Au nom du Corned-beef et du Dr Petiot

    La fameuse pince qui vint à bot de la boîte de Corned-beef. (Photos : Philippe Lacoche.)

    À la faveur de ma chronique quasi quotidienne, sobrement intitulée «Confiné au jardin», je vous ai narré, il y a peu, les affres du jardinier confiné, contraint de s’adonner au bricolage, poussé en cela par sa petite fiancée; cette dernière, rêvant d’œufs frais et d’autosuffisance, envisageait d’élever deux poules pondeuses. Il fallut donc penser à la construction d’un poulailler. Bien heureusement, la petite fiancée du Confiné, possédait, quand elle était petite, une chèvre prénommée Djali, chèvre que lui avait ramenée par son père alors qu’elle réclamait un chien. (Il faut le reconnaître: parfois, les décisions paternelles demeurent difficilement déchiffrables.) Dans ce cas précis, il existait encore le cabanon de Djali, et la petite fiancée s’était bien renseignée sur Internet pour aménager ce fichu poulailler. Elle fut donc l’ingénieur; il se résigna à faire le manœuvre. Mais tout de même, observant le jardinier, je m’étais rendu compte à quel point le bricolage le dégoûtait, le répugnait, le révulsait. Je dois ici l’avouer tout de go: je ne suis pas toujours d’accord avec les attitudes absconses, voire provocatrices du jardinier confiné. Vous l’avez compris, lectrices adulées, fessues et soumises, que je ne suis que le modeste greffier de ses exploits journaliers. Oui, parfois, il m’agace; et tout en écrivant ces chroniques nées du confinement et du pangolinvirus, je reconnais même qu’il m’agace puissamment. Mais là, son incapacité à bricoler m’a ému. Je l’ai senti désarmé, fragile lui qui, pourtant, manie la bêche comme la machette et l’incinérateur comme un Dr Marcel André Henri Félix Petiot. (Merci pour l’image, Simon Poulidor, dit le Président, de l’association des Quatre-vingts poneys.) En effet, je dois reconnaître que, comme le Confiné, je ne sais rien faire de mes dix doigts. Une vraie brelle; une catastrophe ambulante. Il n’est pas rare qu’au cours de mes tentatives de bricolage, je me coupe, je me blesse, je m’agresse. Au grand dam des filles et femmes qui ont eu le privilège d’accompagner ma vie de Ternois. (Heureusement, comme le Confiné, je me rattrape sur le jardinage, la pêche à la ligne, et les choses de la carte du Tendre.) L’autre soir, j’étais seul. Je comptais me régaler d’un reste de pois-chiches-épinards du ragoût à la créole et de tranches de Corned-beef. (J’adore ça; c’est une façon pour moi de rendre hommage à nos amis alliés britanniques qui nous aidèrent, à plusieurs reprises, à repousser les envahissantes et teigneuses velléités venues de l’Est.) Je sortis donc ladite boîte métallique. Après bien des efforts, je parviens à enfiler la minuscule clé fournie par le fabricant. Et je me mets, sagement, à enrouler autour de celle-ci le ruban de métal prédécoupé. J’avoue que je n’étais pas rassuré. Soudain, se produisit ce que je craignais: le ruban métallique se brisa net. Plus moyen de remettre la clé. L’horreur car j’avais très faim. Il me vint l’idée de me munir d’une pince. Grâce à celle-ci, je vins à bout de la boîte ce qui relève, pour moi, de l’exploit. Je pensais alors que le regretté Winston Churchill eût pu rajouter à sa célèbre formule «No sport», celle, toute autant respectable, de «No do cratfs»!

    Dimanche 26 avril 2020.

    A table!
    Commentez ou exprimez-vous grâce aux emojis !
    3
    HahaHaha
    0
    J'AIMEJ'AIME
    0
    J'ADOREJ'ADORE
    0
    WOUAHWOUAH
    0
    SUPER !SUPER !
    0
    TRISTETRISTE
    0
    GrrrrGrrrr
    Merci !

    Tags:

    • Ca y est, lectrice, mon amour! J’ai mon blog ! En fait, j’en ai deux (de blogs) : celui-ci dessous (chics) hébergé par mon cher Courrier picard et celui hébergé sur le site de la revue La Règle du Jeu, de Bernard-Henri Lévy. En ce qui concerne ce blog du Courrier picard, j’y parlerai des trois choses les plus importantes dans la vie : les filles, la littérature et le rock’n’roll. On y retrouvera certaines chroniques des « Dessous chics », mon rendez-vous culturel et dominical du Courrier picard, certains bouts d’interviews que, faute de place, je ne peux publier, des commentaires divers sur l’air du temps, des rencontres, des coups de coeur et des coups de gueule… Et pour me faire de la pub, je parlerai sans complexe de mes bouquins. (Pourquoi se priver de se faire du bien quand, d’un seul coup, on devient puissant, grâce à ce fichu blog, presque le maître du monde). Je ne publierai que les commentaires des filles. Ceux, velus et répugnants, des mecs, seront censurés, sauf ceux qui diront du bien de moi. (Ce qui, je le sais, n’arrivera pas.). Voilà, lectrice, ma fée humide, mon ange terriblement sexué, tu sais tout. Jette-toi sur mon blog comme sur mon corps : dévore-le. Dévore-moi, gourgandine!

    • Voir les commentaires

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    comment *

    • name *

    • email *

    • website *

    Vous aimerez également peut-être

     Paris contre l’ennui

                    Ma vie sans Paris ne serait ...

    Superbe article sur “Le Chemin des fugues”

    Magnifique article signé Stéphane Guillaume, sur Le chemin des fugues (éd. du Rocher) dans ...

    La belle langue d’Antoine Blondin

    Il est des semaines chargées comme la langue d’Antoine Blondin. Difficile d’y échapper; on ...

    Crénom Denon! Un XVIIIe très Vivant!

       «Point de lendemain», de Vivan Denon: un texte majeur de la littérature libertine. ...

    “Vingt quatre-heures pour convaincre une femme” dans la sélection du Prix Jean Freustié 2015 sous l’égide de la Fondation de France

    Frédéric Vitoux, de l’Académie française et Président du jury, Charles Dantzig, Jean-Claude Fasquelle, Annick ...

    Pierre Lemaitre : pas un Goncourt de circonstance

    On eût pu croire qu’il avait écrit son sublime roman pour les commémorations. Non. ...