Luigi Mulazzi (Amiens) : « Les joueurs sont en mode combat »


    En séminaire avec les présidents de clubs de Ligue 1, le vice-président de l’Amiens SC  a lancé un appel à la mobilisation générale avant le venue de Caen.

    Après un séminaire entre présidents de clubs de Ligue 1,à Paris, avec au programme des réunions sur la future répartition des droits TV pour la période 2020-2024 (supérieurs au milliard d’euros), le vice-président de l’Amiens SC Luigi Mulazzi revient sur le mois de janvier (un point en quatre matches) et la défaite à Rennes (1-0). « En janvier, on a rencontré le trio de tête avec une double confrontation en Coupe de France face à Lyon et le seul regret, ce sont les deux points perdus à domicile face à Angers (0-0). On aurait 20 points et on ne serait pas relégable.»
    En l’absence de Bernard Joannin, en vacances et de retour samedi, Luigi Mulazzi se prépare à la venue de Caen: « Ce match est important mais il n’est pas capital. Il faut recréer une dynamique et qu’on recommence à gagner chez nous (ndlr: la dernière victoire, 1-0, remonte au 6 octobre face à Dijon). Il faut faire une série et j’espère qu’elle va démarrer samedi. Cela dit, je me souviens qu’en National ou en Ligue2, on a traversé aussi des moments difficiles mais on a toujours été derrière l’équipe. Il ne faut jamais oublier d’où l’on vient. On était en National il y a trois saisons et demie et on a toujours réussi à absorber les ondes négatives. Que ce soit les membres de la SA ou de l’association, on doit être tous derrière l’équipe et on a peut-être aussi oublié des choses simples qu’on ne fait plus. »
    «C’est toujours dans la difficulté et dans la douleur que le club s’est redressé.»

    Dans son rôle, Luigi Mulazzi fait une petite piqûre de rappel et quand on lui fait remarquer que le club a grandi très vite, trop vite lors des dernières saisons, il répond: « Il a fallu digérer ça et le club a grandi très vite en trois saisons. On s’est mis au rythme de la Ligue 1 qu’on découvrait et effectivement, on ne maîtrisait pas tout mais on a essayé d’être cohérent. Maintenant, revenons à nos racines. C’est toujours dans la difficulté et la dans la douleur que le club s’est redressé. Malgré certaines épreuves traversées ces dernières années, on a toujours réussi à redresser la barre. J’espère que ce sera le cas cette année. Je ne sais pas si on y arrivera. Je ne sais pas si on pourra rester en Ligue 1 mais je sais une chose, c’est qu’on fera tout pour y rester.»
    Pas question de lâcher, en mode maintien, le vice-président amiénois y croit et y croira jusqu’à la dernière journée s’il le faut. Et il répond aux personnes qui voient déjà l’ASC se diriger vers la Ligue 2: « Qu’ils le pensent et on fera les comptes en fin de championnat. Je sais que tout le monde dans le club fera le nécessaire pour qu’on puisse se maintenir. Les gens qui pensent autrement, qu’ils le pensent… »
    Vu sa position, difficile de le voir plier les gaules et aller à la pêche. Tant qu’il y aura un espoir, Luigi Mulazzi y croira: « Je ne sens pas le groupe résigné. Les joueurs sont en mode combat et tout le club va l’être jusqu’à la fin de saison. Gardons nos valeurs, celles qui nous ont permis de réussir et continuons dans cette voie. Il faut absolument que le public, les supporters, les sponsors, les partenaires et tout le monde soient derrière l’ASC. Parce que c’est un grand bonheur d’avoir un club picard en Ligue 1.» Justement, n’a-t-il pas l’impression que l’environnement et le public ont pris goût à la Ligue1 au point de la banaliser? Que l’extraordinaire est devenu ordinaire? « Les gens prennent l’habitude des bonnes choses mais le maintien ne se décrète pas en Ligue1. Un club comme le nôtre n’a pas beaucoup de marge et on doit fournir beaucoup d’efforts pour y parvenir. On est obligés de temps de temps de prendre des risques que ce soit en termes de recrutement, d’attitude et de comportement. On n’a pas beaucoup de marge de manœuvre. On traverse une situation difficile mais j’espère qu’on va redresser la barre dès samedi face à Caen.»

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !
    • Journaliste sportif pour le Courrier picard. De l’Amiens SC, du foot, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout... « Le vestiaire » vous ouvre ses portes et ce blog est destiné à toutes celles et tous ceux qui aiment le foot, le sport mais pas que… Après avoir connu  des descentes, des montées et 17 entraîneurs avec l’ASC, il était temps de raconter quelques souvenirs et de vous faire partager  ma première saison en Ligue 1. Autrement, différemment en portant aussi un regard sur les autres sports.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    Joannin (Amiens) : ‘‘Ce mercato répond aux attentes du coach’’

    Le président de l’Amiens SC revient sur le mercato d’été, le recrutement du Brésilien ...

    Rien n’est perdu, rien n’est gagné

    (Photo AFP) Sans trahir la teneur de notre conversation avec Bernard Joannin, quelques jours ...

    Little Big Ielsch

    À 35 ans, Julien Ielsch a arrêté sa carrière professionnelle. En formation au sein ...

    Vers le retour de Gaël Kakuta

      Kakuta (à gauche) veut revenir à l’Amiens SC. Les négociations se poursuivent et ...

    Prévoir une ou deux tentes Quechua dans le vestiaire

    Jusqu’à la dernière seconde de la dernière minute, l’Amiens SC a fini par boucler ...

    Equipe, collectif et individualité

    “Cette première victoire à l’extérieur fait du bien. On a affiché les mêmes valeurs ...