Miou-Miou était-elle d’accord ?

    4578567012_c1b57c33d5_z
    S’il avait eu des barreaux au lit, Christopher aurait pu se retrouver derrière (les barreaux, pas le lit, suivez un peu !) (photo Agriturismo Montalbino sous CC)

    Christopher, 27 ans, s’accroche à la barre comme à une rampe de salut. Avec sa genouillère, son jogging et ses rondeurs, il offre une apparence massive que démentent sa voix aigüe et un léger zézaiement. Dans le milieu carencé où il évolue, Christopher, c’est un Américain avec son allocation adulte handicapé. Il n’a aucun mal à trouver des amis, surtout dans les jours qui suivent le versement de son pécule…

    Contre Christopher sont portées des accusations graves : avoir agressé plusieurs fois, par des pénétrations digitales, Sarah, la petite amie de son meilleur copain Cédric, alors qu’elle était mineure. « On note des carences intellectuelles chez les trois », convient la procureure qui soutient qu’on se trouve « dans un remake des Valseuses, sauf que Miou-Miou n’était pas d’accord ». En l’occurrence, la Miou-Miou du terroir picard était déjà enceinte, en 2015, qu’elle demandait encore aux enquêteurs de lui préciser la signification du mot « vagin ». Ils lui ont expliqué que c’était une « quéquette »…

    Entre 2013 et 2014, ces trois-là passaient leur temps ensemble. Sarah affirme que Christopher l’a pénétrée une fois dans le train, sous son survêtement ; une autre fois chez lui, « en m’attachant aux barreaux du lit, pendant que Cédric promenait le chien » ; une troisième fois chez la mère de Cédric, sur le lit, « pendant que l’on jouait au Uno ».

    Dans le train, personne n’a vu la scène ni entendu les cris de la « victime » ; chez Christopher, les policiers ont cherché en vain des barreaux au lit ; chez Cédric, la mère n’a rien vu ni rien entendu. Christopher aurait quand même signé une lettre d’aveu. « Sarah et ses parents m’ont obligé », se défend-il. On lit l’attestation. Son avocate Me Bertrandie fait remarquer qu’elle est trop bien écrite pour qu’il ait pu la rédiger. Tout le monde en convient.

    Mettons tout de suite fin au suspens : Christopher sera relaxé au bénéfice du doute. Alors pourquoi cette procédure ? « Parce qu’elle était jalouse de ma relations avec Cédric, croit-il savoir. Cédric, je lui faisais plein de cadeaux. Il avait tout ce qu’il voulait de moi ». La procureure complète : « L’expert psychiatre note qu’il est bisexuel. En fait, il est amoureux de tout le monde ».

    Encore heureux que ce ne soit pas un délit !

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !
    • Depuis cinq ans, chaque dimanche dans le Courrier picard, les Histoires de prétoire présentent non pas les plus importantes affaires du rôle d’audience mais les plus émouvantes, énervantes, cocasses, amusantes. La fidélité des lecteurs et les encouragements de certains confrères m’ont donné envie de les réunir dans ce blog, avec (car la maison ne recule devant aucun sacrifice) quelques autres articles que j’ai commis. Ces pages sont-elles réservées aux spécialistes du droit ou à quelques voyeurs qui se complairaient du malheur des autres ? Je ne le crois pas, tant ces tranches de vie me semblent au contraire universelles. Alors bonne lecture ! Et demandez-vous avec Victor Hugo : « Qui sait si l’homme n’est pas un repris de justice divine ? » Tony Poulain

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Le vin mauvais

    Il y a des jours à stups et des jours à bibine… Dans le ...

    Peine perdue

    Mardi, le chroniqueur découvrait à quel tour de passe-passe s’était livré le nouveau garde ...

    Entre le marteau et l’enclume

    «Je ne l’aurais jamais fait ! J’aime trop ma femme ! » La présidente ...

    Au parfum

    Quand le tribunal devient l’annexe de l’hôpital psychiatrique, ça donne la comparution de Justin, ...

    Le gâchis

    Ce sont trois grands avocats, de ceux que l’on qualifie de ténors du barreau. ...

    Quatre sur mille

    Pour une fois, ce n’est pas une fake news. Le document émane de la ...