Dior, Maison de rêves

    S’il n’y avait qu’une seule exposition à faire pendant les vacances de Noël, ce serait sans doute celle-ci : Dior aux Arts décoratifs. Jusqu’au 7 janvier le musée célèbre les 70 ans de la création de la mythique maison. Incontournable.


    À l’origine il y eût Christian Dior. Son enfance à Granville, les années folles et son goût pour l’avant-garde. D’abord directeur d’une galerie d’art, l’esthète fait ensuite son apprentissage de la mode, du tissu, des textures et des lignes. La collection « New Look » de 1947 et ses silhouettes de « femmes fleurs » marqueront à jamais l’époque. La Maison Christian Dior propulse avec ses créations contemporaines la couture française dans un nouveau monde, effaçant de fait, la grisaille de la guerre. Jusqu’à sa mort en 1957, Monsieur Dior a régné en maître sur le chic hexagonal. Après lui, 6
    directeurs artistiques ont fait vivre la maison. Yves Saint-Laurent, Marc Bohan, Gianfranco Ferré,
    John Galliano, Raf Simons et Maria Grazia Chiuri ont imprimé leur marque, leur ADN, faisant grandir l’illustre griffe.

    Pour toujours, la couture d’après Dior est cultivée, emprunte d’un esprit classique relevé d’audace. C’est tout cela que célèbre la rétrospective des Arts décoratifs. Le long d’un fil balayant 70 ans d’innovations, de créations, d’artisanat, d’exigence et de folie pure, l’exposition évoque une haute couture aussi vivante qu’expressive.

    Si pour l’immense majorité, les créations Dior revêtent une part de rêve inaccessible, ce parcours initiatique permet de pénétrer tout entier dans l’univers feutré des ateliers et de s’imprégner de ces beautés de tissus dans divers univers chers au maître. De la galerie de peinture des débuts aux ateliers en passant par l’Avenue Montaigne, le Trianon ou un jardin merveilleux, cette plongée dans
    l’univers de Christian Dior fait aussi la part belle à ses successeurs. Parce que la mode n’est pas tout à fait une affaire de nostalgie, on ressent aussi les esprits tantôt minimalistes, tantôt punk des directeurs artistiques qui ont fait avancer la maison, accompagnant les changements d’époque et de société. Sans trahir l’esprit du couturier jamais.

    L’exposition permet aussi de se glisser au coeur des ateliers, là où des petites mains expertes
    donnent vie aux idées les plus folles avec dextérité, passion, sans jamais compter leurs heures. Des
    ouvrières aux doigts d’or sans qui la haute couture ne serait rien. Des dessins aux toiles, des toiles aux patrons, robes et broderies prennent forme, patiemment, provocant de l’émotion brute lorsqu’enfin le travail est achevé. Ce travail disséminé à New York, Londres, Paris ou Granville que
    l’on peut enfin admirer tout entier.

    *Pour parachever la magie, il est fortement conseillé de poursuivre le périple par un passage
    chez Colette qui fermera ses portes fin décembre avant de déguster un chocolat africain chez Angelina.

    D.L.P

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !
    • LE MAGAZINE URBAIN DU COURRIER PICARD Le Courrier picard, quotidien régional leader en Picardie, souhaitait répondre à un besoin grandissant des lecteurs : un magazine chic et tendance. C’est ainsi qu’est né «Instinct», un magazine harmonieux qui réunit 3 univers : la mode, la décoration et la culture.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Les spectacles à ne pas rater en février et début mars

    LE DERNIER MÉTRO le 6 février à 19 h 30 et les 7 et ...

    Canards du Val de Luce, le raffinement du terroir

    Les Canards du Val de Luce conquièrent la France, sans quitter leur petit village ...

    La doudoune : Superstar

    Si Français et Américains se disputent la primauté de l’invention, la doudoune a su ...

    Laissez parler les petits papiers…

    Cocotte, vinyle, filtre à thé, lapin stylisé… Hélène Ripoll imagine, conçoit et donne corps ...

    À la rencontre des startups : Octus

    La technologie au service de la pédagogie sur notre patrimoine culturel et historique. Cyrille, ...

    Le top 3 des activités les plus rafraîchissantes

    DU SKI NAUTIQUE ÉCLABOUSSANT À DREUIL   Si le wakeboard (surf sur l’eau en ...