Frédéric, Alexandre et Ophélie ont changé de vie. Ils ont tout plaqué pour cultiver bio, monter un marché local et une ferme pédagogique. Pari réussi avec L’île aux fruits.

    1000 adhérents à l’île aux fruits

    Rue de Verdun, une association se démène pour proposer des produits bio, cultivés dans les hortillonnages, lors de rendez-vous conviviaux autour d’animations, de concerts ou de moments d’échanges. Des marchés programmés tous les jeudis, qui ne sont que la partie émergé du l’iceberg… « Nous voulions porter un projet pour demain en lien avec l’alimentaire et le consommer local. Parce que brasser des idées c’est bien, mais nous voulions être dans le concret, changer les choses dans un monde qui manque parfois de sens », confie Alexandre. Il y a un an et demi, l’aventure est lancée. Ils louent d’abord un terrain à un particulier, avant de cultiver 1 hectare sur l’île Sainte-Aragone dans les Hortillonnages. Une petite ferme urbaine en permaculture pour un modèle bio intensif. Des légumes primeurs, quelques agrumes, des plantes anciennes, des fleurs comestibles, des produits qui sortent un peu de l’ordinaire à faire redécouvrir…

     

    Sur le marché, on trouve les légumes cultivés sur l’île Sainte-Aragone mais aussi d’autres produits d’artisans locaux.
    Faire rimer bien manger avec convivialité

    Leur philosophie du consommer local s’intègre parfaitement dans le projet d’Amiens Métropole de recréer du lien entre les habitants du quartier Gare – La Vallée. Ils obtiennent la possibilité de monter un marché original rue de Verdun, sur une ancienne friche, bientôt aménagée et paysagée. Et les habitants sont au rendez-vous. Chaque jeudi, ils découvrent les produits de la parcelle d’Alexandre, Frédéric et Ophélie, mais aussi d’une trentaine de producteurs locaux qui partagent les mêmes valeurs. Confiture, œufs, viande, pains, bière, miel, vins, jus, on trouve beaucoup de choses à L’île aux fruits. On y fait des dégustations, on se retrouve sur de grandes tables conviviales pour déguster une planche apéro ou boire un verre en écoutant un concert. C’est un vrai moment de vie, de partage, de rencontres. « Les habitants s’approprient cet espace, redonnent de la vie au lieu. Et ils découvrent que finalement ça peut être simple et pas plus cher de s’approvisionner localement ! » Avec 3 700 familles adhérentes (2 € par an et par famille), L’île aux fruits n’en finit pas de faire des adeptes. L’association Terres zen, gestionnaire du site, vient même de remporter la mention spéciale du jury aux Trophées de l’excellence bio au Salon de l’agriculture. Une reconnaissance à laquelle ils veulent donner du sens.

    Se réapproprier la nature

    A quelques pas de L’île aux fruits, la ferme pédagogique est en cours d’aménagement et chacun met la main à la pâte. Associations, écoles, centres de loisirs, c’est le but du lieu : se reconnecter avec la nature, la faire grandir, pousser, s’embellir… Ensemble. Ophélie travaille actuellement avec les CM1 de l’école Saint-Joseph et les 6e de la Sainte-Famille sur les semis et les premières plantations. Une basse-cour est en train de sortir de terre. Poules, canards, lapins, oies, biquettes côtoieront les bandes de cultures maraichères et la belle mare centrale restera riche de sa biodiversité. « C’est évidemment une sensibilisation à l’environnement mais aussi à l’alimentation car j’organise des ateliers culinaires. Nous avons plein de projets qui vont aussi évoluer suivant les attentes et les demandes des enseignants, des associations… Nous voulons que ce soit un lieu d’enchantement, de détente et d’apprentissage de la vie », confie Ophélie. Loin d’être une utopie, le projet global de L’île aux fruits est devenu une réalité. Pour montrer qu’un autre demain est possible, plus proche des autres et de la nature.

     

    Régulièrement des groupes viennent mettre l’ambiance sur L’île aux fruits, ici l’Inhumaine. crédit : Anne-Sophie Grossemy, Zic’ en boîte

     

    L.D.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    3
    J'ADOREJ'ADORE
    1
    J'AIMEJ'AIME
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !
    • LE MAGAZINE URBAIN DU COURRIER PICARD Le Courrier picard, quotidien régional leader en Picardie, souhaitait répondre à un besoin grandissant des lecteurs : un magazine chic et tendance. C’est ainsi qu’est né «Instinct», un magazine harmonieux qui réunit 3 univers : la mode, la décoration et la culture.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    La gastronomie, tout un patrimoine

    Deux restaurateurs s’installent dans le village d’Eaucourt-sur-Somme. La qualité de ses installations historiques est ...

    Guapa Amparo, merveilleusement bohème

    Virginie Tempez imagine et invente des bijoux élégants directement inspirés de la tendance bohème. ...

    Edgär l’électro-pop amiénoise

    Les Amiénois Antoine et Ronan forment Edgär, un duo d’électro-pop. Ils jouent ensemble depuis ...

    Colorez votre été avec BANANA MOON

    C’est une des marques emblématiques de l’été. Avec ses maillots de bain colorés et ...

    La mode à l’heure du FLOWER POWER

    Alors que les bourgeons envahissent les jardins, que le soleil se fait un poil plus ...

    Les incontournables du Marché de Noël

    L’Érablière Vêtus de rouge et reconnaissables à l’oreille, les artisans Québécois Lefebvre & Fils ...