Presque rien

    272818496_35097550d5_o
    Rien, ça n’existe pas. (photo Darwin Bell sous CC)

    Ces matins-là, à la question “quoi de neuf aujourd’hui ?”, la réponse est “rien”, ou “presque rien”. Pourtant, le palais de justice s’anime, vit, bruisse. Le “presque rien” s’adresse à l’échotier : “Désolé mais tu ne vas pas tirer grand-chose de cette audience.” 

    Ceux qui sont convoqués, en revanche, attendent ce jour en tremblant. Prenez Saïd, Amiénois, dans les 25 ans. Il avait fait peu de cas de ses 200 euros d’amende pour usage de stupéfiants, prononcés en son absence en 2008. Il dit même qu’il n’a pas signé la lettre avec accusé de réception qui l’informait du jugement. On se penche sur le document. “Ça ressemble”, estime la juge. “De toute façon, il ne signe pas deux fois pareil”, regrette le procureur. “Ce n’est pas moi, ça doit être mon frère ou ma soeur”, soutient Farid dont le gros problème, aujourd’hui, est de blanchir son casier judiciaire afin d’obtenir un emploi municipal. Or, s’il a signé le fameux accusé de réception, son opposition à jugement n’est pas recevable. Il devra introduire une “requête en non inscription au B2″.
    “J’en ai déposé une pour un autre client en octobre, elle n’est toujours pas audiencée. Les greffières sont débordées”, témoigne l’avocate de Saïd. “Dossier rejeté, déposez une requête”, assène la magistrate qui considère que le jeune homme a bien signé le document il y a trois ans. “Je veillerai à ce qu’elle soit traitée rapidement”, propose le procureur. Saïd est amer : “Moi je veux juste pouvoir travailler. Je suis marié, je vais avoir une petite fille dans quelques jours. Là, ça va prendre des mois (Parle plutôt d’un an”, chuchote une avocate qui passe dans le coin). Je crois que je ne vais pas le faire. Ce n’est même pas la peine de prétendre au boulot.” 

    Suivent Jérôme, qui a embouti deux voitures en stationnement à Doullens avec 2,22 grammes d’alcool dans le sang (trois mois avec sursis, annulation du permis) ; Yvon, qui a percuté, à Boves, la voiture de retraités qui ne roulaient pas assez vite (un mois avec sursis, suspension de permis) ; Tony, qui roulait sans permis ni assurance mais a depuis régularisé l’ensemble (dispense de peine, 90 euros pour la contravention). Des gens, des vies, des peines, parfois des joies : au tribunal, rien, ça n’existe pas.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Depuis cinq ans, chaque dimanche dans le Courrier picard, les Histoires de prétoire présentent non pas les plus importantes affaires du rôle d’audience mais les plus émouvantes, énervantes, cocasses, amusantes. La fidélité des lecteurs et les encouragements de certains confrères m’ont donné envie de les réunir dans ce blog, avec (car la maison ne recule devant aucun sacrifice) quelques autres articles que j’ai commis. Ces pages sont-elles réservées aux spécialistes du droit ou à quelques voyeurs qui se complairaient du malheur des autres ? Je ne le crois pas, tant ces tranches de vie me semblent au contraire universelles. Alors bonne lecture ! Et demandez-vous avec Victor Hugo : « Qui sait si l’homme n’est pas un repris de justice divine ? » Tony Poulain

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Pas besoin d’aller loin

    Michèle, bien mise dans son chemisier rose et son manteau rouge, est une fille ...

    La petite Anglaise et le jeune homme sans dents

    On naît tous égaux mais certains sont un peu moins égaux que les autres. ...

    Au pays de Candy Crush

    Candy Crush, c’est un petit jeu disponible sur Facebook et les téléphones portables, qui ...

    Ma pauvre petite juge

    Privilège d’un arrêt maladie qui, je te rassure, lectrice aimée, tire vers sa fin, ...

    Trop innocent pour être honnête

    Comment pourrir la vie de son voisin ? Demandez à Régis, il en connaît maintenant ...

    Taille mannequin

    Pour imaginer Arnaud en recruteur d’une agence de mannequin internationale, il faut un gros ...