Mayel Elhajaoui : « Je suis amoureux de ma région »

    Le comédien Mayel Elhajaoui est né et a grandi à Amiens. Même s’il passe la plupart de son temps entre Paris et Sète, où se déroule le tournage de la série de TF1 Demain nous appartient, l’acteur de 35 ans revient régulièrement à Amiens. Rencontre.

    “Ma famille est très importante pour moi. Elle m’a beaucoup soutenu. Et notamment mon grand frère Nordine. C’est lui qui a écrit mes premiers spectacles.”

    Vous vivez aujourd’hui entre Sète et Paris mais vous êtes un pur produit amiénois ?

    Oui je suis né à Amiens et j’ai grandi ici. Je vivais à Amiens Nord, au Pigeonnier. Je suis allé à l’école Pigeonnier B puis au collège César Franck.

    Quels souvenirs gardez-vous de votre enfance ?

    Mayel durant un tournoi de foot, son sport préféré
    durant sa jeunesse.

    J’ai eu une enfance super-sympa avec tous les copains. C’était l’époque où il n’y avait pas encore les téléphones portables. On allait se chercher chez les uns chez les autres. Si le copain n’était pas chez lui, les parents nous disaient « il est parti avec un tel ou un tel ». Alors on menait une enquête à la Sherlock Holmes avec pour unique but de se retrouver. C’était super.

     

     

    Vous aviez beaucoup d’amis mais beaucoup de frères et sœurs aussi ?

    Oui, j’ai dix frères et sœurs. Je suis le numéro 6 de la fratrie. Ma famille est très importante pour moi. Elle m’a beaucoup soutenu. Et notamment mon grand frère Nordine. C’est lui qui a écrit mes premiers spectacles. C’est avec lui que j’ai fait mes premiers sketchs. Dès que j’ai compris que je voulais faire comédien, il m’a soutenu Il m’a toujours encouragé à aller de l’avant.

    Justement, quand avez-vous eu envie de devenir comédien ?

    C’était au collège. Une équipe de production parisienne était à Amiens pour réaliser un court métrage pour sensibiliser les jeunes par rapport à la dégradation des bus. A l’époque, les bus de la Semta (Ex-Ametis) étaient régulièrement caillassés. Ils avaient fait des castings dans plusieurs collèges pour trouver les acteurs de ce court-métrage.

    Au départ, je devais être un simple figurant. Le premier rôle avait été attribué à l’un de mes copains. Mais lors d’une réunion de lecture du scénario, alors que je faisais le pitre, l’un des responsables du film m’a remarqué. Il m’a demandé de lire le premier passage du scénario et, après m’avoir écouté, il m’a dit « c’est toi qui prends le premier rôle ».

    J’étais déçu parce que je savais qu’en devenant le premier rôle j’allais devoir travailler plus (rire) ; et qu’à la fin de l’école, à 17h30, je ne pourrais pas rejoindre mes copains au foot, je devrais rester pour travailler avec le prof de Français et le réalisateur.

    Mais finalement, ça vous a plu ?

    Au premier clap de début de tournage, j’ai su que c’était ça que je voulais faire. C’était génial !

    Quelles études avez-vous suivi ?

    J’ai fait l’école privée de théâtre Acquaviva à Paris avant d’entrer au conservatoire de théâtre de Paris. Ensuite j’ai eu des petits rôles dans des films et j’ai joué dans des pubs.

    Vous incarnez actuellement le personnage de Georges dans la série de TF1 Demain nous appartient, ce rôle marque un tournant dans votre carrière ?

    Oui, c’est assez incroyable. En jouant dans cette série je suis rentré dans le quotidien de 4 millions de Français, sans compter ceux qui regardent la série en Replay. J’ai signé un contrat d’exclusivité avec TF1 et aujourd’hui on me propose d’autres choses, notamment de grandes productions. Je me rends compte que oui, ça peut aller très très vite.

    Ça ne doit pas être simple de jongler entre la série et d’autres projets ?

    En effet car nous tournons quasiment tout le temps. Nous réalisons un épisode par jour (à Sète, ndlr). Mais l’équipe est super. Et plusieurs autres acteurs sont devenus de vrais amis.

    Les aventures de Georges ont-elles eu un impact sur ta notoriété ?

    Oh oui. Je ne peux plus aller nulle part sans que quelqu’un me reconnaisse. Des fois je rentre dans un endroit, un fan me repère, il prévient les autres et quand je sors il y a plusieurs personnes. C’est fou. Je reçois aussi plein de choses, plein de cadeaux… Globalement, c’est vraiment très touchant même si ça peut parfois sembler un peu disproportionné.

    Tout cela vous laisse du temps pour revenir à Amiens ?

    J’essaie de revenir aussi souvent que possible pour voir ma famille, même si ce n’est pas toujours simple.

    Vous vous êtes aussi associé à votre frère Nordine (le gérant) pour ouvrir le restaurant Le Majorelle (à la gare). Pensez-vous que l’établissement bénéficie de votre notoriété ?

    Je ne sais pas. Mais c’est vrai que plusieurs fans m’ont déjà envoyé des photos pour me montrer qu’ils étaient au restaurant. Encore une fois c’est très touchant.

    Du tac au tac

    Quel est ton lieu préféré à Amiens ?

    La Comédie de Picardie, c’est vraiment un endroit que j’affectionne.

    Mayel devant la Comédie de Picardie
    ( l’un de ses lieux préféré à Amiens) où il a notamment joué la pièce Vendredi 13.

    Dans la région ?

    Je ne sais pas, la Baie de Somme peut-être. J’aime toute ma région. J’en suis vraiment amoureux. Je dis à tous mes amis que la région est top. J’aime la mentalité qu’il y a ici. Et la mixité qu’il y a à Amiens. Je défends ma région partout en France.

    Quel est ton plat picard préféré ?

    J’aime le macaron mais si je devais choisir un plat je dirais la ficelle picarde mais au saumon. J’adore.

    Et enfin ton expression picarde favorite ?

    « Je te rappelle et je te dis quoi ! » J’essaie de l’imposer partout en France.

    Mayel interprète Georges, un policier dans la série de TF1 “Demain vous appartient”.
    ( En haut, Mayel avec Lorie Pester et Solène Hébert. )
    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !
    • LE MAGAZINE URBAIN DU COURRIER PICARD Le Courrier picard, quotidien régional leader en Picardie, souhaitait répondre à un besoin grandissant des lecteurs : un magazine chic et tendance. C’est ainsi qu’est né «Instinct», un magazine harmonieux qui réunit 3 univers : la mode, la décoration et la culture.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Le jouet en bois, star de Noël

    i la technologie a gagné les jeux pour enfants ces dernières années, les créations ...

    3 idées de sorties à ne pas manquer en avril (by Laurie, La Petite Rapporteuse)

    1. LE CHOC DES LICORNES L’événement Le Choc des Licornes revient pour sa deuxième ...

    BIRKENSTOCK, la chaussure la plus cool de l’été

    Avec sa semelle épaisse la petite allemande créée en 1774 a longtemps fait figure ...

    L’itinérance créative des voyageuses

    Charlotte et Sophie, deux idéalistes à l’imaginaire solide et aux doigts de fées, ont ...

    Maison Zoëte, la décoration en douceur

    Zoëte veut dire doux en néerlandais. Doux comme Camille Doux qui se cache derrière ...

    Quand le Salon prend ses quartiers d’été

    Alors que le thermomètre grimpe, que les jours rallongent et que le soleil vient ...