Les baladeuses merveilleuses de LuLé Studio

    Designer, scénographe, féru d’artisanat, l’amiénoise Alexandra Epée imagine et façonne des baladeuses en cuir ou en feuille de pierre, à suspendre ou à transporter. Des objets d’une rare poésie.

    Les baladeuses merveilleuses de LuLé Studio

    « J’ai vraiment été encouragée par mes professeurs du collège Edouard Lucas comme ceux du lycée de la Hotoie » raconte Alexandra Epée. Option danse, théâtre, arts plastiques, l’amiénoise a multiplié les apprentissages artistiques tout au long de son parcours scolaire.

    Un goût qu’elle cultive depuis l’enfance.

    Après une année de prépa, elle intègre la prestigieuse école des Arts Décoratifs. « J’avais eu un coup de coeur pour cet endroit lors des portes ouvertes, je m’étais dit que c’était là que je voulais étudier. J’ai toujours aimé les sciences et les arts, là j’ai vraiment pu explorer ces disciplines » se souvient encore Alexandra Epée. Elle passera cinq ans au 31 rue d’Ulm. La désormais parisienne, qui se frotte au théâtre et à la scénographie fait une incursion dans l’événementiel en créant de fabuleuses vitrines ornées de décors en papier. « Ensuite j’ai eu envie de raconter ma propre histoire, de maîtriser le processus créatif de A à Z » explique la créatrice qui découvre le cuir grâce à la Réserve des arts, une association qui oeuvre pour le réemploi des matériaux au profit des professionnels de la culture. « Je rencontrais des problèmes techniques avec le papier, là j’ai eu accès à des peaux utilisées par de grandes maisons, ça a été une vraie révélation » sourit Alexandra Epée. À partir de cette matière souple mais résistante, elle façonne son premier luminaire. Il lui faudra deux ans pour mûrir son projet. Et c’est à Amiens, au creux de la Machinerie que naîtra LuLé Studio.

    Aujourd’hui, Alexandra Epée propose une collection de baladeuses en cuir à tannage végétal ou en feuille de pierre. Des matières différentes qui suscitent cependant le même émerveillement. Par sa forme d’abord, puisque l’objet se présente à plat. Par son montage ludique ensuite, puisqu’il suffit d’enrouler le cuir ou la feuille de pierre autour d’une douille puis de zipper les deux extrémités pour voir apparaître la lampe. « On peut l’accrocher ou le balader avec soit » détaille Alexandra Epée dont les créations s’exportent en Europe.

    Les baladeuses d’Alexandra Epée sont disponibles sur le site lulestudio.patternbyetsy.com.
    À partir de 250 euros pour les objets en feuilles de pierre, 350 pour celles en cuir à tannage vétégal.

    Propos recueillis par DIANE LA PHUNG

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !
    • LE MAGAZINE URBAIN DU COURRIER PICARD Le Courrier picard, quotidien régional leader en Picardie, souhaitait répondre à un besoin grandissant des lecteurs : un magazine chic et tendance. C’est ainsi qu’est né «Instinct», un magazine harmonieux qui réunit 3 univers : la mode, la décoration et la culture.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Une Saint-Valentin au menu aphrodisiaque

    Pour ceux qui pensent que la Saint-Valentin est aussi un moment de gourmandise partagée, ...

    LES 5 TERRASSES AMIÉNOISES à ne pas manquer cet été

    LE SOLEIL REVIENT ET L’ENVIE DE PROFITER DE LA TERRASSE D’UN CAFÉ OU D’UN ...

    Le jouet en bois, star de Noël

    i la technologie a gagné les jeux pour enfants ces dernières années, les créations ...

    Balade en paddle dans les canaux de la petite Venise du Nord

    Le stand up paddle, l’activité nautique la plus tendance du moment, débarque à Amiens. ...

    À la rencontre des startups : Octus

    La technologie au service de la pédagogie sur notre patrimoine culturel et historique. Cyrille, ...

    Jardin : réveillez votre côté nature

    Le jardin est véritablement devenu la pièce supplémentaire de la maison. Cette année, main ...