Une voiture baladeuse

    Ça devait être une banale histoire de tentative de vol de voiture ; c’est devenu un épique procès où la partie civile et le prévenu se coupent la parole, lèvent les yeux au ciel, jurent de leur sincérité, s’embrouillent dans les cousins, les belles-filles, les cartes grises, sous les yeux amusés d’un public réduit, précautions sanitaires obligent.
    Soit, donc, une Renault Megane, initialement vendue en Belgique, puis importée en France, d’abord dans le Pas-de-Calais, ensuite à Amiens Nord. C’est peu dire qu’elle change régulièrement de mains ; mains qui oublient très souvent d’écrire à la préfecture pour signaler la modification de carte grise. Le 1er juin 2019, elle est dans la cour de Zora, dans le quartier Sainte-Anne, à Amiens. Quand cette mère de famille voit deux hommes bricoler sous le capot béant, elle ne se démonte pas, les interpelle, les met en fuite et même les poursuit ! On retrouve Zora à l’audience de mai 2020, aussi flamboyante en parole que son tee-shirt jaune vif, au point que son masque chirurgical tombe à intervalles réguliers. « Je me constitue partie civile, il y en a pour 5 000 euros de réparation », assène-t-elle. « Mais est-ce votre voiture ?, s’interrogent le président et Me Yahiaoui, avocate d’un des présumés voleurs. « Non, c’est celle de mon fils, admet Zora, hésitante. En fait, elle est au nom de ma belle-fille, mais elle ne roulait plus depuis longtemps » (ndlr : la voiture, pas la bru).
    Zora a formellement reconnu sur planche photographique le visage de Mehdi Bennamar, 39 ans et déjà un paquet de condamnations pour vols. Mehdi (comme par hasard un copain du fils de Zora) jure évidemment qu’il n’a rien à voir dans cette affaire : « Je ne suis plus un gamin, je ne vais pas voler une voiture à 11 heures du matin ». Problème : on a retrouvé son ADN sur les fils de connexion et sur un briquet retrouvé dans l’habitacle. « C’est normal, répond-il. Cette voiture, c’était la mienne ! » Pourtant, jamais la carte grise ne fut à son nom.
    Alors il contre-attaque : « Monsieur le juge, vous devez savoir que cette voiture, elle a été saisie dans le cadre d’un refus d’obtempérer ». Zora n’y tient plus : « Oh ! Mais ça n’a rien à voir ! C’était un cousin qui devait faire un sursis et qui a été arrêté mais ça n’a rien à voir ! » La procureure requiert huit mois ferme. Me Yahiaoui plaide « la nébuleuse », admet qu’on « y perd son latin à force de ne plus savoir qui est propriétaire de quoi » . Mehdi est pourtant condamné à six mois ferme sous bracelet.
    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    5
    HahaHaha
    1
    WOUAHWOUAH
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !
    • Depuis cinq ans, chaque dimanche dans le Courrier picard, les Histoires de prétoire présentent non pas les plus importantes affaires du rôle d’audience mais les plus émouvantes, énervantes, cocasses, amusantes. La fidélité des lecteurs et les encouragements de certains confrères m’ont donné envie de les réunir dans ce blog, avec (car la maison ne recule devant aucun sacrifice) quelques autres articles que j’ai commis. Ces pages sont-elles réservées aux spécialistes du droit ou à quelques voyeurs qui se complairaient du malheur des autres ? Je ne le crois pas, tant ces tranches de vie me semblent au contraire universelles. Alors bonne lecture ! Et demandez-vous avec Victor Hugo : « Qui sait si l’homme n’est pas un repris de justice divine ? » Tony Poulain

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Ils ont osé ! (1/3)

    Parce que c’est la fin de l’année et que l’on refuse de geindre au ...

    Roland n’est pas très paperasse

    Les policiers de l’escorte se tiennent à une distance respectable de Roland, non seulement ...

    Inquiétant

    Nabil M., 40 ans, a deux spécialités, qui lui valent déjà treize condamnations (et ...

    Les petites évasions

    Dès que l’on parle d’évasion, l’imagination a tendance à vagabonder. On pense à Steve ...

    J moins quatre

    À quoi ressemble le dimanche de Jacky Kulik ? Regarder la pluie tomber sur les ...

    Publicité, référencement : la déontologie des avocats à l’épreuve du web

    Publicité, référencement : la déontologie des avocats à l’épreuve du web Les notes fleurissent, ...