La doudoune : Superstar

    Si Français et Américains se disputent la primauté de l’invention, la doudoune a su s’extirper des pistes de ski pour se hisser sur les podiums. Un pari osé mais réussi pour celle contre qui l’on aime particulièrement se blottir en hiver.

     

     

    Qui a imaginé le premier la doudoune contemporaine ? Des skieurs d’Aspen à la fin des années 40 ou un alpiniste grenoblois au tout début des années 50 ? Mystère.

    Toujours est-il que depuis, la veste matelassée est un classique. Popularisée par Moncler en 68 lors des JO d’hiver, la doudoune, d’abord vêtement technique permettant de garder le corps au chaud s’est piquée de mode. Chevignon, Courrège, Pyrenex, Martin Margiela, Acné Studio… toutes les griffes ont contribué à propulser l’objet du désir dans les centres villes. Avec ses couleurs flamboyantes l’anorak douillet devient dès les années 80 une icône.

     

     

    On s’arrache littéralement ce manteau qui fleure bon la montagne et les vacances. A son contact, le plus urbain des hommes devient en un claquement de doigt le premier des aventuriers. En plumes et duvet ou en synthétique, l’anorak matelassé a aussi fait évoluer sa coupe au fil des ans. Plus près du corps, plus courte, plus fine aussi, la doudoune épouse la mode et les tendances du moment. Après un passage à vide, la doudoune est revenue en force grâce à une palette renouvelée : Sporty, oversize ou même délicate, la confortable copine a su se démultiplier selon les envies. Astucieux !

    Prenez Jott (Just over the top) par exemple. Avec sa coupe bombers, ses couleurs pop
    et sa finesse la marque marseillaise a su parfaitement incarner le renouveau: pratique, intergénérationnel et unisexe.

     

    Copyright : JOTT

     

    Chevignon va même encore plus loin. Avec Togs yourself,
    il est possible de personnaliser la couleur, les boutons, le patch au célèbre canard et même d’ajouter un petit message brodé. Inédit non ? Plus largement, cette saison, on est assurément loin du « bonhomme Michelin » de notre enfance. L’anorak duveteux mais pas trop, a été rhabillé et réhabilité par tous les créateurs qui comptent. Et ça, pour un paria de la mode, c’est synonyme de résurrection.

     

    Copyright : Chevignon

     

    D.L.P.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !
    • LE MAGAZINE URBAIN DU COURRIER PICARD Le Courrier picard, quotidien régional leader en Picardie, souhaitait répondre à un besoin grandissant des lecteurs : un magazine chic et tendance. C’est ainsi qu’est né «Instinct», un magazine harmonieux qui réunit 3 univers : la mode, la décoration et la culture.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Laissez parler les petits papiers…

    Cocotte, vinyle, filtre à thé, lapin stylisé… Hélène Ripoll imagine, conçoit et donne corps ...

    La passion des belles mécaniques

    L’Amicale retro passion auto Amiens (ARPAA) est un club convivial qui regroupe des passionnés ...

    Les bons conseils de Mademoiselle se met au Vert

    ll y a trois ans, Marie a décidé de bouleverser ses habitudes pour consommer ...

    La Pigmentite met du pigment dans votre vie

    La Pigmentite est la nouvelle boutique atelier qui a ouvert dans le centre-ville amiénois. ...

    Visite guidée d’un bien d’exception

    La rédaction vous propose de découvrir une maison au cachet exceptionnel actuellement en vente ...

    The Boston Club fait frétiller les papilles des gourmets

    Chaque mois, Jasmine et Flavie Seren-Rosso entraînent les gourmands dans un périple gustatif atypique ...