Sous les jupes des filles

    Le 25 mars dernier, à l’Intermarché de Camon, le sang de Benoît ne fait qu’un tour quand il voit un homme s’approcher de sa femme Elsa (penchée pour commander de la viande au rayon boucherie), tendre le bras vers le bas, armé d’un téléphone, et manifestement immortaliser la partie charnue de sa victime. Un témoin s’en mêle : il a vu la même scène un peu plus tôt aux fruits et légumes. Un troisième met son grain de sel : ce photographe pervers, il le connaît. En décembre 17, il l’a coursé en vain, à travers le Carrefour d’Amiens Nord, après qu’il eût violé l’intimité de sa femme et de sa fille. Le ton monte, on ne trouve pas d’agent de sécurité mais un responsable du magasin, la police est appelée, le fautif tente de s’enfuir. Du coup, quand la patrouille arrive, elle fait face à une mêlée vociférante.
    S’en extrait Steven, 28 ans, que l’on retrouve bien penaud à la barre du tribunal, deux mois plus tard. « Je reconnais, c’est un mauvais tic, je n’ai pas pu me retenir, avoue-t-il. Ça a duré pendant un an. Blondes, brunes, grandes, petites, ce n’est pas la personne qui compte. C’est juste la jupe et les collants. Mais ce n’était pas sexuel ! Je ne me masturbais pas devant. Je gardais les photos sur mon téléphone, comme des archives, puis je les jetais pour faire de la place. Je voyais tout ça comme une occupation… »
    « Ça s’appelle du fétichisme… » résume le président Manhes. « Il aurait mieux fait de se contenter du catalogue des Trois Suisses », regrette Me Daquo, après avoir évoqué Rohmer, Truffaut, Brassens et Souchon.
    On souhaite à Steven d’avoir pris un peu de plaisir car il les paie cher, ses clichés… Chauffeur de bus scolaire, il a été licencié après que la police eut contacté son employeur. Et puis il a fallu s’expliquer avec maman… « Je mets quelquefois des jupes et des collants parce que je sais que ça l’excite mais je déteste ça », a témoigné l’épouse. « Il a déjà pris des photos de moi et je l’ai aussi surpris devant un film porno », a-t-elle ajouté. « Elle le prend très mal. Elle me surveille mais elle me soutient », se félicite Steven, qui consulte régulièrement un psychiatre.
    Il est condamné à 800 euros d’amende dont 400 avec sursis.
    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    1
    WOUAHWOUAH
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !
    • Depuis cinq ans, chaque dimanche dans le Courrier picard, les Histoires de prétoire présentent non pas les plus importantes affaires du rôle d’audience mais les plus émouvantes, énervantes, cocasses, amusantes. La fidélité des lecteurs et les encouragements de certains confrères m’ont donné envie de les réunir dans ce blog, avec (car la maison ne recule devant aucun sacrifice) quelques autres articles que j’ai commis. Ces pages sont-elles réservées aux spécialistes du droit ou à quelques voyeurs qui se complairaient du malheur des autres ? Je ne le crois pas, tant ces tranches de vie me semblent au contraire universelles. Alors bonne lecture ! Et demandez-vous avec Victor Hugo : « Qui sait si l’homme n’est pas un repris de justice divine ? » Tony Poulain

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Vous allez être déchus

    C’est le B-A BA de la prestidigitation : une blague du magicien, un sourire de ...

    Géographie intime

    On descend du centre-ville plein de certitudes et il suffit d’un procès d’assises pour ...

    Show et froid

    Aux comparutions immédiates du tribunal d’Amiens, mercredi, c’est ping-pong oral entre le procureur Éric ...

    Michel sur un terrain meuble

    Michel est très énervé, le président Manhes aussi. « Ne vous victimisez pas, monsieur, c’est ...

    Besoin d’amour

    Un procès pour harcèlement moral au correctionnel, c’est comme un crime passionnel aux assises. ...

    Zone de non droit

    Vous voulez savoir à quoi ça ressemble, une zone de non droit ? Bougez pas, ...