Ils ont osé ! (Edition 2019)

    Cette année encore, nous avons pieusement recueilli quelques paillettes brillantes d’humour involontaire et de poésie accidentelle, au milieu de la boue charriée par les audiences.

    Involontaire mais beau…

    De Mohammed, mari violent en général et philosophe en particulier, le 15 janvier à Amiens : « En quarante ans de mariage, on a eu des hauts et des débats »

    A tour de bras

    D’un avocat amiénois, le 28 janvier, qui trouve que le ministère public en rajoute quant à la violence de son client : “Avec autant de bras, ce n’est plus un mari violent, c’est une pieuvre”

    Réaliste

    Toujours le 28 janvier, un jeune avocat soulève longuement des nullités de procédure. Le procureur de Bosschère le remet en place : « Plus on utilise le mot « clairement », moins ça l’est » (Existe aussi en version : si un avocat vous dit qu’il sera bref, c’est TOUJOURS la certitude qu’il va plaider longtemps, très longtemps…)

    Pur sucre

    Le 12 février, aux assises de la Somme, un expert psychiatre trouve l’exemple qui frappe les jurés : “Ce n’est pas facile d’admettre la schizophrénie. Présentez-vous à un travail en disant que vous êtes diabétique, ça passera. Essayez d’arriver en disant “Bonjour ! Je suis schizophrène !””

    Ça peut toujours être pire

    Le 5 mars, Octave, 78 ans, détenu pour agressions sexuelles sur mineures, veut relativiser le sfaits dont on l’accable : « En prison je vais voir les autres de mon âge à mon étage. Ils ont tous tué leur femme ! »

    Mais il sait compter !

    Le 11 mars : Franck, d’Abbeville, ne sait ni lire ni écrire mais il a commis des escroqueries sur le Bon Coin. Au bout d’un moment, le président percute : « Mais au fait, vous faisiez comment pour rédiger vos annonces ? » Franck est tout fier d’expliquer : « Le vendeur informatique m’a expliqué comment dicter avec Siri sur mon iPhone. C’était marrant et facile ».


    Trop c’est trop

    Noël, d’Abbeville (prononcer Advil, comme le médicament) est accusé le 18 juin de violences, viol et exhibitions. C’en est trop pour lui : « Je ne sais pas d’où qu’on va ! C’est n’importe quoi ! »

    Confusion

    La voisine a vu le même Noël nu sur le balcon. Il se défend : « C’est quand j’ai ouvert la porte pour sortir ma bête ». Les rires dans la salle lui font comprendre le double sens de sa phrase. « Je parle de mon chien, hein ! »

    Faut pas gâcher

    Même jour, même prévenu : c’est jour de gloire pour Noël, encore plus que le 25 décembre… Comment prouver qu’il n’a pas été violent avec son épouse ? Il a la réponse : « J’ai pas claqué ma femme contre le mur. C’est impossible : c’est moi qu’a tout peint, tout tapissé ! »

     

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    2
    HahaHaha
    1
    J'ADOREJ'ADORE
    1
    WOUAHWOUAH
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !
    • Depuis cinq ans, chaque dimanche dans le Courrier picard, les Histoires de prétoire présentent non pas les plus importantes affaires du rôle d’audience mais les plus émouvantes, énervantes, cocasses, amusantes. La fidélité des lecteurs et les encouragements de certains confrères m’ont donné envie de les réunir dans ce blog, avec (car la maison ne recule devant aucun sacrifice) quelques autres articles que j’ai commis. Ces pages sont-elles réservées aux spécialistes du droit ou à quelques voyeurs qui se complairaient du malheur des autres ? Je ne le crois pas, tant ces tranches de vie me semblent au contraire universelles. Alors bonne lecture ! Et demandez-vous avec Victor Hugo : « Qui sait si l’homme n’est pas un repris de justice divine ? » Tony Poulain

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Rien à foutre

    Le 21 août, c’est encore le plein été. Vers 18 heures, dans une rue ...

    Cinq frères

    Franchement, au début du procès d’assises, on se demande qui sont ces zigotos venus ...

    Prendre sur soi

    Il y a des moments pour prendre ses aises et des moments pour prendre ...

    L’affaire Mannechez : de l’inceste “consenti” au double meurtre

    Dernière minute : Denis #mannechez est mort ce matin du vendredi 21 décembre 2018 ...

    Approchez-vous du tableau

    On se frotte les mains en ce jeudi matin : on va faire du ...

    Délits mineurs

    Kevin et Julian, 18 ans chacun, valent tous les discours sur la politique pénale des mineurs. ...