Sophie Hélène est plasticienne, engagée dans la défense de l’environnement à travers la sensibilisation à la laisse de mer. Dans le cadre du Festival de l’oiseau et de la nature, elle porte au Hourdel la première exposition Surprenantes collectes de bord de mer, de l’association SOS Laisse de mer.

    –Avez-vous d’abord été artiste ou engagée?

    Cela a été simultané. Je suis coloriste de métier, sensible à la problématique environnementale depuis l’enfance parce que ça a fait partie de mon éducation. C’est d’abord la couleur des déchets dans la minéralité de la plage qui m’a interpellée. J’ai vraiment pris conscience de l’impact de la pollution anthropique depuis un peu plus de quinze ans.

    –Quel a été le déclencheur?

    En venant de Paris, j’ai découvert un territoire, des gens, une lumière terriblement authentiques. Je pouvais me promener quatre heures sans croiser personne. Dans ce contexte les déchets sont devenus une véritable intrusion.

    –Cette prise de conscience, vous essayez de la provoquer chez les autres désormais?

    Ce que je propose, c’est de suivre un chemin. Au contact de la laisse de mer, j’ai éprouvé une sensation de découverte sans cesse renouvelée, comme un trésor perpétuel. Ensuite, j’ai essayé d’identifier mes trouvailles. Une côte de baleine, des chaussons Pullman, des stylos issus d’un conteneur perdu en mer… cela m’a amenée à multiplier les rencontres, les recherches, à utiliser de nouveaux outils…

    –Vous mettez tout cela dans votre exposition?

    Oui, c’est une exposition itinérante qui vivra six implantations en 2019 sur le territoire du Parc Naturel Marin. Elle est née de la réponse à un appel à projet pour sensibiliser les publics à la laisse de mer. L’idée est de partager la connaissance parce que quand on connaît mieux, on a plus envie de protéger.

     

     

    –Le mot «partage» semble avoir une importance particulière pour vous ?

    Tout à fait. Si je commence l’exposition, j’espère accueillir d’autres artistes qui prendront le relais sur cette partie. Quant à l’aspect environnemental, il comprend des ateliers scientifiques qui sont réalisés avec des partenaires comme le Groupe d’études des milieux estuariens et littoraux (Gemel), le sociologue Denis Blot… L’intérêt est de croiser les disciplines.

    -Vous êtes-vous fixé un objectif ?

    Déclencher une prise de conscience et un investissement. Qu’il y ait d’autres actions, sans savoir encore sous quelle forme. Un outil d’édition verra sans doute le jour en 2020. Et l’exposition continuera de tourner deux ou trois ans. C’est important de proposer quelque chose de qualitatif, de ludique, à plusieurs niveaux de lecture, sur le territoire.

     

     

    Laisse de mer

     

     

    « Laisse de mer : objets laissés par la mer sur la plage à marée basse. Une mine d’or pour certains artistes, mais une pollution avant tout. »

     

     

     

     

     

    Contact : www.soslaissedemer.com – 06 07 79 01 87.

    M. M.-H

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !
    • LE MAGAZINE URBAIN DU COURRIER PICARD Le Courrier picard, quotidien régional leader en Picardie, souhaitait répondre à un besoin grandissant des lecteurs : un magazine chic et tendance. C’est ainsi qu’est né «Instinct», un magazine harmonieux qui réunit 3 univers : la mode, la décoration et la culture.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Telle mère, telle fille : les marques que l’on se transmet…

    La mode, c’est comme les recettes de cuisine… On y goûte quand on est ...

    On a testé pour vous…”Think My Art” !

    Think my art, mais qu’est-ce que c’est? Une plateforme made in Amiens qui propose ...

    Quand les codes du sport s’invitent dans nos dressings

    À l’heure de la non-sophistication à l’extrême, le sportswear rappelle que la mode peut ...

    La Pigmentite met du pigment dans votre vie

    La Pigmentite est la nouvelle boutique atelier qui a ouvert dans le centre-ville amiénois. ...

    Les spectacles à ne pas manquer en juin

    RÉTRO C TROP BON ! Magnifique affiche pour le festival rock Rétro C Trop, ...

    Dior, Maison de rêves

    S’il n’y avait qu’une seule exposition à faire pendant les vacances de Noël, ce ...