime n’avait pas le bon profil

    Dominique refuse de parler avec son avocate. Dominique refuse de sortir de sa cellule ...

    De vrais enfants

    Gérard habite seul avec maman, pas dans un très vieil appartement rue Sarasate, comme dans ...

    Je suis jaloux, mais je me soigne

    À leur arrivée à la barre, Sébastien et Vanessa (prénoms d’emprunt) détonnent, l’un comme ...

    Le son du silence

    C’est une boule, enveloppée dans un triste gilet épais, bleu sombre sur un jean ...

    La peur n’évite pas le danger

    Comme moteurs de l’action humaine, l’amour et la haine viennent immédiatement à l’esprit. A ...

    La tactique de TocToc

    Sébastien, 39 ans, qui habite du côté de Péronne, adore aller en pêche en ...