“Quand il a quelque chose en tête…”


    Ahmed n’en démord pas : « Je n’ai pas fait de fausse déclaration. La photo, elle a dû être prise un autre jour ». Ahmed nie contre toutes les évidences, que c’en est presque touchant. On le comparerait bien à un gamin pris les doigts dans le pot de confiture mais à 76 ans, la comparaison serait osée…
    Le 7 septembre 2018, Ahmed porte plainte auprès de la gendarmerie de Péronne : « Hier, j’étais venu faire des courses. Quand je suis sorti du magasin, ma Clio blanche avait disparu ». Les gendarmes ouvrent une procédure, le retraité de Monchy-Lagache déclare aussitôt le vol à son assureur.
    Le 14, les policiers de Saint-Quentin (Aisne) retrouvent la Clio blanche de 2009, sans trace d’effraction. Ils exploitent la vidéosurveillance de la rue – pas de chance pour Ahmed, pour une fois qu’une vidéosurveillance n’est pas en panne, ou mal orientée, ça tombe sur lui! – et découvrent avec surprise que le 6, à 19 h 08, un individu grisonnant en est sorti, bientôt rejoint par une femme du même âge, portant un panier de courses.
    L’épouse d’Ahmed est entendue et, sans peine, résoud ce qui n’était déjà plus une énigme : « Il m’a dit qu’il voulait faire croire au vol de la voiture. Pourquoi ? Il n’y a que lui qui pourra vous le dire ! À 2000 euros, elle ne partait pas, elle était vieille. Alors il a eu cette idée. On est allé chez le boucher hallal, comme trois ou quatre fois par mois, et puis on est reparti en taxi. Il ne savait pas qu’il y avait des caméras ».
    Elle ajoute des détails qui ne s’inventent pas : « Avant, il a retiré ses quatre jantes neuves. Moi, j’ai repris la couverture en peau de mouton à l’arrière, parce que j’y tenais, et je l’ai remise dans notre deuxième voiture, le Berlingo ». Les gendarmes insistent, se demandant s’ils ne tiennent pas là une complice de l’infraction : « Mais vous n’avez pas pu le dissuader ? » L’épouse lève les yeux au ciel : « Ah monsieur ! Vous ne le connaissez pas ! Vous croyez que je peux l’empêcher ? Quand il a une chose en tête… »
    Entre la caméra, sa femme et la peau de mouton, Ahmed est cerné. Même son avocate Me Brochard-Bédier, semble attendre avec impatience ses aveux. Mais Ahmed n’en démord pas. « Oui on va souvent dans cette boucherie, mais cette photo, elle n’a pas été prise le 6 ! Ma femme, elle a été enlevée de ses parents par la police en 1950 et depuis, elle a la phobie de la police. Les gendarmes, ils faisaient les questions et les réponses. J’ai eu douze voitures dans ma vie, monsieur, et j’ai jamais… »
    « Il n’y a aucune trace d’effraction… », suggère la juge, plus douce que sévère. « Oui mais maintenant, les voleurs, ils ont des ordinateurs »,répond Ahmed. La voix se trouble. Le vieil homme digne, jamais condamné, dans sa veste claire et son pantalon du dimanche, pleure. Contre son cœur, il tient une pochette bleue avec écrit en grosses lettres « Clio ». On imagine le bureau impeccable, les dossiers bien rangés, une vie nickel avec une seule petite tâche de rouille…
    Il est reconnu coupable et écope de mille euros avec sursis.
    La Clio a été vendue au profit de l’assureur.
    La peau de mouton va bien, merci.
    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    7
    HahaHaha
    3
    WOUAHWOUAH
    3
    SUPER !SUPER !
    2
    TRISTETRISTE
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !
    • Depuis cinq ans, chaque dimanche dans le Courrier picard, les Histoires de prétoire présentent non pas les plus importantes affaires du rôle d’audience mais les plus émouvantes, énervantes, cocasses, amusantes. La fidélité des lecteurs et les encouragements de certains confrères m’ont donné envie de les réunir dans ce blog, avec (car la maison ne recule devant aucun sacrifice) quelques autres articles que j’ai commis. Ces pages sont-elles réservées aux spécialistes du droit ou à quelques voyeurs qui se complairaient du malheur des autres ? Je ne le crois pas, tant ces tranches de vie me semblent au contraire universelles. Alors bonne lecture ! Et demandez-vous avec Victor Hugo : « Qui sait si l’homme n’est pas un repris de justice divine ? » Tony Poulain

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Michel sur un terrain meuble

    Michel est très énervé, le président Manhes aussi. « Ne vous victimisez pas, monsieur, c’est ...

    A quelle porte frapper ?

    Il a une bonne tête mais un mauvais casier, Jérôme. Dans son survêtement, avec ...

    Merci patron !

    Benoît est un gars fidèle. Pour le meilleur: il travaille en CDI – une ...

    Le mari, la femme, l’amant… et le chèque

    Un couple du Vimeu a été condamné pour avoir piégé, violenté et rançonné l’amant ...

    Chef-d’oeuvre en péril

    Elle ne paie pas de mine, la salle 105 du Palais de Justice d’Amiens, ...