Dans les coulisses du recrutement de l’Amiens SC

    Deux montées consécutives et un maintien en Ligue 1. La réussite de l’Amiens SC tient en partie à son recrutement et à sa cellule dont le responsable est John Williams, conseiller du président.

    1

    En septembre dernier. A la fin octobre voire à la mi-novembre, on doit avoir vu les meilleurs joueurs dans chaque championnat : Ligue 1, Ligue 2, National et CFA. Sauf, bien entendu, ceux qui sont inabordables. Le recrutement se fait tôt par anticipation. On est obligés  car on n’a pas les moyens des autres clubs. On ne peut pas arriver au dernier moment pour recruter.

    Quels profils de joueurs ?

    On recrute à tous les postes y compris le poste de gardien de but. En fin de saison dernière, si un club avait fait une offre énorme pour Régis et qu’il était obligé de partir, on devait avoir une solution de rechange et c’était le cas. On doit donc travailler par anticipation en recrutant des joueurs qui ont une valeur marchande ou en fin de contrat.

    Méthode de travail

    Il  y aura sept scouts cette saison dans la cellule de recrutement. Quand des joueurs nous intéressent, on les on les voit entre cinq et dix fois. C’est  intéressant de croiser les avis et ce n’est jamais la même personne qui va les voir. L’idée, c’est de connaitre les joueurs par cœur. Puis, on en parle au coach et au mois de mars, on évoque le profil des joueurs recherchés. Il nous communique ses besoins. On lui donne des noms et à chaque fois, on lui propose trois choix à chaque poste. C’est lui qui a toujours le dernier mot. Une fois le jouer ciblé, il donne son accord.

    Recrutement sur vidéo

    On peut faire appel à un scout à l’étranger  pour aller voir un joueur sinon on travaille beaucoup sur les vidéos. Il existe un site internet où l’on a accès aux matches du championnat de France et des championnats étrangers : Chili, Japon, Afrique du Sud. Une sorte de plate-forme avec tous les matches français et étrangers. En semaine, on regarde les vidéos et le week-end, on va sur le terrain

    Zungu recruté sur vidéo

    Quand on a recruté Zungu, on avait trois choix. On avait anticipé le départ de Tanguy Ndombélé. On avait ciblé trois joueurs. Le premier a signé ailleurs car Tanguy était encore au club. Le deuxième également à la mi-août. On ne pouvait le retenir et le troisième, aussi. Il a signé la veille du départ de Tanguy le 30 août. On avait 24 heures pour trouver un joueur. On a activé notre réseau et on a trouvé Bongani. On ne s’est pas trompé, c’est un bon joueur et tout ça sur vidéo.

    Comment se déroule la transaction ?

    On discute, on négocie avec l’agent du joueur ou avec le joueur directement. Après, tout dépend des agents. Soit ils pensent à l’intérêt sportif du joueur ou à l’aspect financier ou à leurs propres intérêts. Ce qui fait notamment la différence, c’est la capacité de conviction. Cela fait 20 ans que je suis dans le milieu du football. Les gens me connaissent et ils ont confiance dans ce que je fais. Le club reste sur trois montées successives et un maintien en L1.

    Nombre de joueurs observés

    Lorsque j’étais agent, j’ai eu des joueurs internationaux (NDLR : dont Griezman et Diarra). L’année dernière, on a fait un décompte et on a vu près de 2000 joueurs. Parmi eux, certains sont  identifiés et potentiellement intéressants pour Amiens. Cinq personnes qui regardent au minimum 22 joueurs par match et ils assistent à trois voire quatre matchs par week-end. On voit environ 300 joueurs dans un week-end minimum et ça peut monter à 400. On multiplie ça par 40 semaines. Ce qui fait 12000 joueurs, on en retient 2000 et sur les 2000, 10% sont intéressants pour nous. Cette année, sur 150 joueurs ciblés et approchés, on en recrutera cinq ou six. Pour les autres, cela ne se fera pas parce que ce que ce n’était pas le choix N°1 ou que leur club ne voulait pas les laisser partir ou qu’ils coûtaient trop cher ou qu’ils n’étaient pas intéressés par Amiens.

    Faut-il mettre le prix pour certains joueurs ?

    Non. Aboubakar Kamara, on l’a eu pour rien. Il fallait juste croire au joueur et en l’homme. Le prix, cela ne veut rien dire. A Amiens, on est dans un projet de club et un projet de jeu voulu par l’entraîneur. Il ne faut pas dépenser l’argent n’importe comment. On n’est pas dans une région bling-bling mais une région de travailleurs. On ne peut pas mettre 15M€ sur un attaquant, on a assez d’exemples  de clubs  qui le font mais qui se trompent. Saint-Etienne  a mis 10M€ pour Diony et au bout de six mois, le joueur est parti en Angleterre. C’est la preuve qu’il ne faut pas mettre 10M€ pour avoir un bon joueur. Nous, on a mis 3M€ pour Konaté  qui est meilleur que Diony

    Le joueur français coûte-t-il cher ?

    Ce n’est pas une question de pays ou de nationalité. On a été cherché Monconduit en National et Fofane en CFA qui jouent en Ligue 1. Manzala, on l’a récupéré au Havre en Ligue 2 au fond du trou et il joue aussi. Le joueur est bon ou pas et certains sont faits pour évoluer à Amiens ou pas. Après, il faut accepter que des joueurs soient bons et inabordables. Notre enveloppe pour le recrutement était de 6M€ et là, elle sera un peu plus élevée, entre 6 et 8M€ mais on aura encore le plus petit budget. Après, le poste le plus coûteux, c’est celui d’attaquant. Cela  coûte plus cher.

    Le plus difficile à gérer ?

    C’est de faire accepter à l’environnement que faire la compétition en Ligue 1 avec des moyens qui sont inférieurs à des clubs de ligue 2. Notre masse salariale était inférieure la saison dernière à celles de Lorient, Reims et Lens. On est un « petit » club.

    Relation avec les agents

    Les agents qui font mousser leurs joueurs, cela a toujours existé.  lls appellent des journalistes et ils leur disent qu’il y a Amiens qui suit leur joueur alors que c’est archi faux. C’est juste pour faire monter la valeur marchande de leur joueur.

    Pas de grosses erreurs de recrutement

    Depuis trois saisons, on n’a commis de grosses erreurs de recrutement qui ont mis en difficulté le club. Mais on ne réussit jamais un recrutement à 100 %. Sinon ce serai trop facile mais on peut avoir la fierté de dire qu’on ne s’est pas beaucoup trompé. Notre objectif, c’est de trouver de bons joueurs. De bonnes personnes, et ça va de pair, pour assurer la pérennité du club avec un potentiel de revente.

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    2
    J'AIMEJ'AIME
    1
    GrrrrGrrrr
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    Merci !
    • Journaliste sportif pour le Courrier picard. De l’Amiens SC, du foot, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout... « Le vestiaire » vous ouvre ses portes et ce blog est destiné à toutes celles et tous ceux qui aiment le foot, le sport mais pas que… Après avoir connu  des descentes, des montées et 17 entraîneurs avec l’ASC, il était temps de raconter quelques souvenirs et de vous faire partager  ma première saison en Ligue 1. Autrement, différemment en portant aussi un regard sur les autres sports.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Régis Gurtner : ”Les mentalités ont évolué”

    A 32 ans, le gardien de but de l’Amiens SC estime qu’on apprend à ...

    Homophobie: Elsner et Jallet se positionnent

        Si Luka Elsner prône une meilleure communication sur le sujet, Christophe Jallet ne ...

    Fred Mankowski, kiné des Bleus en 98 : « La force de l’équipe, c’était l’équipe»

    Kiné de l’équipe de France championne du monde en 1998, et championne d’Europe en ...

    Bernard Joannin réaffirme sa confiance à Pelissier

    À la question « Christophe Pelissier a-t-il toujours la confiance de son vestiaire ? ...

    Eddy Gnahoré : ‘‘J’ai pénalisé l’équipe’’

    (Photo FRED HASLIN) Elu joueur du mois en septembre, le milieu amiénois regrette néanmoins ...

    Catastrophe pour Monconduit, inadmissible pour Gouano

    L’ex-capitaine de l’Amiens SC et le nouveau n’ont pas du tout aimé la prestation ...