Eddy Gnahoré : ‘‘J’ai pénalisé l’équipe’’

    (Photo FRED HASLIN)

    Elu joueur du mois en septembre, le milieu amiénois regrette néanmoins son expulsion à Caen. Il estime que l’équipe est sur la bonne voie et qu’il lui manque trois points avant de recevoir Dijon.

    Auteur de deux buts et d’une passe décisive en septembre, Eddy Gnahoré est de plus en plus performant avec l’Amiens SC.
    Eddy Gnahoré, vous semblez monter en puissance depuis plusieurs semaines…
    J’ai beaucoup bossé et j’ai fait une bonne préparation. Il m’a fallu aussi un petit temps d’adaptation. Les premiers matches, j’ai évolué en sentinelle devant la défense puis j’ai évolué un peu plus haut à mon poste. Je suis plus du genre à me projeter qu’à rester devant la défense et à organiser. Je me sens plus à l’aise lorsqu’il faut se projeter et aller de l’avant.
    Revenons sur votre carton rouge à Caen…
    C’est le premier carton rouge de ma petite carrière. Il faut apprendre de ses erreurs. Dès que je l’ai pris, j’ai pensé à mon absence face à Dijon.
    À 10, auriez-vous pu prendre quand même un point à Caen ?
    Même à 10, il y avait quelque chose à faire au cours de la deuxième mi-temps. La rentrée de Bodmer nous a fait du bien. On était plus haut sur le terrain et le carton rouge arrive au moment où c’était notre temps fort. J’ai pénalisé l’équipe. C’est dommage même si je ne fais pas exprès. Je le touche à la lèvre (ndlr: Oniangué). Il saigne et je vais le voir en m’excusant. Il a été malin. Il a mis la tête au moment où je mets le pied.

    Votre entraîneur cherche le bon équilibre, l’avez-vous trouvé ?
    C’était notre troisième match à Caen. On sortait d’une victoire face à Rennes et on avait dépensé beaucoup d’énergie. On a été bons les dix premières minutes puis on a plongé. Je ne sais pas si c’était physique ou mental.
    Combien de points vous manque-t-il?
    Trois! Avec 10 points, on serait bien.
    Donc vous voilà condamnés à battre à Dijon ?
    On est au pied du mur après cette défaite. Il faut gagner et après il y aura la trêve pour recharger les batteries, souffler un petit peu avant de reprendre encore plus fort au Parc des Princes contre le Paris SG.
    Mais contre le PSG, autant faire l’impasse sur ce match ?
    On a les pieds sur terre. On connaît les joueurs qu’ils ont, on sait ce qu’ils sont capables de faire. On rêve un petit peu. Peut-être prendre un petit point mais il ne faut trop rêver non plus.
    Sentez-vous que l’équipe prend forme ?
    On l’a vu face à Rennes. Dommage qu’il y ait eu cette défaite à Caen. Car avant ces deux matches, je sentais que ça prenait bien, notamment à l’entraînement.
    Avez-vous de la qualité dans l’équipe ?
    À chaque fois qu’on rencontre des équipes où je connais des joueurs, ils me disent qu’on a un effectif de qualité. Il y a beaucoup de nouveaux et d’étrangers mais je suis confiant. Cela commence à bien prendre forme.
    Vous avez un modèle de joueur ?
    Yaya Touré. Il m’inspire. Il se projette, il marque même s’il est en fin de carrière. C’était l’un des milieux de terrain que je préférais.
    Quelle équipe vous inspire ?
    Le FC Barcelone: le jeu en mouvement, les déplacements, prendre les espaces, le pressing haut, les prises de risques, etc. Je suis fan.
    Et quel est l’entraîneur dont vous êtes fan ?
    Pep Guadiorla et sa vision du foot à laquelle j’adhère. Dans le foot actuel, l’objectif de la plupart des coaches et des clubs est de prendre des points sans vraiment jouer ou faire progresser les joueurs. Guardiola s’intéresse et s’attache au développement du joueur tout en prenant bien entendu des points. Il est fidèle à ses principes et à sa philosophie de jeu.
    Donc vous avez dû vous «régaler» avec l’équipe de France pendant le Mondial au niveau du jeu ?
    (Rires) Ce n’était pas beau à voir mais c’était efficace. Finalement, une Coupe du monde, on la gagne en jouant ou sans jouer à dix derrière. L’Italie a fait la même chose en 2006 et l’a remportée. L’essentiel, c’est la deuxième étoile sur le maillot.
    Donc à un moment, il faut savoir sacrifier le jeu et privilégier le résultat ?
    Bien sûr. Je suis fan du beau jeu mais faire des passes pour des passes, cela ne mène à rien si l’équipe adverse marque en contre-attaque et gagne. Il faut trouver le juste milieu, le bon équilibre, faire du beau jeu tout en étant efficace. Guardiola a réussi à le faire à Barcelone.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !
    • Journaliste sportif pour le Courrier picard. De l’Amiens SC, du foot, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout... « Le vestiaire » vous ouvre ses portes et ce blog est destiné à toutes celles et tous ceux qui aiment le foot, le sport mais pas que… Après avoir connu  des descentes, des montées et 17 entraîneurs avec l’ASC, il était temps de raconter quelques souvenirs et de vous faire partager  ma première saison en Ligue 1. Autrement, différemment en portant aussi un regard sur les autres sports.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Otero : “Nous devons attaquer plus et défendre moins”

    Vous avez inscrit à Lille votre premier but en Ligue 1 en dix-neuf apparitions. ...

    Quel sera le premier adversaire de l’Amiens SC ? Moi, je le sais…

    Les calendriers de la saison 2018-2019 de Ligue 1 Conforama et Domino’s Ligue 2 ...

    Ni le TFC, Ni Caen mais le maintien en priorité pour Pelissier

    (Photo FRED DOUCHET) Deux montées successives et peut-être un maintien en Ligue 1. Christophe Pelissier ...

    Rien n’est perdu, rien n’est gagné

    (Photo AFP) Sans trahir la teneur de notre conversation avec Bernard Joannin, quelques jours ...

    Adenon : ‘‘Notre plus mauvais match’’

    Averti à la 90e minute, et peut-être suspendu pour le déplacement à Bordeaux, Khaled ...

    Deux saisons de plus pour Thomas Monconduit

    Après Régis Gurtner et Bakaye Dibassy, Thomas Monconduit a donné son accord de principe ...