Amour et amitié en circuit court, c’est le pied!

           

    De haut en bas et de gauche à droite : les chaussons canadiens au bout de mes mollets de coq; les espadrilles de ma copine blonde; les chaussons de ma copine brune.

    Le dimanche 30 septembre dernier, je publiais ici même une chronique intitulée «Mais pourquoi tant d’automnes?». Dans celle-ci, je confiais que j’allais me séparer de ma fidèle Peugeot 206 verte, cabossée, 330 000 kilomètres au compteur; elle est un peu pour moi ce que la Peugeot 403 est au lieutenant Columbo. Je racontais que ses fauteuils avaient épousé les fesses voluptueuses des femmes qui sont passées dans ma vie de marquis. Et je confiais enfin que j’étais en train de faire l’acquisition d’une Dacia blanche, ce grâce aux établissements Renault Gueudet, à Amiens. Comme à mon habitude, quelques jours plus tard, je publiai ce Dessous chics sur Facebook. Il y eut des commentaires amusés. Sauf un, celui d’un confrère journaliste moraliste et pas drôle pour deux sous, qui me reprochait de m’adonner au journalisme alimentaire. Il n’avait rien compris; mon but se limitait, comme à chaque fois, à raconter une petite histoire de ma vie minuscule. Cela ne m’empêcha pas de dormir; je passais à autre chose. Mais il y a quelques jours, je reçus un mail d’une attachée de presse, Maureen, de la société Soft & Yoga, «spécialiste du chausson qui chouchoute les pieds». Dans son communiqué, elle présentait les nouveaux produits pour l’hiver 2018-2019. Il y était notamment précisé que «la gamme s’enrichit et propose désormais, en plus de son iconique chausson hydratant, des modèles relaxants». Je regarde distraitement; mon attention, telle un papillon, se pose sur la fleur de «chaussons relaxants Québec (…) naturellement relaxants grâce à une doublure intérieure dont les microcapsules [qui] libèrent au contact de la peau une huile décontractante et chauffante». «Bon Dieu, mais c’est bien sûr!» tonnai-je, comme un Raymond Souplex (le commissaire Bourrel) picard dans les Cinq Dernières Minutes. (Tu remarqueras, lectrice adulée, que mes références télévisuelles sondent toujours les reins de l’actualité la plus brûlante.) Je me disais que j’allais joindre l’utile à l’agréable: me faire envoyer une paire de chaussons neufs, et des Québécois (ah! nos bons alliés canadiens!) pour mes longues soirées d’hiver, et taquiner mon confrère moraliste qui, à coup sûr, me reprochera, une fois encore, de pratiquer un journalisme alimentaire. (Aurait-il l’intention de tenter de faire sauter ma carte de presse – numéro 43 173 – difficilement acquise en 1978 alors que je galérais dans les revues de rock à Paris, payé à coups de lance-pierre?) Je recontactai Maureen. Trois jours plus tard, je recevais un joli petit carton à la rédaction; il contenait mes pantoufles. Depuis, je les étrenne avec un vif plaisir. Elles sont effectivement douces, confortables, relaxantes. Mais j’ai tout de même l’impression de faire une légère infidélité à deux amies très chères et très mignonnes. La blonde m’avait offert mes chaussons d’été, de belles espadrilles toilées; la brune, ceux d’hiver, sombres et chauds comme ses yeux. Ce sont elles aussi, adeptes du bio, qui m’alimentent en compost. Pour boucler la boucle, il faudrait que Maureen m’envoie du compost de temps en temps. Pour résumer: amour et amitié en circuit court, c’est le pied! (Je m’adonne maintenant au journalisme plantaire, la verrue et aponévrosite de notre métier.)

    Dimanche 11 novembre 2018.

     

    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    2
    HahaHaha
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

     Des larmes coulent des oreilles de pierre

    Du théâtre avant toute chose. Du théâtre, il en pleut dans ma vie, ces ...

    A la recherche du foulard perdu

          Ce matin-là, je m’étais levé très tôt. Cinq heures trente du ...

    Du rock sur les planches de Deauville

     Le salon Livres et Musiques de Deauville est l’un des événements les plus conviviaux ...

    « Le mikako des mâts dans le port »

      Jean Detrémont, poète, saxophoniste, dessinateur.  Tradition oblige: meilleurs vœux pour20 »3, lectrice adulée. Des ...

      La bonne humeur d’un réac’n’roll

      Je suis de bonne humeur ce matin. La raison? En me rasant, j’ai ...

    Il pleut sur l’Art déco

            Il pleut toujours dans mes chroniques. Je n’y suis pour ...