Un compte en Suisse

    235038852_8c1c7abffa_o
    Elodie est allée droit au but. (Fred sous CC)

    Élodie est une jeune fille boulotte d’un village samarien, où elle vit avec sa maman (et un petit garçon, mais on vous en reparlera plus tard).

    Début 2011, Élodie, habituée de Facebook, rencontre Sébastien sur le mur des fans de l’Olympique de Marseille. Le Suisse, habitant du canton de Fribourg, se prend d’une passion épistolaire pour la Picarde. Elle se plaint de difficultés financières. Vif comme un omble chevalier du lac Léman, l’Helvète envoie des mandats cash. Élodie jure qu’elle ne réclame rien mais reconnaît qu’elle ne crie pas non plus au scandale. Après tout, l’amour, c’est comme le chocolat au lait : s’il peut se glisser quelques noisettes à l’intérieur, c’est encore meilleur. Elle finit par avouer dans un sourire : «Bon, peut-être qu’il avait plus ou moins des sentiments et peut-être que j’en ai plus ou moins profité. » En tout, il verse quand même 15 000 euros ! Dans l’été, il lui prend l’idée de récupérer sa mise de fonds, mais Élodie ne l’entend pas de cette oreille. Donné c’est donné, repris c’est volé ! Elle parle de porter plainte pour harcèlement, puis demande à sa mère d’écrire à Sébastien que, lasse d’être relancée, sa fille a tenté de se suicider et se retrouve plongée dans le coma. Elle passe ensuite à un stratagème digne des romans noirs : sa maison serait hypothéquée, 20 000 euros en mandat attendraient Sébastien mais comme elle ne lui doit que 15 000, il lui faudrait d’abord verser 5 000 supplémentaires. Côté suisse, le père du dadais lance l’offensive contre celles qu’il nomme les «escrocs du net » mais sur le front de la Somme, la mère délivre une terrible nouvelle : Élodie est morte. Le juge interpelle Brigitte : «Vous vous rendez compte ? Annoncer la mort de votre propre fille ? » La maman ne se démonte pas : «Pfff, je le voyais bien qu’elle était encore vivante, elle était devant moi ! » Pour «extorsion », toutes deux seront finalement condamnées à six et dix mois de prison avec sursis.

    Au fait, avec les sous, Élodie s’est offert un aller-retour en TGV pour voir jouer l’OM au Vélodrome. Partie seule, elle est revenue «accompagnée » d’une graine de petit Marseillais, déposée avec fougue lors d’une furtive étreinte par un supporter du virage nord. Tout ça grâce aux mandats du brave Sébastien. Lui, il mériterait d’être le parrain…

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Depuis cinq ans, chaque dimanche dans le Courrier picard, les Histoires de prétoire présentent non pas les plus importantes affaires du rôle d’audience mais les plus émouvantes, énervantes, cocasses, amusantes. La fidélité des lecteurs et les encouragements de certains confrères m’ont donné envie de les réunir dans ce blog, avec (car la maison ne recule devant aucun sacrifice) quelques autres articles que j’ai commis. Ces pages sont-elles réservées aux spécialistes du droit ou à quelques voyeurs qui se complairaient du malheur des autres ? Je ne le crois pas, tant ces tranches de vie me semblent au contraire universelles. Alors bonne lecture ! Et demandez-vous avec Victor Hugo : « Qui sait si l’homme n’est pas un repris de justice divine ? » Tony Poulain

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Carpate blues

    On l’a convoquée, alors Geneviève est venue. Consciencieusement. Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis ...

    Une occasion manquée

    C’est un crime minable. Fabrice est mort à 28 ans parce qu’il a tenté ...

    Réponse à tout

    Jason, un Péronnais de 21 ans, finit par arracher aux juges un sourire àforce d’enquiller ...

    Les petits bâtons

    Démanteler un réseau de trafiquants de drogue, ça prend du temps, donc ça coûte ...

    L’ombre de lui-même

    Cinquante-trois ans sans mention au casier judiciaire, trente ans de mariage, vingt ans dans ...

    Les théories d’Ahmed

    «Ma femme elle est psychiatre, elle a fait plein d’études. Qu’est-ce qu’elle ferait avec ...