Pelissier-Williams ou “je t’aime, mois non plus”


    (Photo FRED DOUCHET)

    Christophe Pelissier et John Williams ne partagent pas les mêmes idées mais leur collaboration, forcée et nécessaire, porte ses fruits depuis trois saisons à l’Amiens SC. Explications.

    En début de semaine, s’est déroulé un conseil d’administration de l’Amiens SC au cours duquel Christophe Pelissier a expliqué pour quelles raisons son équipe occupe la 18e place. Sans doute a-t-il évoqué le nombre d’internationaux (8) dont il dispose et leur absence durant les trêves internationales. Sans parler de la barrière de la langue. L’entraîneur amiénois a dû aborder aussi l’aspect technique, tactique et le recrutement qu’il a validé dans sa totalité ou presque, en refusant aussi des joueurs (français) qui lui ont été proposés. Recrutement effectué par John Williams et sa cellule de travail. Recrutement réussi jusqu’alors, à quelques exceptions, avec une accession de National en Ligue 1 et un maintien assuré la saison dernière.
    Cahin-caha, les deux hommes cohabitent et Bernard Joannin veille à préserver une unité en privilégiant l’intérêt du club aux intérêts individuels. Le président de l’ASC «ne leur demande pas de partir en vacances ensemble» comme il l’a déclaré dans nos colonnes. Il leur demande de travailler ensemble en mutualisant leurs compétences. Les deux hommes ne partagent pas la même vision notamment au niveau du recrutement mais leur collaboration, quelque part forcée, porte ses fruits depuis trois saisons. Le président amiénois les a donc réunis cette semaine afin de mettre un peu d’huile dans les rouages et évoquer quelques retouches à apporter au niveau de l’équipe cet hiver. «Il y a des joueurs de talent mais un petit manque d’équilibre qu’il va falloir résoudre au cours du mercato», confirme le président de l’ASC.
    Prenant de la hauteur par rapport à la situation, il ne ressent pas de nervosité de la part de son entraîneur, ni de stress: «Je ne le sens pas énervé mais frustré. Il a conscience de la valeur de l’équipe mais toutes ces blessures qui lui tombent sur la tête et toutes ces trêves internationales l’empêchent de bien travailler.»

    Après 12 journées et seulement 10points, pas question de céder au catastrophisme, à la panique. Il est dans son rôle et il monte au créneau pour faire baisser la température. «Je lance un message aux gens: qu’ils aient confiance en nous. Il n’y a pas de souci, on va y arriver. Il y a des interrogations mais cela peut très rapidement basculer. Entre la 11e place et la nôtre, il y a cinq points. Effectivement, on a un programme qui n’est pas facile mais pour les équipes à nos côtés, dont Dijon, Caen, Guingamp, il n’est pas non plus facile. Ne tombons pas dans la sinistrose.» Habitués à du caviar depuis trois saisons et demie, le public, les supporters, leurs partenaires et les médias y ont pris goût. Ce que vit le club amiénois depuis l’arrivée de Christophe Pelissier et de John Willliams relève d’un petit miracle. Mais pas que. La montée en Ligue 1 était inattendue mais méritée avec un peu de chance et beaucoup de travail. Une équipe mérite toujours son classement et celui de l’Amiens SC s’explique. La saison dernière, le club amiénois s’est retrouvé trois fois en position de barragiste et une fois en position de relégable.
    Depuis le début de saison, il s’est déjà retrouvé deux fois en position de relégable et trois fois en position de barragiste. De quoi s’inquiéter naturellement à l’extérieur mais aussi à l’intérieur du club. Et même si le discours tenu reste logiquement positif, les dirigeants s’interrogent. Ils attendent des explications et cherchent des solutions sans paniquer. Mais forcément dans ce genre de situation difficile, les regards sont tournés vers l’entraîneur et le recrutement alors que personne ne l’a remis en question ces trois dernières saisons. Bien au contraire. Sachant que, jusqu’alors, Christophe Pelissier a toujours su tirer la quintessence de son groupe parce qu’il a aussi affaire à de bons joueurs dans l’esprit, qui s’étaient aussi pris en mains, à un moment donné. Pas à des mecs tordus. C’est encore le cas cette saison mais les résultats tardent à venir. D’où la nécessité de ne pas rater le mercato d’hive

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    HahaHaha
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !
    • Journaliste sportif pour le Courrier picard. De l’Amiens SC, du foot, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout... « Le vestiaire » vous ouvre ses portes et ce blog est destiné à toutes celles et tous ceux qui aiment le foot, le sport mais pas que… Après avoir connu  des descentes, des montées et 17 entraîneurs avec l’ASC, il était temps de raconter quelques souvenirs et de vous faire partager  ma première saison en Ligue 1. Autrement, différemment en portant aussi un regard sur les autres sports.

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

    «L’association Williams-Pelissier, elle marche»

      Quelle relation entretient John Williams avec Christophe Pelissier ? «Quand on est avec ...

    Y a pas péno mais y a pas de quoi sauter au plafond !

    Battu à Caen (1-0) sur une erreur d’arbitrage, l’Amiens SC a beaucoup défendu et ...

    Eddy Gnahoré : ‘‘J’ai pénalisé l’équipe’’

    (Photo FRED HASLIN) Elu joueur du mois en septembre, le milieu amiénois regrette néanmoins ...

    Amiens piste un joueur expérimenté de niveau international

    Le mercato d’été sera clos le 31 août et d’ici là, l’Amiens SC aura ...

    Bienvenue Konaté et bon courage

    Deuxième match et deuxième défaite au stade de la Licorne face à Angers (0-2) ...

    Traoré (Amiens) : ’’Ils attendent beaucoup de moi et je comprends’’

      Lacina Traoré a obtenu un penalty face à Troyes (Photo Fred DOUCHET) Deux ...